Cambodge: Battambang

Lundi 11 janvier. Trajet de Siem Reap à Battambang.

Aujourd’hui, nous prenons les bus pour Battambang. Le bus chargé du pickup aux différentes guesthouses est venu nous chercher à 6h45. Nous étions les premiers à monter dedans et après avoir fait le tour de toute la ville pour aller récupérer tout le monde, nous arrivons enfin à la station de bus vers 7h15, soit 1h30 plus tard. Cool, relax, take it easy ! Pas le temps de flâner, les sacs à peine en soute, le bus pour Battambang démarre illico. Pendant le trajet, nous faisons la connaissance d’une jeune Française qui voyage toute seule pendant 5 mois en Asie (Thaïlande, Laos, Cambodge, Vietnam, Birmanie et peut-être les Philippines).

Bus de Siem Reap à Battambang

Bus de Siem Reap à Battambang: trop kitsch les tentures!

Après 4h de trajet, nous arrivons à Battambang, une ville plutôt moche mais dont la campagne avoisinante vaut apparemment la peine, du moins nous l’espérons. Après nous être « battus » avec les chauffeurs de tuk-tuk pour nous emmener dans le centre-ville à un prix raisonnable, nous cherchons une guesthouse avec la Française. Il n’y a pas l’air d’en avoir des masses mais nous trouvons facilement pour 5$ une chambre sans aucun charme qui ressemble plus à celle d’un hôpital 😉 Au moins, c’est propre.

Au restaurant, à midi, la Française nous parle d’un cours de cuisine à Battambang qui semblerait bon marché. Mister J est bien sûr intéressé, surtout que les prix des cours de cuisine sont souvent exorbitants. Après s’être renseigné sur le menu à concocter, le prix (10$) et la taille du groupe, Mister J et la Française réservent sur le champ le cours de cuisine pour l’après-midi même. Mister J, qui a du sang de cuisinier dans les veines, ne tient plus en place, il est impatient de commencer ce fameux cours de cuisine khmère traditionnelle. Miss V, elle, fatiguée des visites des jours précédents et du voyage en bus, ira plutôt se reposer à l’hôtel, repenser l’itinéraire du Cambodge et écrire un petit peu.

Le cours de cuisine commence par une visite au marché assez intéressante mais qui donne envie d’être végétarien 😉

Battambang: marché

Battambang: marché

Battambang: vente de poissons au marché

Battambang: vente de poissons au marché

Battambang: vente de lait de coco au marché

Battambang: extraction du lait de coco au marché

Et pour la pratique, 2 groupes sont constitués : 1 de 10 et 1 de 4. Heureusement, Mister J se retrouve dans le groupe de 4 avec la Française rencontrée dans le bus, une Hollandaise et une Néozélandaise.

Battambang: cours de cuisine khmère traditionnelle

Battambang: cours de cuisine khmère traditionnelle

Nary, la prof de cuisine ne parle pas très bien français (contrairement à son mari, qui dirige l’autre groupe) mais est très gentille et nous apprend les techniques de cuisines khmère. Au menu : le Fish Amok (poisson cuit à la vapeur dans des feuilles de bananier), des nems, du Bœuf Lok Lak (mariné dans une sauce sucrée) et des bananes au lait de coco en dessert. Après le cours de cuisine, la dégustation ! Un délice. Miss V les a rejoints à ce moment, l’occasion de gouter in extremis un nem et de commander un Fish Amok.

Battambang: Mister J en pleine action. Il prépare le "curry paste" pour le "Fish Amok"

Battambang: Mister J prépare le « curry paste » pour le « Fish Amok »

Battambang: les fish mok (poisson cuite dans une feuille de bananier)

Battambang: Nary et les « Fish Amok »

Battambang: préparation des rouleaux de printemps

Battambang: préparation des nems

Battambang: l'assiette préparée par Mister J (un fish amok, un beef lok lak et des rouleaux de printemps)

Battambang: l’assiette préparée par Mister J

Comme le courant est super bien passé pendant le cours, nous fixons un rendez-vous tous les 5 pour le lendemain afin partager les frais d’un tuk-tuk et nous balader dans la campagne de Battambang.

Battambang: une autre bonne bière, l'Angkor beer

Battambang: une autre bonne bière, l’Angkor beer

 

Mardin 12 janvier 2016. Bamboo train et killing caves

Si vous allez à Battambang, les conducteurs de tuk-tuk vous proposeront sans arrêt d’aller voir le « bamboo train ». Mais qu’est-ce donc ? C’est une voie ferroviaire désaffectée depuis les années 70 car les trains déraillaient sans cesse. Les habitants se la sont appropriée en construisant de petites plateformes de bambou posées sur 2 essieux avec un moteur de tondeuse à gazon. Elles roulent à 30 km/h et transportent des marchandises, gens et animaux particulièrement pendant la saison des pluies car les routes en terre battue sont impraticables. Lorsque deux trains de bambou se croisent, celui qui est le moins chargé doit libérer la voie en déchargeant et démontant leur engin.

