Vietnam: retour à Hanoi

Dimanche 7 février 2016. Trajet de l’île de Cat Ba à Hanoi.

Nous aurions voulu rester un jour de plus sur l’île pour pouvoir marcher dans la Parc National de Cat Ba mais, à cause du Têt, cela était impossible : pas de bus le 8 février, jour du Nouvel An vietnamien. Et rester 2 jours de plus relevait de l’inconscience ou d’une trèèès grande foi en les transports en commun car nous avons un avion pour Mexico le 9 février au soir et ce n’est pas le genre de vol que nous pouvons rater.

Nous ne sommes pas les seuls à rentrer à Hanoï pour le Têt, le bus est plein. Enfin, quand il n’y a plus de place, il y a encore de la place : il y a toujours moyen de rajouter des gens sur des tabourets dans l’allée centrale 😉 Au final, pourquoi réserver ?  ;-p

En arrivant à Hanoi, nous sommes étonnés du calme dans la rue. Eh oui, c’est ce soir que les Vietnamiens fêtent le Têt, leur Nouvel An ! Le lieu de rendez-vous pour fêter cela est le Lac Hoàn Kiêm, c’est là que nous nous rendons. Nous vous rappelons quand même que nous sommes dans un pays communiste, donc pas de débordement dans les rues 😉

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Comme nous avions trouvé un prix très alléchant incluant le petit-déjeuner sur Booking.com, nous avions décidé, pour une fois, de réserver l’hôtel à l’avance. Nous ne le faisons que rarement car nous voulons toujours voir la chambre avant de la prendre. Les hôtels ont des gammes de tarifs/chambres tellement vagues que parfois un hôtel réputé super vous proposera une chambre pourrie et un hôtel réputé miteux une super chambre. Et certains hôteliers en Asie ont tendance à réserver les moins bonnes chambres aux réservations (qui sont pour eux, des ventes déjà conclues) et les meilleures chambres pour les faire visiter. Mister J avait bien vérifié les avis sur internet ainsi que les photos… Nous pensions être à l’abris de ces traquenards.

Nous avons eu une bonne première impression. Le gérant nous reçoit avec un thé. Il nous fait même un cadeau en nous offrant une chambre familiale au lieu d’une chambre standard. Cela se révèlera un cadeau empoisonné : certes la chambre est propre et grande mais la chambre n’a pas de fenêtre (ce qui est assez courant en Asie, on arrive à faire sans de temps en temps) et est très froide. Mister J fait part de ses remarques au gérant ; celui-ci nous règle le chauffage qui semble assez inefficace (comme si c’était une question de réglage…). Pendant la nuit, le chauffage ne réchauffera pas des masses la chambre. Mais le pire est que toutes les 20 minutes, il fait un bruit d’hélicoptère… Très désagréable pour dormir !

 

Lundi 8 février 2016. Fête du Têt = désert donc repos.

Mister J n’a pas très bien dormi et fait à nouveau part de ses remarques au gérant, qui semble désolé et accepte de nous changer de chambre. Enfin, pas tout de suite, parce qu’il y a une chambre qui va se libérer bientôt mais le client est toujours dans sa chambre. Après nous avoir fait poiroter et tourner en rond une bonne partie de la matinée, Mister J sent l’entourloupe et décide de faire le check-out avant d’avoir vu cette fameuse chambre. Comme par hasard, tout se débloque très vite et nous pouvons visiter la chambre. Le gérant nous emmène dans la chambre en fait d’en-face, qui est toujours occupée par un client qui lui aussi veut changer de chambre. Le gérant nous explique alors que nous allons simplement échanger de chambre et que tout le monde sera content. Minute papillon ! Nous voulons savoir pourquoi il veut changer de chambre. Nous commençons alors à papoter avec l’autre client, un Singapourien qui vit à Hong-Kong, et qui veut aussi changer de chambre car le chauffage ne fonctionne pas et qu’il a eu très froid pendant la nuit, tout comme nous 😉 Là, nous comprenons tous que le gérant se fout vraiment de nous et nous décidons tous, le Singapourien et nous, de faire le check-out. A la réception, un couple de jeunes russes arrivés hier, s’en va aussi. Comme le gérant leur demande où ils vont aujourd’hui, ils répondent : oh nous restons à Hanoi mais nous allons dans un autre hôtel rejoindre des amis. Haha, ils ont bon dos les amis. Le gérant est resté très sympa et était tout désolé, mais comme souvent, « don’t be sorry, be professional ! ». Son hôtel n’est plutôt pas mal mais très mal géré ! Si 2 clients se plaignent que le chauffage ne fonctionne pas bien, ne les échange pas de chambre en priant pour que ça fonctionne ! En tous cas, il commence vraiment mal l’année 2016 : avec 3 check-out plus tôt que prévu !

Pour ne pas finir notre séjour en Asie sur une mauvaise note, Mister J décide, ni une ni deux, de réserver un hôtel un peu plus chic (mais quand même nettement moins cher qu’en Europe). A peine arrivés, nous sentons immédiatement la différence. Avec un tel accueil, on se croirait presque dans un palace. Cela ne nous est jamais arrivé 😉 Il y a des moments où il faut savoir se faire plaisir, non ?! 😉 La chambre est super chouette, d’autant plus que nous avons été surclassé : ils nous ont offert la chambre familiale située à l’arrière au calme au prix de l’exécutive un peu plus petite et plus bruyante.

Un petit mot quand même sur cette fameuse fête du Têt : c’est le Nouvel An vietnamien, qui coïncide plus ou moins avec le Nouvel An chinois. « Plus ou moins » car les critères d’observation de la lune sont les mêmes mais en fonction de l’endroit où on l’observe (Pékin ou Hanoi), il peut y avoir 1 jour de décalage. Les Vietnamiens achètent un mandarinier (comme on achèterait un sapin de Noël), se souhaitent la « Bonne Année 2016 » et brulent des papiers et de faux billets de 100$ non seulement pour chasser les mauvais esprits mais aussi pour apporter de la chance et de l’argent pour la nouvelle année. Comme les Vietnamiens rentrent le fêter en famille, à la campagne en général, les villes sont désertes, beaucoup de magasins, restaurants et agences de voyages sont fermés.

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Hanoi: Happy New (Vietnamese) Year!

Nous l’avons tout de suite vu en revenant à Hanoï ; la ville tourne au ralenti, c’est impressionnant. Certaines rues sont désertes, on se croirait dans une ville fantômes. Cela n’a pas fait nos affaires : nous avons eu beaucoup de mal à trouver des endroits où manger qui ne soient pas inabordables ou carrément attrape-touristes. Certains restaurant affichent d’ailleurs une majoration des tarifs de 15% sur la note globale à cause du Têt… Bah oui, certains restaurants d’habitude vides font le plein !

 

Mardi 9 février 2016. Visite d’Hanoi (suite et fin) et vol pour Mexico.

Après avoir bien profité du petit-déjeuner et de notre chambre jusqu’à la dernière minute, nous partons visiter une dernière fois Hanoi : le pont Long Biên construit par les Français ; la « route en céramique », une gigantesque frise de 4 kms de long ; et le quartier colonial.

Hanoi: le pont Long Biên et la "route en céramique"

Hanoi: le pont Long Biên et la « route en céramique »

Hanoi: la "route en céramique" (frise gigantesque de 4kms)

Hanoi: la « route en céramique »

Hanoi: vue du pont Long Biên

Hanoi: vue du pont Long Biên

Hanoi: vue du pont Long Biên

Hanoi: vue du pont Long Biên

Hanoi: comment ramer avec les pieds

Hanoi: comment ramer avec les pieds

Hanoi: le quartier colonial

Hanoi: le quartier colonial

Hanoi: le quartier colonial

Hanoi: le quartier colonial

Hanoi: le quartier colonial

Hanoi: hôtel colonial

Hanoi: le quartier colonial

Le quartier colonial d’Hanoi: l’hôtel Metropole Hanoi construit par les Français en 1901

Le quartier colonial d'Hanoi: l'Opéra et le Hilton

Le quartier colonial d’Hanoi: l’Opéra et le Hilton

Ce soir, à minuit quart, nous nous envolons pour Mexico…En route vers un autre monde, si différent de l’Asie. Nous allons ressortir de notre zone de confort pour nous retrouver à l’autre bout de la planète! Un changement radical d’environnement! Ca n’en est que plus excitant. Nous sommes dans le même état qu’avant le grand départ pour ce tour du monde; c’est comme si nous entamions un deuxième tour du monde 😉 Vamos a Mexico ! Enfin nous avons 26h (si tout va bien!) de vol avant cela et des escales à Tokyo et Dallas!

Vietnam: Tam Coc, Cat Ba et la Baie d’Along

Jeudi 4 février 2016. Excursion à la Baie d’Along terrestre.

Hier, nous avons réservé une excursion à la Baie d’Along terrestre avec l’agence « APT Travel », qui est apparemment très sérieuse. Le prix n’est pas donné mais nous avons pu bénéficier d’une promotion : 35$ par personne au lieu de 40$. L’agente de voyage était super gentille, a fait l’effort de nous parler dans un français hésitant et a répondu à toutes nos questions même si elles ne concernaient pas un de leur tour. Elle nous a expliqué par exemple comment nous rendre à l’île de Cat Ba.

Verdict ? Nous commençons à déchanter dès le début… Contrairement à ce qui est mentionné sur le fascicule, nous quittons Hanoi à 9h et non à 8h30. Le pickup des différents participants à leur hôtel a duré plus d’1h et comme nous étions dans les premiers, nous avons pu en profiter un max.… surtout que nous étions 17 participants au lieu des 10-15 grand maximum promis ! Ceci dit, le guide est super sympa, a beaucoup d’humour, et il nous donne des explications sur Hanoi, sur la nourriture vietnamienne (chien, chat, rat), sur leur mode de conduite, etc. Malgré les vacances du Têt, qui réduisent les embouteillages, nous n’arrivons pas à 10h30 mais à 11h30 à Hoa Lu, notre première visite. Et la visite de ce temple des deux premières dynasties d’empereurs « Dinh » et « Le » a été expédiée en un quart d’heure.

Hoa Lu

Hoa Lu

Hoa Lu: Temple des dynasties (d'empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu: Temple des dynasties (d’empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu: Temple des dynasties (d'empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu: Temple des dynasties (d’empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu: Temple des dynasties (d'empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu: Temple des dynasties (d’empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu: Temple des dynasties (d'empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu: Temple des dynasties (d’empereurs) Dinh et Le

Hoa Lu

Hoa Lu

Après 20 autres minutes de trajet, nous arrivons à Tam Coc (Baie d’Along terrestre) mais il est déjà temps de passer à table. Le nom du restaurant « Hamburgers & Pizzas » ne prédit rien de bon. Il s’agit en réalité d’un buffet vietnamien mais la nourriture est froide et vraiment pas gouteuse.

Place ensuite à la partie la plus intéressante de la visite : la balade en barque dans la Baie d’Along terrestre de Tam Coc. Le temps n’est pas de la partie ; il fait froid, il y a du brouillard et une fine pluie mais cela ne nous dérange pas vraiment car ce temps confère un charme particulier, mystérieux à la Baie. Il faut avouer que les paysages sont grandioses, magnifiques ; on se sent tout petit dans cette barque.

Tam Coc: pourquoi ramer avec les mains quand on peut utiliser ses pieds?

Tam Coc: pourquoi ramer avec les mains quand on peut utiliser ses pieds?

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: on passe où? Bein en-dessous!

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: la Baie d’Along terrestre

Malheureusement, nous n’avons pas hérité de la plus sympathique des conductrices de barque : elle ne ramait pas droit, voulait qu’on lui achète quelque chose à manger aux marchandes ambulantes, puis nous a sorti une boîte pour que nous lui achetions quelque chose « de sa production » et finalement a réclamé un pourboire plus élevé (pleaaaase tip moooooore, foooood, famiiiiiily…). Mais apparemment, elles ne sont pas toutes comme cela. En effet, le jeune couple franco-américain qui vit à Hong-Kong depuis 1 an n’a, pas du tout vécu la même expérience que nous : leur conductrice de barque était très sympathique, a éloigné la barque des vendeuses ambulantes un peu trop insistantes, elle leur a acheté et pelé une mangue et ne s’est aucunement plainte du pourboire. Par ailleurs, la balade n’a duré qu’1h30 au lieu de 2h mais comme il faisait froid, nous étions contents de rentrer J

Il était ensuite question de faire une balade en vélo de 40 minutes. Non seulement les vélos étaient pourris (les plus pourris que nous n’ayons jamais eu ; quand on tournait la roue, elle touchait notre pied ; et impossible de remonter la selle) mais en plus, la balade a été expédiée en 20 minutes.

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: balade à vélo dans la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: balade à vélo dans la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: la Baie d'Along terrestre

Tam Coc: balade à vélo dans la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: courte balade à vélo

Tam Coc: balade à vélo dans la Baie d’Along terrestre

Tam Coc: courte balade à vélo

Tam Coc: balade à vélo dans la Baie d’Along terrestre

Vers 15h30, il était déjà temps de remonter dans le minibus pour Hanoi. Le guide est super sympa mais quand même assez stressant. Nous avons l’impression que la seule chose qui lui importe s’est d’arriver à l’heure à Hanoi. Une fois arrivé à Hanoi, le minibus était censé conduire chaque passager à son hôtel mais nous sommes descendus au premier stop…Nous y arriverons plus vite à pied !

Les plus :

  • Le site de Tam Coc vaut vraiment la peine
  • Y aller par ses propres moyens ne coûte pas moins cher

Les moins

  • beaucoup d’heures dans le minibus pour très peu d’heures de visite
  • cher pour la prestation : nourriture franchement moyenne, vélos archi nuls

Conclusion : si cela était à refaire, nous ne referions pas l’excursion depuis Hanoi, nous dormirions plutôt à Tam Coc ou dans les environs car le coin a l’air chouette.

 

Vendredi 5 février 2016. Trajet d’Hanoi à l’île de Cat Ba.

Cette fois-ci, nous ne nous sommes pas fait avoir. Nous savions que faire l’excursion d’une journée dans la Baie d’Along maritime depuis Hanoi se résumait à énormément d’heures de minibus (7-8h aller-retour) pour seulement 4 petites heures de bateau dans des endroits très touristiques. Après de longues recherches, nous avons choisi une autre option : aller par nos propres moyens sur l’île de Cat Ba, y passer quelques nuits ; et de là, trouver une excursion pour visiter dans la Baie de Lan Ha, qui n’est autre qu’une extension de la Baie d’Along, moins touristique et tout aussi jolie.

Mais avant de rêver aux Baies de Lan Ha et d’Along, il faut déjà réussir à se rendre sur l’île de Cat Ba. Pour cela, il faut aller à la station de bus Luong Yen à Hanoi, où ils vendent des billet forfaitaire (bus-bateau-bus) pour Cat Ba. Quasiment tout le monde sauf nous avait réservé son billet mais à cette période-ci, début février, ce n’est pas nécessaire. Le bus n’étant qu’à moitié rempli, le chauffeur s’arrête, comme d’habitude, pour faire monter des locaux et ainsi rentabiliser son trajet jusqu’à Haiphong. Nous atteignons Haiphong 3h30 plus tard. Pas le temps de faire pipi mais Miss V et Mister J irons quand même à la toilette. Brillante idée car il reste encore 30 minutes de traversée en bateau et 45 minutes de trajet en bus sur l’île de Cat Ba pour arriver à la ville de Cat Ba. Comme ce n’est pas la période touristique sur l’île et qu’en plus ce sont les fêtes du Têt qui commencent, Cat Ba ressemble à une ville morte. Certains restaurants et hôtels sont fermés et ceux qui sont ouverts offrent le service minimum : personne à la réception de notre hôtel, le restaurant est fermé ainsi que l’agence de voyage. Pas de chauffage non plus alors qu’il fait 10 °C mais heureusement, nous avons nos sacs de couchage. Et puis, cet hôtel est moins cher que les autres et nous avons une grande baie vitrée avec une vue magnifique !

Île de Cat Ba: vue de notre chambre

Île de Cat Ba: vue de notre chambre

Cat Ba-ville: les hôtels à flanc de colline

Cat Ba-ville: les hôtels à flanc de colline

Île de Cat Ba

Île de Cat Ba

Après ces 5 bonnes heures de trajet de bon matin, notre estomac crie famine ; c’est le bon moment pour goûter un « Hot pot » de crustacés fraichement pêchés. Un vrai délice!

Cat Ba: un "hot pot" de crustacés pour midi

Cat Ba: un « hot pot » de crustacés pour midi

Cat Ba: un "hot pot" de crustacés pour midi

Cat Ba: un « hot pot » de crustacés pour midi

Nous arpentons ensuite l’unique rue de la ville pour dégoter une excursion dans la Baie de Lan Ha et d’Along. Beaucoup d’agences sont fermées, d’autres ne proposent pas d’excursions de groupes mais privées pour le lendemain… Nous visitons une agence un peu louche qui comprend, un bureau, une carte de Cat Ba, un lit et une salle de bain. Le Monsieur nous affirme qu’il a un super bateau dont il nous montre les photos, et une super excursion dans la baie. Ça sent l’arnaque à plein nez. Nous décidons alors de faire confiance au Routard et de réserver une excursion en bateau d’une journée complète (8h) au « Tourism Information Centre & Development » pour 18$. Avec un nom pareil, ça doit être bien. Suspens…

 

Samedi 6 février 2016. Excursions dans les Baies de Lan Ha et d’Along.

Devinez qui nous retrouvons sur le bateau ? Le couple franco-américain qui vit à Hong-Kong et que nous avions rencontré lors de l’excursion précédente (et mitigée) à Tam Coc. Eux ont réservé dans l’agence où on sentait l’arnaque la veille… Comme quoi, notre intuition était mauvaise !

Première bonne nouvelle : notre bateau en bois ne ressemble pas à une épave. Deuxième bonne nouvelle : il fait grand soleil alors que les jours précédents étaient pluvieux. A peine sorti du port, nous tombons tout de suite sous le charme de la Baie de Lan Ha : ses pitons rocheux, ses minuscules plages de sable blanc, son calme. Nous étions (presque) seuls au monde quelque part en mer au milieu de pains de sucre.

Baies de Lan Ha et d'Along: LE BATEAU

Baies de Lan Ha et d’Along: LE bateau

Baies de Lan Ha et d'Along

Baies de Lan Ha: villages flottants

Baies de Lan Ha et d'Along

Baies de Lan Ha: villages flottants

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha: petit temple sur une plage de sable blanc

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha

Après avoir bavé devant la Baie de Lan Ha, nous nous dirigeons vers la Baie d’Along, où nous faisons un peu de kayak dans un endroit encore préservé du tourisme de masse. Oui oui, cela existe encore, même dans la Baie d’Along. Au final, nous n’avons pas vraiment vu de différences entre les deux baies. Il faut dire que nous avons eu la chance de n’apercevoir que peu d’autres bateaux de touristes dans les deux baies, ce qui n’est définitivement pas le cas en partant d’Hanoi. En effet, tous les groupes de touristes venus le matin d’Hanoi se retrouvent aux mêmes endroits dans la Baie d’Along et n’y restent que 4 petites heures.

Baies d'Along: let's go kayaking!

Baies d’Along: let’s go kayaking!

Baies d'Along: let's go kayaking!

Baies d’Along: let’s go kayaking!

Baies d'Along: let's go kayaking!

Baies d’Along: let’s go kayaking!

Baies d'Along: let's go kayaking!

Baies d’Along: let’s go kayaking!

Après une heure de kayak dans la Baie d’Along, nous mangeons sur le bateau de la très bonne nourriture vietnamienne : délicieux nems (parmi les meilleurs), poisson, tofu, omelette aux légumes, chou chinois. Franchement, pour ce genre d’excursion, une telle qualité de nourriture est plutôt rare pour être soulignée !

Nous retournons ensuite dans la Baie de Lan Ha et faisons un dernier stop sur l’île aux Singes, où nous grimpons en haut d’un point de vue sur la baie. Beau sable blanc, jolie vue.

Baies de Lan Ha et d'Along

Baie de Lan Ha: l’île aux Singes

La Baie de Lan Ha: l'île aux singes

Baie de Lan Ha: l’île aux Singes

La Baie de Lan Ha: l'île aux singes

Baie de Lan Ha: l’île aux Singes

La Baie de Lan Ha: l'île aux singes

L’île aux Singes: point de vue sur la Baie

La Baie de Lan Ha: l'île aux singes

Baie de Lan Ha: l’île aux Singes

La Baie de Lan Ha: l'île aux singes

Baie de Lan Ha: l’île aux Singes

De retour vers 17h, nous en avons pris plein les yeux et sommes super contents de notre journée !

Baies de Lan Ha et d'Along

Retour à Cat Ba

Île de Cat Ba: vue de notre chambre

Coucher de soleil sur Cat Ba-ville

Vietnam: Hanoi

Mardi 2 février 2016. Visite de Hanoi.

Le trajet en bus jusqu’à Hanoi s’est super bien passé. La réceptionniste de l’hôtel nous avait dit : « pickup entre 17h et 17h30, et départ du bus à 18h ». En réalité, le pickup est arrivé à 16h30 et le bus est parti à 17h ! Heureusement que nous étions prêts en avance. Nous avons certainement été revendus à la dernière minute à une autre compagnie de bus. Mais peu importe, le bus est confortable, propre et il part tôôôt. Super ! Comme souvent, le bus s’arrête un peu trop souvent à notre goût pour prendre des colis ou des vietnamiens à des arrêts improvisés. Il va mettre 15h pour atteindre Hanoi si ça continue… Que nenni ! Le trajet de nuit fut plus fluide.  A 6h20, soit après 13h30 de trajet, le bus nous dépose à Hanoi. En bon Backpackers qui se respectent, nous n’avons pas pris de taxi mais avons marché un petit 2 kms pour trouver un hôtel dans le Vieux Hanoi. Cela nous a permis de découvrir Hanoi avant qu’elle ne soit envahie de scooters : très calme. Une bonne expérience.

Bus de nuit de Hué à Hanoi

Bus de nuit de Hué à Hanoi

Bus de nuit de Hué à Hanoi

Bus de nuit de Hué à Hanoi

Une fois l’hôtel trouvé et un petit déjeuné avalé, nous sommes partis faire un tour de la ville. Hélas, le trafic a déjà repris et le calme a totalement disparu 😉 Le Vietnam (particulièrement à Saigon) a été, à ce jour, le pays où les scooters étaient les plus présent (et pesants). Voici le code de la route tel que nous l’avons compris sur le tas :

  • Est prioritaire celui qui klaxonne en premier ou le plus fort, ça dépend.
  • Si le feu est vert, passe.
  • Si le feu est rouge, passe en klaxonnant.
  • Les passages pour piétons ne servent qu’à décorer le bitume (comme dans toute l’Asie). Si un piéton s’engage dessus, klaxonne et crie-lui dessus.
  • Si, par chance, il y a un trottoir, c’est pour te garer.
  • Si la chaussée est encombrée, roule sur le trottoir tout en klaxonnant les piétons.
  • Ne regarde jamais ce que tu fais en manœuvrant ton bolide, tu es seul au monde.

Nous avons commencé la visite par le cœur du Vieux Hanoi : le lac Hoàn Kiêm, son pont du Soleil-Levant et son Temple Montagne de Jade. A l extérieur du temple, nous avons eu la chance d’assister à une démonstration gratuite de chants et danses vietnamiens.

Hanoi: le lac Hoàn Kiêm

Hanoi: le lac Hoàn Kiêm

Hanoi: le pont du Soleil-Levant

Hanoi: le pont du Soleil-Levant

Hanoi: le Temple Montagne de Jade

Hanoi: le Temple Montagne de Jade

Hanoi: le Temple Montagne de Jade

Hanoi: le Temple Montagne de Jade

Hanoi: le Temple Montagne de Jade

Hanoi: le Temple Montagne de Jade

Nous nous sommes ensuite dirigés vers la Cathédrale Saint-Joseph. Sentiment étrange : après 4 mois en Asie, nous sommes plus dépaysés de rentrer dans une cathédrale et d’entendre sonner les cloches que de voir un temple. Incroyable !

Hanoi: la Cathédrale Saint-Joseph

Hanoi: la Cathédrale Saint-Joseph

Hanoi: la Cathédrale Saint-Joseph

Hanoi: la Cathédrale Saint-Joseph

Hanoi: la Cathédrale Saint-Joseph

Hanoi: la Cathédrale Saint-Joseph

Dans certaines rues touristiques, impossible pour Mister J de faire 3 mètres sans qu’un cordonnier ambulant ne lui propose de réparer ses sandales dont la semelle est un tout petit peu décollée. Nous ne l’avions même pas vu avant que le premier nous l’ait fait remarqué. Mais attention, il faut être attentif car ils dégainent la super glue plus vite que leur ombre ! C’est leur devoir de cordonnier, ils ne peuvent pas nous laisser dans cet état de nécessité absolue… A moins que ce ne soit pour extorquer quelques Dongs aux touristes étrangers 😉 Effectivement, ils ne regardent pas du tout les souliers des locaux… Étrange 😉

Hanoi: le Vieux Hanoi

Pause de midi dans un des restaurants du Vieux Hanoi

Le soir, nous nous équipons contre le froid : chaussures fermées et thermolactyls sous les vêtements. Il fait autour de 10°C et nous avons très froid. Certainement une question d’habitude 😉 Cela nous fait d’ailleurs tout bizarre de marcher à nouveau avec des chaussures ! 😉

 

Mercredi 3 février 2016. Recherche d’informations et petit tour de Hanoi.

Pour la première fois depuis le début de notre séjour, nous avons utilisé le chauffage ! Et cela était plus que nécessaire pour réchauffer la chambre qui était à 12°C. Une chose est certaine : ils ne sont pas très efficaces en isolation thermique. Les fenêtres fuient, le plafond est haut et le chauffage met bien 2h à parvenir jusqu’à nous.

Chose assez amusante : quand nous avons trouvé cet hôtel la veille, il était très tôt (vers 7h30) et le gars de la réception n’était vraiment pas sympa. En réalité, nous avons choisi de rester ici plus par dépit en se disant que la chambre était bien située, propre, calme et pas trop chère pour le quartier. Mais ce matin, c’est une réceptionniste très sympa, qui nous a même presque donné envie de réserver un tour avec eux. Du coup, il ne faut jamais se fier aux premières impressions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises ! C’est un peu la leçon de notre séjour en Asie.

En dégustant son café du petit déjeuner, Mister J se rend compte qu’il a oublié de parler de notre expérience avec le café au Vietnam. Il a fallu nous rendre jusqu’ici pour apprendre que le Vietnam est le deuxième producteur de café au monde aux coudes à coudes avec le Brésil. Ici c’est le Robusta qui est la spécialité. Et lorsqu’on ne vous sert pas un Nescafé (grosse aberration asiatique), on vous sert un café super fort et super bon. Ici, on le boit avec du lait concentré sucré, chaud ou glacé. Miss V le boit glacé sans lait concentré. Un délice ! Quoi ? Vous n’avez jamais vu Miss V boire du café ? C’est normal, elle ne boit que du café d’exception 😉

Aujourd’hui, nous allons nous renseigner sur la Baie d’Along maritime et terrestre. Ces 2 endroits sont devenus extrêmement touristiques et il faut donc se méfier des nombreuses arnaques en tout genre. Là, plus qu’ailleurs, le moins cher n’est pas le meilleur marché : beaucoup de touristes reviennent déçus de leur excursion, surtout ceux qui choisissent les excursions « petit budget ». C’est donc le moment de lire nos guides de voyages en détail, de trouver de bonnes informations et avis sur internet et de se renseigner dans les agences le long de la rue afin de dégoter une bonne excursion inoubliable. Pas si facile, cela nous prendra la matinée…

A midi, nous sommes allés manger notre meilleur « pho » au bœuf dans un restaurant de rue rempli de locaux près du lac. Ils ne doivent pas en voir tous les jours des touristes dans leur restaurant. La famille qui tient ce petit restaurant avait l’air si contente de nous voir. Vraiment trop chou ! Pourquoi aller payer plus cher un pho insipide dans un restaurant pour touristes alors qu’ils sont bien meilleurs dans les restaurants de rue pour locaux ?

Hanoi: rien de tel (et de meilleur) qu'un "pho" dans un restaurant local (de rue)

Hanoi: rien de tel (et de meilleur) qu’un « pho » dans un restaurant local (de rue)

Hanoi: un "pho" au boeuf, la spécialté de Hanoi

Hanoi: un « pho » au boeuf, la spécialté de Hanoi

L’après-midi, nous continuons notre petit tour d’Hanoi. Il y a tellement de rues de cette ville que nous n’arrivons pas à nous y retrouver. Après 4 mois en Asie, c’est bien la première fois que cela nous arrive.

Hanoi: porte de la Vieille Ville

Hanoi: porte de la Vieille Ville

Hanoi: le Vieux Hanoi

Hanoi: le Vieux Hanoi

Hanoi: le Vieux Hanoi

Hanoi: le Vieux Hanoi

Hanoi

Hanoi

Vietnam: Hué

Samedi 30 janvier 2016. Trajet de Hôi An à Hué.

Pour ce petit trajet de 3h, nous n’avons pas été regardant vis à vis de la compagnie de bus. Bien mal nous a pris.

Le pick-up devait se faire entre 7h30 et 8h mais il se fera à 8h30 ; ça donne le ton. A peine descendu du minibus chargé du pick-up, il repart chercher d’autre personnes. Vers 8h40, tout le monde est prêt à partir mais pas de bus à l’horizon ! On nous compte et re-compte, et on nous prend nos billets. On sent que, dans l’agence, ça s’active. Cela n’a jamais été bon signe mais c’est toujours amusant de voir, que même si tout le monde à réservé son billet de bus au moins la veille, ils semblent découvrir le matin même qu’ils doivent nous emmener quelque part. Finalement, la moitié du groupe embarque dans un minibus et part dans la foulée. Nous, sans vraiment savoir pourquoi, on nous demande d’attendre avec 6 autres personnes… cela sent l’organisation.

Vers 9h, le gérant de l’agence de voyage nous dit nous installer à notre aise dans l’agence car le bus n’arrivera qu’à 10h. Whaaat ? Mister J sent l’entourloupe et pense qu’il n’y a pas de bus et qu’on partira plutôt en début d’après midi, le temps qu’ils en trouvent un. Nous papotons avec les autres et on se dit que ceux partis en minibus 1h plus tôt ont vraiment eu de la chance !

A 10h, on nous dit que le bus arrivera finalement à 11h, heure à laquelle nous aurions dû arriver. A 11h, on nous dit qu’il faut encore attendre 30 minutes ; à 11h30, 20 minutes ; à 12h, 15 minutes ; à 12h15, 10 minutes… Finalement, le bus arrivera à 12h30.

C’est rageant mais que faire ? Que répondre à « Sorry, sorry, bus is coming, I’m sure now ! » ? Si on s’énerve, ou si on leur met le nez dans leur caca, ils risquent de perdre la face et on n’obtiendra plus rien d’eux. « Don’t be sorry, be professional ! » pense Mister J.  « Don’t be sorry, be ashamed ! » pense Miss V.

Heureusement, c’est un vrai bus (pas un minibus) avec trois colonnes de sièges complètement inclinables ; parfait pour faire une bonne grosse sieste pendant ce trajet de 3h. Nous avons peut-être attendu 5h ce foutu bus mais, au moins, nous avons hérité d’un super bus. Du coup, nous oublions très vite les tracas du matin. Après 30 minutes de trajet, le bus fait un court arrêt à Danang pour faire descendre certains passagers vietnamiens. Et là qui voyons-nous monter dans le bus ? Tous ceux qui étaient partis le matin dans le minibus ! Ils n’ont en fait pas été plus chanceux que nous, que du contraire ! Ils ont dû attendre 4h en périphérie d’une grande ville qu’ils ne connaissaient pas. Ils semblaient encore plus dégoûtés que nous.

Nous arrivons finalement à 15h20 à Hué. Alors que la dame de l’agence de voyage nous avait juré que le bus nous déposerait dans le centre ville, celui-ci nous dépose en dehors de la ville (comme souvent). Malgré (ou à cause) des conducteurs de minibus et de taxi très oppressants qui demandent des tarifs exorbitants, nous marchons les 3 kms nous séparant de notre hôtel ! L’hôtel est vraiment super : le personnel est très gentil et très accueillant, tout est très propre.

Le soir, nous goutons les spécialités de Hué dans un restaurant assez chic mais pas trop cher et où le personnel est très sympathique. La journée a peut-être mal commencé mais le vent a fini par tourner et elle s’est terminée sur les chapeaux de roue. Tout est bien qui finit bien…

Hué: salade de pamplemousse

Hué: salade de pamplemousse (chair de pamplemousse, dés de porc, mini crevettes, carottes râpées, etc.)

Hué: rouleaux de de porc à la citronnelle

Hué: rouleaux de de porc à la citronnelle

Hué: crêpes de riz

Hué: crêpes de riz

Hué: soupe de nouilles au boeuf

Hué: soupe de nouilles au boeuf

 

Dimanche 31 janvier 2016. Visite de la Cité Impériale de Hué.

Après une bonne petite grasse matinée pour nous remettre de notre journée de la veille, nous partons à la conquête de la Cité Impériale d’Hué. Hué a été le théâtre d’affrontements pendant la guerre du Vietnam du 31 janvier au 3 mars 1968. C’est une des batailles les plus longues et le plus sanglantes de la guerre. Et cela se ressent lorsqu’on visite la cité Impériale d’Hué qui a été presque été entièrement détruite pendant cette bataille. C’est d’ailleurs à Hué et pendant cette bataille que se déroule la troisième partie du film Full Metal Jacket de Stanley Kubrick.

Hué: avion miltaire vietnamien

Hué: avion miltaire vietnamien

Hué: avion de la US Navy

Hué: avion de la US Navy

 

La Cité Impériale est heureusement en partie reconstruite. Cela nous laisse imaginer la beauté et le dynamisme des lieux au temps où les empereurs y vivaient encore et ce jusqu’en 1945 ! Effectivement, cette visite nous a permis d’en apprendre un peu plus sur la dynastie des Empereurs Nguyen : ils avaient parfois une centaine de femmes classées selon 9 niveaux de hiérarchie, autant de concubines ; des mandarins, des eunuques, des élites et des gardes en mission secrète à leur service ; et cette dynastie d’empereurs a régné sur le Vietnam jusqu’en 1945. Dingue!

Citadelle de Hué: la Tour du Drapeau

Citadelle de Hué: la Tour du Drapeau

Hué: une des portes de la Citadelle

Hué: une des portes de la Citadelle

La Citadelle de Hué: la Porte du Midi

La Citadelle de Hué: la Porte du Midi

La Citadelle de Hué: le Palais du Trône (avant)

La Citadelle de Hué: le Palais du Trône

La Citadelle de Hué: le Palais du Trône (avant)

La Citadelle de Hué: le Palais du Trône

La Citadelle de Hué: le Hall des Mandarins

La Citadelle de Hué: le Hall des Mandarins

La Citadelle de Hué: la Cité Pourpre Interdite

La Citadelle de Hué: la Cité Pourpre Interdite

La Citadelle de Hué: le Temple Hung Tô Mieu

La Citadelle de Hué: le Temple Hung Tô Mieu

La Citadelle de Hué: Porte menant au Temple Hung Tô Mieu

La Citadelle de Hué: Porte menant au Temple Hung Tô Mieu

La Citadelle de Hué: le Temple Hung Tô Mieu

La Citadelle de Hué: le Temple Hung Tô Mieu

La Citadelle de Hué: le Temple du Culte des Empereurs Nguyen

La Citadelle de Hué: le Temple du Culte des Empereurs Nguyen

La Citadelle de Hué: le Temple du Culte des Empereurs Nguyen

La Citadelle de Hué: le Temple du Culte des Empereurs Nguyen

La Citadelle de Hué: le Pavillon des Splendeurs

La Citadelle de Hué: le Pavillon des Splendeurs

La Citadelle de Hué: Porte menant au le Temple du Culte des Empereurs Nguyen

La Citadelle de Hué: Porte menant au le Temple du Culte des Empereurs Nguyen

La Citadelle de Hué:  vue du1er étage de la Porte du Midi

La Citadelle de Hué: vue du1er étage de la Porte du Midi

La Citadelle de Hué: 1er étage de la Porte du Midi

La Citadelle de Hué: 1er étage de la Porte du Midi

La Citadelle de Hué: la Porte de sortie

La Citadelle de Hué: la Porte de sortie

Demain soir, nous partirons déjà pour Hanoi avec un bus de nuit ! Et la journée, nous visiterons les Tombeaux, qui se trouvent le long de la Rivière des Parfums.

Hué: la Rivière des Parfums

Hué: la Rivière des Parfums

Hué: la Rivière des Parfums

Hué: la Rivière des Parfums

 

Lundi 1er février. Visite des Tombeaux Impériaux et bus de nuit.

Cela fait tout juste 4 mois que nous sommes sur les routes d’Asie et il ne nous reste que 10 jours avant de passer en Amérique Latine. Ce moment nous paraissait si loi au départ ; nous y sommes déjà. Et pour fêter cela, nous avons eu droit à de la pluie toute la journée. Ce n’était pas la drache nationale belge, mais c’était quand même pas mal. Surtout que nous avions décidé de visiter les Tombeaux Impériaux en scooter. Ce n’est pas la pluie qui arrêtera deux petits Belges ! Heureusement quand même que nous sommes partis tôt, lorsqu’il n’y avait qu’un petit crachin car au retour nous étions trempés.

En tant que touriste à scooter, nous nous sommes faits abordés par des femmes, elles-mêmes à scooter qui ont à peu près toutes le même discours. Elles commencent à nous demander où on va, et comme par hasard, elles prennent la même route que nous, pour rejoindre leur village qui vit de l’agriculture et de l’artisanat. Il ne faudrait pas rater cela, donc elles nous invitent à les suivre. Bien entendu, il faut refuser poliment, sinon au mieux, elles vont vous demander de l’argent pour vous avoir montré le chemin. Au pire, elles vous conduiront dans un endroit pas du tout authentique où vous serez vivement invités à acheter des choses.

Pour en revenir à la visite des Tombeaux de la Dynastie Nguyen, elle vraiment la peine. Non seulement les tombeaux sont beaux et impressionnants mais cela permet également de découvrir la campagne vietnamienne avec ses rizières, les femmes qui plantent le riz et les hommes qui labourent même s’il pleut. Nous avons visité 3 tombeaux : celui de Minh Mang, le plus bucolique ; celui de Khai Dinh, le plus impressionnant ; et celui de Tu Duc, le plus ancien.

Hué: les rizières sur la route des Tombeaux Impériaux

Hué: les rizières sur la route des Tombeaux Impériaux

Hué: le Tombeau de Minh Mang

Le Tombeau de Minh Mang: première porte

Le Tombeau de Minh Mang: le Porte de la Vertu éclairée

Le Tombeau de Minh Mang: le Porte de la Vertu éclairée

Le Tombeau de Minh Mang: le Temple du Culte du Roi

Le Tombeau de Minh Mang: le Temple du Culte du Roi

Le Tombeau de Minh Mang: le Temple du Culte du Roi

Le Tombeau de Minh Mang: le Temple du Culte du Roi

Le Tombeau de Minh Mang: le Pavillon de la Lumière

Le Tombeau de Minh Mang: le Pavillon de la Lumière

Hué: le Tombeau de Minh Mang

Hué: allée menant au Tombeau de Minh Mang

Le Tombeau de Minh Mang: le tombeau à proprement dit se trouve derrière cette porte et ce rempart mais il n'est pas ouvert au public

Le Tombeau de Minh Mang: le tombeau à proprement dit se trouve derrière cette porte et ce rempart mais il n’est pas ouvert au public

Hué: le Tombeau de Khai Dinh

Hué: le Tombeau de Khai Dinh

Le Tombeau de Khai Dinh: la Cour d'Honneur avec ses satues de mandarins, chevaux et éléphants

Le Tombeau de Khai Dinh: la Cour d’Honneur avec ses satues de mandarins, chevaux et éléphants

Le Tombeau de Khai Dinh: la Cour d'Honneur

Le Tombeau de Khai Dinh: la Cour d’Honneur

Hué: le Temple et Tombeau de Khai Dinh

Hué: le Temple et Tombeau de Khai Dinh

Hué: le Temple et Tombeau de Khai Dinh

Hué: le Temple et Tombeau de Khai Dinh

Hué: le Tombeau de Khai Dinh et ses mosaïques

Hué: le Tombeau de Khai Dinh et ses mosaïques

Hué: le Tombeau de Tu Duc

Hué: site du Tombeau de Tu Duc

Le Tombeau de Tu Duc: le Palais de la Modestie

Le Tombeau de Tu Duc: le Palais de la Modestie

Le Tombeau de Tu Duc: Cour contenant le THéâtre Impérial

Le Tombeau de Tu Duc: Cour contenant le Théâtre Impérial

Le Tombeau de Tu Duc: Cour contenant le THéâtre Impérial

Le Tombeau de Tu Duc: Cour contenant le Théâtre Impérial

Le Tombeau de Tu Duc: le Temple de la reine-mère

Le Tombeau de Tu Duc: le Temple de la reine-mère

Le Tombeau de Tu Duc: petites statues de soldats et mandarins (pour ne pas vexés l'empereur, qui était de petite taille)

Le Tombeau de Tu Duc: petites statues de soldats et mandarins (pour ne pas vexer l’empereur, qui était de petite taille)

Le Tombeau de Tu Duc: le Pavillon de la Modestie

Le Tombeau de Tu Duc: le Pavillon de la Modestie

Le Tombeau de Tu Duc: grande arche en terre cuite menant au tombeau

Le Tombeau de Tu Duc: grande arche en terre cuite menant au tombeau

Le Tombeau de Tu Duc: paravent traditionnel pour que les mauvais esprits s'y cognent

Le Tombeau de Tu Duc: paravent traditionnel pour que les mauvais esprits s’y cognent

Le Tombeau de Tu Duc: paravent traditionnel pour que les mauvais esprits s'y cognent

Le Tombeau de Tu Duc: paravent traditionnel pour que les mauvais esprits s’y cognent

Après l’effort (et la pluie), le réconfort : deux bonnes pizzas à deux pas de notre hôtel dans un restaurant italo-vietnamien. Encore une fois, la patronne est vraiment gentille. Et les pizzas vraiment bonnes : fine pâte croustillante, bien garnie et sans sauce tomate en boîte ! Que demander de plus ? Apparemment, son mari a appris à faire les pizzas en Italie.

La Canadienne avec qui nous avions passé Noël au Laos n’avait pas aimé Hué et nous avait plutôt conseillé Dalat. Mais comme Hué est conseillé dans nos 2 guides de voyage et que les Calaisiens rencontrés en Birmanie avaient approuvé notre itinéraire au Vietnam, nous nous sommes quand même rendus à Hué. Certes, la ville moderne construite tout autour de la Citadelle est moche, remplie de scooters et bruyante; mais la visite de la Cité Impériale et surtout des Tombeaux Impériaux vaut vraiment la peine. En plus, nous avons rencontré des vietnamiens vraiment charmants à Hué : aussi bien les gérants de notre hôtel et les serveuses du restaurant chic où nous allions le soir que la patronne du resto italo-vietnamien ou encore la petite vendeuse de pâtisserie à la noix de coco. Bref, nous ne regrettons aucunement cette étape !

Hué: pâtisserie à la noix de coco

Hué: pâtisserie à la noix de coco

 

Ce soir, nous prenons un bus de nuit pour Hanoi, la capitale. A cause des vacances du Têt, les bus de la compagnie que nous avions choisie était complet. Nous nous sommes alors adressés à notre hôtel. Les bus de la compagnie avec qui ils travaillent d’habitude étaient aussi complets mais ils allaient faire appel à une autre compagnie pas trop mauvaise… Espérons qu’on ne doive pas attendre le bus pendant 5h…

Vietnam: Hôi An

Jeudi 28 janvier 2016. Vol de Hô Chi Minh Ville à Hôi An et petit tour de la ville.

Lever très matinal à 5h15 pour prendre le bus local pour l’aéroport. Dans le bus local, on paie 5 000 Dongs (20 centimes d’€) par personne et par bagage. Cela nous a coûté 20 000 Dongs (80 centimes), bien loin des 160 000 Dong (7€) demandés par les hôtels et agences de voyage pour un taxi. Le confort n’est pas le même mais le bus est climatisé et on ne peut pas vraiment se tromper car les Vietnamiens, vous voyant avec vos gros sacs, veillent à ce que vous montiez dans le bon bus pour l’aéroport 😉

Nous prenons l’avion pour Hôi An (au centre du Vietnam) car les trains sont complets depuis 1 mois à cause des vacances du Têt (le Nouvel An vietnamien). Hé oui, on choisit encore bien notre moment. D’ailleurs, l’aéroport est plein de vietnamiens qui partent visiter leur famille, et le check-in s’éternise car ils voyagent avec valises, cartons, caisses, frigo box, peluches géantes. C’est assez amusant à voir.

A l’embarquement, nous retrouvons Jin A, une Coréenne brièvement rencontrée à Cu Chi et qui se rend, comme nous, à Hôi An. L’occasion de papoter un petit peu. Nous rencontrons régulièrement des Coréens qui sont toujours super sympas ; cela nous donne envie de visiter leur pays.

Le vol ne dure que 1h15. L’aéroport ne se trouve pas à Hôi An mais à Danang, à 35kms au nord de Hôi An. De là, nous comptions prendre le bus. Mais Jin A nous propose de partager son taxi qu’elle avait réservé à l’avance via son hôtel. Elle refuse toutefois de partager le prix de la course, on ne paiera que le « pourboire » demandé par le chauffeur pour le surplus de personnes (3 au lieu d’une), soit 50 000 Dongs (2,5€). Elle est vraiment trooop gentille.

A midi, avec la Coréenne, nous décidons de manger, au marché, la spécialité culinaire d’Hôi An : le Cau Lac (du bouillon, des nouilles, des tranches de porc, du soja, des crackers, de la salade, de la menthe et du citron). Pas mauvais mais sans plus. La Coréenne nous a dit qu’elle essaiera dans un vrai restaurant pour comparer. Mister J pense que si la spécialité culinaire est restée locale, c’est qu’il y a une raison ! 😉

Hoi An: food market

Hoi An: food market

Hoi An: un Cao Lac (du bouillon, des nouilles, des tranches de porc, du soja, des crackers, de la salade, de la menthe et du citron)

Hoi An: un Cao Lac

Nous faisons ensuite un petit tour au marché. Toujours aussi intéressant.

Hoi An: le marché

Hoi An: le marché. Mmmmh de la viande…

Hoi An: le marché

Hoi An: le marché

Hoi An: des ramboutans (ou litchis chevelus)

Hoi An: des ramboutans (ou litchis chevelus)

Hoi An: des pommes d'eau

Hoi An: des pommes d’eau

Nous faisons ensuite ensemble le tour de la ville. Après un bon jus de canne à sucre et après avoir vu le fameux pont japonais, nous décidons de rentrer tôt car la nuit fut courte et nous sommes fatigués. Jin A a, elle, beaucoup d’énergie et va continuer la visite. Il lui reste 2 jours de vacances avant de reprendre son travail. Elle est prof d’anglais et ce sont les vacances d’hiver en Corée.

Hoi An: la rivière Thu Bon

Hoi An: la rivière Thu Bon

Hoi An

Hoi An et ses chapeaux pointus

Hoi An: le Temple Triêu Châu

Hoi An: le Temple Triêu Châu

Hoi An: le Temple Triêu Châu

Hoi An: le Temple Triêu Châu

Hoi An: poissons sèchant dans la rue

Hoi An: poissons sèchant dans la rue

Hoi An: sculpture sur racines de bambou

Hoi An: sculpture sur racines de bambou

Hoi An: en attente d'un jus de canne à sucre

Hoi An: en attente d’un jus de canne à sucre

Hoi An: le pont japonais

Hoi An: le pont japonais

 

Vendredi 29 janvier 2016. Visite de Hôi An, ses vieux temples et maisons.

Hôi An est décrite dans les guides de voyage comme la plus charmante petite ville du Vietnam. Elle est effectivement très jolie mais remplie de touristes, de scooters et de magasins pour touristes. C’est vraiment Disneyland. Dommage car elle a beaucoup de charme : Hôi An étant autrefois un ancien port très fréquenté, elle a reçu (et conservé) des influences françaises, chinoises et japonaises. Elle possède ainsi de superbes vieux temples chinois, de vieilles maisons en bois mêlant parfois les styles chinois, japonais et vietnamiens, un joli quartier colonial français et un beau pont japonais. 

Hoi An

Hoi An

Hoi An

Hoi An

Hoi An: des chapeaux pointus, en veux-tu? En voilà!

Hoi An: des chapeaux pointus, en veux-tu? En voilà!

Hoi An: cérémonie de bénédiction de sa voiture

Hoi An: cérémonie de bénédiction de sa voiture

Hoi An: la quartier colonial français et ses arcades

Hoi An: la quartier colonial français et ses arcades

Hoi An: la quartier colonial français et ses arcades

Hoi An: la quartier colonial français et ses arcades

Hoi An: le Temple Hai Nam

Hoi An: le Temple Hai Nam

Hoi An: un temple

Hoi An: un temple

Hoi An: le Temple Quan Công

Hoi An: le Temple Quan Công

Hoi An

Hoi An

Hoi An: le Temple Phuc Kiên

Hoi An: le Temple Phuc Kiên

Hoi An: le Temple Phuc Kiên

Hoi An: le Temple Phuc Kiên

Hoi An: le Temple Phuc Kiên

Hoi An: le Temple Phuc Kiên

Hoi An

Hoi An

Hoi An

Hoi An

Hoi An

Hoi An

Hoi An: vue de la porte arrière de la maison Tân Ky

Hoi An: la maison Tân Ky

Hoi An: la maison Phùng Hu'ng

Hoi An: la maison Phùng Hu’ng

Hoi An: la maison-chapelle de la famille Tràn

Hoi An: la maison-chapelle de la famille Tràn

 

Le soir, Hôi An devient magique, féérique avec toutes ces loupiotes allumées.

Hoi An by night

Hoi An by night

Hoi An by night

Le pont japonais by night

Hoi An by night

 

Malgré le charme de la ville, nous décidons de partir dès le lendemain pour Hué car le côté touristique nous lasse beaucoup, nous avons déjà fait le tour de toute la ville et il ne fait pas assez chaud pour profiter des plages avoisinantes. Mais ne nous faîtes pas dire ce que nous n’avons pas dit: Hôi An vaut la coup, il faut aller! Mais pas trop longtemps 😉 Deux petits jours suffisent amplement.

Vietnam: Hô Chi Minh Ville

Dimanche 24 janvier 2016. Trajet de Phnom Penh (Cambodge) à Hô Chi Minh Ville.

Le trajet en bus s’est très bien passé : le chauffeur conduisait bien, ne s’arrêtait pas toutes les trente minutes, l’accompagnateur était bien organisé, les horaires respectés et, pour une fois, nous avons été déposés en centre-ville à quelques mètres du quartier des routards. Seul point négatif : le bus était infesté de moustiques 😉 Heureusement, nous sommes toujours bien équipés d’anti-moustique. Et Mister J a dû en tuer une bonne trentaine pendant le trajet, ça occupe et défoule 😉

Le passage de la frontière vietnamienne est assez drôle : l’accompagnateur tient absolument à collecter tous les passeports et les donner lui-même au contrôle de l’immigration. L’officier les vérifie un par un et les rend au chauffeur du bus sans s’assurer que le détenteur du passeport est bien la personne qui passe la frontière. Bizarre. Mais c’est le même traitement pour toutes les compagnies de bus…

Arrivés à Ho Chi Minh City, la ville nous semble chouette. C’est une grande ville asiatique qui semble assez développée et qui nous rappelle Bangkok. Comparé à Phnom Penh que nous venons de quitter, Saigon nous plaît tout de suite beaucoup plus. Nous trouvons un logement à prix correct (12$) dans le quartier des routards, sympa et au calme de l’agitation de cette ville et de ces karaokés. Seul inconvénient : notre chambre est au 5ème étage, sans ascenseur. Du coup, c’est bon pour nos mollets 😉

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville

Ho Chi Minh Ville

Nous passons l’après-midi dans un chouette resto presqu’en face de notre guesthouse à écrire et mettre à jour notre blog car nous avons beaucoup de retard…

Ho Chi Minh Ville: une bonne bière Saigon pour commencer notre séjour au Vietnam.

Ho Chi Minh Ville: une bonne bière Saigon pour commencer notre séjour au Vietnam.

 

Lundi 25 janvier 2016. Visite de Hô Chi Minh Ville (ex-Saigon).

Comme le disait si bien Robin Williams dans le film du même nom, « Good moooooorning Vietnaaaaaam » !! Après une bonne nuit de sommeil et un bon muesli aux fruits et au yaourt, nous partons à la conquête de la ville. A pied, comme toujours, malgré les sollicitations des nombreux tuk-tuk. Enfin, nous commençons d’abord par chercher à obtenir des billets de train pour notre prochaine destination au centre du Vietnam. Manque de bol, ce sont les vacances du Têt (le Nouvel An vietnamien), donc tous les trains sont complets jusqu’au 7 février. Avant et après la fête du Têt, ce n’est pas quelques jours à l’avance mais un mois à l’avance qu’il faut réserver ses billets de train. Nous avons vraiment l’art de visiter les pays asiatiques pendant les fêtes : la Golden Week en Chine, Diwali (la Fête des Lumières) en Inde, Dad’s day (l’anniversaire du roi) en Thaïlande et maintenant la fête du Têt au Vietnam 😉 Le bus alors ? Euuuh non, pas pour nous, le trajet durant 20h. Pas grave, un billet d’avion n’étant pas beaucoup plus cher que le train, nous optons pour cette solution. Et pour le deuxième trajet de nuit que nous voulions faire en train jusqu’à Hanoï, la capitale, nous prendrons le bus.

Nous arrivons à 11h00 à la cathédrale, construite par les Français. Les briques, le pavage, tout est là ; le temps d’un instant, nous nous croyons en France. Malheureusement, la cathédrale est fermée entre 11h et 15h… Nous reviendrons un autre jour.

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

A côté, se trouve la poste centrale, un magnifique bâtiment à structure métallique créée par Gustave Eiffel. Mister J est aux anges. Mais la nouvelle peinture jaune poussin est un peu criarde. Dommage.

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Nous passons également par l’hôtel de ville que l’on croirait tout droit sorti d’une pâtisserie, puis par les Champs Élysées vietnamiens. C’est l’occasion de voir la bourgeoisie vietnamienne faire les boutiques chez Ralph Lauren, Cartier, Channel, Burberry, etc.

Ho Chi Minh Ville: l'Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l’Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l'Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l’Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l'Hôtel de Ville et la statue d'Ho Chi Minh

Ho Chi Minh Ville: l’Hôtel de Ville

Nous faisons ensuite un petit tour au marché. Intéressant et coloré comme toujours.

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: des tripes, du foie, du coeur, de la langue, du groin... Mmmm.

Ho Chi Minh Ville: des tripes, du foie, du coeur, de la langue, du groin… Mmmm.

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

A midi, nous testons un petit restaurant typique vietnamien à l’arrière d’une épicerie (où nous serons les seuls touristes) et prenons des « pho », ces fameuses soupes de nouilles vietnamiennes. Bingo, le « pho » est excellent ! Nous reviendrons 😉

Ho Chi Minh Ville: des rouleaux de printemps aux crevettes.

Ho Chi Minh Ville: des rouleaux de printemps aux crevettes.

Ho Chi Minh Ville: un "pho" au crabe et aux crevettes pour Mister J

Ho Chi Minh Ville: un « pho » au crabe et aux crevettes

Ho Chi Minh Ville: du jus de canne à sucre

Ho Chi Minh Ville: du jus de canne à sucre

L’après midi, nous flânons dans un petit parc de la ville à l’abris de la chaleur et du bruit incessant des motocyclettes (4 millions dans cette ville). Puis, nous rentrons nous reposer à l’hôtel et trier les photos.

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ce qui frappe à Saigon (tout le monde l’appelle encore ainsi), c’est le nombre de touristes américains plutôt âgés (que l’on croise rarement dans d’autres pays…) qui se croient hyper sexy car ils arrivent à « draguer » de jeunes vietnamiennes. Difficile pour un homme âgé de voyager seul ici sans se faire aborder la nuit à chaque coin de rue. A croire que l’homme idéal pour les vietnamiennes, c’est un mix entre Donald Trump et Bill Gates…

 

Mardi 26 janvier 2016. Visite des tunnels de Cu Chi.

Toutes les guesthouses, hôtels et agences de Saigon proposent l’excursion aux tunnels de Cu Chi. Le Québécois rencontré à Kampot au Cambodge, nous l’avait conseillé mais lorsque nous avons vu le prix de l’excursion (30 à 60$ par personne), nos yeux sont sortis de nos orbites. Hors de question ! En scooter alors ? Pas question non plus vu la circulation à Saigon. Et puis, les tunnels de Cu Chi se situent quand même à 60 kms. Nous avons alors étudié la dernière option : le bus local. Brillante idée ! Il suffit de prendre 2 bus locaux (le 13 puis le 79) et le tour est joué. L’arrêt de bus pour le 13 se trouve à deux pas du quartier des routards, le changement de bus se fait à la gare de bus de Cu Chi et les locaux ou l’accompagnateur de bus nous préviennent quand descendre du bus pour se rendre aux tunnels. Un jeu d’enfants ! Pourtant, nous étions les seuls touristes. Après 2 grosses heures, nous voilà arrivés. En tout et pour tout (ticket d’entrée compris), nous en avons eu pour moins de 5 $ par personne ! En plus, cela nous a permis de nous mêler à la population, d’apprendre quelques mots d’anglais à une accompagnatrice du bus et de nous rendre compte qu’ils sont super gentils ces Vietnamiens (surtout ceux qui ne bossent pas dans le tourisme !!!).

Bus local de Ho Chi Minh  Ville à Cu Chi

Bus local de Ho Chi Minh Ville à Cu Chi

Car durant nos 4 mois passés à parcourir l’Asie, nous avons entendu du bon et du beaucoup moins bon, voire du très mauvais, à propos du Vietnam. Exemple : superbe pays mais les conducteurs de tuk-tuk sont insupportables et les vietnamiens ne sont pas sympas. Pour l’instant, nous n’avons pas ressenti cela. Il faut dire qu’une fois qu’on est allé en Inde, et tout particulièrement au Rajasthan, tout est relatif… Nous verrons bien dans le nord du pays, à Hanoi et dans la Baie d’Halong…

Pourquoi aller voir des tunnels ? Ce ne sont pas des tunnels mais THE TUNNELS ! Ce sont les tunnels que les Vietcongs (nord-vietnamiens) ont creusés pour échapper aux américains et à leurs bombardements pendant la guerre du Vietnam. Une vraie fourmilière avec des bouches d’aération, des puits, des cuisines, des infirmeries, des salles de réunion. Comme ils n’avaient pas beaucoup de moyen, ils ont dû faire travailler leur intelligence. Ces tunnels et les divers pièges fait-maison en sont le fruit. Ils étaient ouvriers, fermiers, professeurs, en fait simples vietnamiens le jour et Vietcongs la nuit. La ténacité et les stratagèmes vietnamiens (tunnels, camouflages, pièges, recyclage des bombes) contre l’argent et la technologie américaine… On comprend mieux pourquoi les américains se sont enlisés dans ce conflit !

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges vietnamiens

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges

Cu Chi: récupération des pneus pour en faire des sandales pendant la Guerre du Vietnam

Cu Chi: récupération des pneus pour en faire des sandales

Les américains n’ont jamais vraiment réussi à débusquer les tunnels (200kms !). S’ils trouvaient une bouche d’entrée, ils étaient bien trop grands et trop gros pour pouvoir se déplacer dans ces tunnels. Ils ont alors envoyé des Mexicains, plus petits, mais en vain. Ils ont fini par envoyer des sud-vietnamiens mais ces derniers se faisaient empaler dans les nombreux pièges des Vietcongs. En réalité, les tunnels étaient plus petits que sur les photos, ils ont été agrandis pour les touristes.

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

En fin d’après midi, nous rentrons à la chambre d’hôtel pour nous reposer. Et là, surprise… Mister J voit que son sac a été visité. Quand on range son sac toujours de la même façon depuis des mois, chaque chose a sa place et on se rend vite compte si quelqu’un est passé par là. Nous ne laissons jamais rien de valeur dans notre chambre : pas d’argent, pas de bijou, pas d’ordinateur, rien. Nous n’avons donc rien à craindre. C’est juste hyper décevant car ils semblaient si gentils dans cette guesthouse…

Nous sortons manger et revenons vers 20h30 et là, re-surprise… Le fils de la gérante, la vingtaine, est torse-nu dans la chambre en train de chipoter au sac de Miss V. Il nous dit « Cleaning, sorry ». Comme nous ne sommes pas vraiment convaincus, il essaie alors de nous dire qu’il va aller chercher un balai. Mister J l’envoie bouler et lui dit de ne pas revenir car nous n’avons pas besoin de « Cleaning ». Son anglais étant miteux, Mister J descend à la réception pour faire activer ce foutu air-conditionné qu’ils ont coupé et prévenir qu’il y a un voleur dans la famille. La grand-mère va chercher le gamin ; ils parlent en vietnamien entre eux. Ils expliquent alors à Mister J qu’il était en train de réparer le Wifi… Hum, ils nous prennent pour des imbéciles ou quoi ?! Cleaning ou Wifi ? Puis, il faudra quand-même nous expliquer pourquoi il faut aller dans la chambre pour réparer le Wifi (qui en plus fonctionne très bien). Ils nous parlent alors de « cable, cable in your room ». C’est bizarre, on pensait justement que le Wifi signifiait « sans fil » … Au final, nous ne savons pas si c’est cautionné par la famille ou si la grand-mère ne voulait pas perdre la face devant nous. Nous nous demandions justement comment ce jeune avait fait pour acheter un iPad Pro, devant lequel il passe toute ses journées. Nous comprenions mieux maintenant… Mais c’est une bonne leçon pour l’avenir : ne jamais laisser d’argent ou d’objet de valeur dans la chambre. Non Miss V, ton épilateur n’a de la valeur que pour toi, pas pour les voleurs, tu peux le laisser dans la chambre 😉

 

Mercredi 27 janvier 2016. Visite du musée des Vestiges de la Guerre.

Le Musée des Vestiges de la Guerre était autrefois appelé le Musée des Crimes de Guerre Américains mais pour ne pas heurter les touristes américains, il a changé de nom… La Guerre du Vietnam fut la première guerre médiatique. Bon nombre de photographes vietnamiens, américains, français, japonais sont allés sur le front pour témoigner de la réalité de cette guerre. Et ce sont une partie de ces photos, qui, exposées dans ce musée, nous raconte l’histoire de la Guerre du Vietnam. Très intéressant et à nouveau très marquant, même si le musée ne brille pas par son objectivité. On nous montre comment les américains sont venus envahir le gentil Vietnam qui ne souhaitait que sa réunification; et comment ils traquaient les Vietnamiens partout pour débusquer les Vietcongs : campagnes, villages, forêts, montagnes, delta du Mékong, etc. Et personne n’était épargné, ni les femmes, ni les enfants, ni les vieillards. Ils ont aussi testé de nouvelles armes dont des produits chimiques. On ne parle pas dans ce musée des dérives du communisme encore visibles aujourd’hui. Après la guerre, beaucoup de vietnamiens pro-américains qui n’ont pas fui ont été emprisonnés. Une fois libérés des années après, beaucoup sont partis vivre à l’étranger car ils n’étaient pas bien vu du parti. Le gouvernement communiste est toujours au pouvoir aujourd’hui et ils ont toujours leurs têtes de turc : par exemple, ceux qui ont des tatouages ou qui sont de confession chrétienne ne peuvent pas travailler pour le gouvernement. Ca c’est le guide aux tunnels de Cu Chi qui nous l’a raconté. Nous aimons beaucoup la conclusion du Routard : peut-être que dans les guerres, il n’y a parfois ni bon ni méchants mais une masse indistincte de combattants rendus fous(-furieux) par l’horreur des affrontements…

Ho Chi Minh Ville: manifestation en Belgique

Ho Chi Minh Ville: manifestation en Belgique

Ho Chi Minh Ville: affiche en France

Ho Chi Minh Ville: affiche en France

Ho Chi Minh Ville: un photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: un photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: une femme photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: une femme photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: no comment...

Ho Chi Minh Ville: no comment…

Ho Chi Minh Ville: pour détruire les ressources