La campagne de Battambang: le bamboo train

La campagne de Battambang: le bamboo train et sa voie unique

La campagne de Battambang: le bamboo train

La campagne de Battambang: le bamboo train

A la saison sèche, ce sont les touristes qui sont baladés d’une gare à l’autre pour un tour très ludique et sympathique. Nous avons trouvé l’ancêtre du Train de la Mine de Disneyland ! 😉

La campagne de Battambang: le bamboo train

La campagne de Battambang: les touristes empruntant le bamboo train

La campagne de Battambang: le bamboo train, aucune illusion d'optique...

La campagne de Battambang: le bamboo train, aucune illusion d’optique…

La campagne de Battambang: des pêcheurs

La campagne de Battambang: des pêcheurs

La campagne de Battambang

La campagne de Battambang

La campagne de Battambang: le bamboo train

La campagne de Battambang: le long du bamboo train

Un peu avant midi, nous visitons une fabrique de « Rice Paper », qui sert à faire les nems.

La campagne de Battambang: les rizières

La campagne de Battambang: les rizières

La campagne de Battambang: du riz qui sèche devant les maisons

La campagne de Battambang: du riz qui sèche devant les maisons

Battambang: fabrique de "rice paper" pour les rouleaux de printemps

Battambang: fabrique de « rice paper »

Battambang: fabrique de "rice paper" pour les rouleaux de printemps

Battambang: fabrique de « rice paper »

Battambang: fabrique de "rice paper" pour les rouleaux de printemps

Battambang: fabrique de « rice paper »

Battambang: fabrique de "rice paper" pour les rouleaux de printemps

Battambang: fabrique de « rice paper »

Nous partons ensuite au nord visiter le site du Wat Ek. Nous n’avions pas visiter les temples modernes de Siem Reap, c’est l’occasion de le faire ici.

La campagne de Battambang: 2 écoliers

La campagne de Battambang: 2 écoliers

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: 2 écolières

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

La campagne de Battambang: le site de Wat Ek

Battambang

Battambang: le site de Wat Ek

En fin d’après-midi, nous partons voir les « Killing Caves », qui ont été le théâtre d’atrocités commises par les Khmers Rouges dans les années 70. 

La campagne de Battambang: des rats et des insectes prêts à être mangés

La campagne de Battambang: des rats et des insectes prêts à être mangés

La campagne de Battambang: la montagne crocodile

La campagne de Battambang: la montagne crocodile

La campagne de Battambang: le temple de Phnom Sampeu

Le temple en haut de la colline Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: une des "Killing Caves"  (Khmers Rouges) de Phnom Sampeu

Une des « Killing Caves »

La campagne de Battambang: maison en haut de la colline Phnom Sampeu

Maison en haut de la colline Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: tableau représentant les tortures perpétrées par les Khmers Rouges à Phnom Sampeu

Tableau représentant les tortures commises par les Khmers Rouges à Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: scènes de tortures perpétrées par les Khmers Rouges à Phnom Sampeu

Scènes de tortures perpétrées par les Khmers Rouges à Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: une des "Killing Caves"  (Khmers Rouges) de Phnom Sampeu

Une autre des « Killing Caves »

La campagne de Battambang: "sleeping bouddha" dans une des grottes de Phnom Sampeu

« Sleeping bouddha » dans une des Killing Caves

La campagne de Battambang: petit temple en haut de la colline Phnom Sampeu

Petit temple en haut de la colline Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: les singes de Phnom Sampeu

Les singes de Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: vue de Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: vue de Phnom Sampeu

Nous avons ensuite attendu devant la « Bat Cave », où vivent des millions de chauves-souris qui sortent toutes en même temps à la tombée de la nuit. Malgré notre scepticisme, ce spectacle est magnifique : des millions de chauves souris sortent de la grotte et serpentent dans le ciel en direction des rizières pour y manger.

La campagne de Battambang: la grotte des chauves-souris de Phnom Sampeu

La grotte des chauves-souris de Phnom Sampeu

La campagne de Battambang: des millions de chauves-souris s'envolent chaque soir de leur grotte

Envol des chauves-souris vers les rizières

 

Mercredi 13 janvier 2016. Repos et trajet de nuit vers Sihanoukville.

Ce soir, nous prenons le bus de nuit à destination de Sihanoukville ; l’occasion de passer la journée à se reposer et mettre à jour le blog 😉 Comme le trajet devrait durer 11h avec un changement de bus à Phnom Penh, nous avons longtemps hésité entre un « hotel bus » (avec des lits), un « sleeping bus » (avec des sièges très inclinables) ou un « seating bus » (bus normal). La Française, qui est partie hier soir pour Sihanoukville, a choisi le « seating bus » à 10$. Finalement, nous avons fait notre choix ce matin :  l’« hotel bus » à 20$, que nous a vivement conseillé la Hollandaise hier soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *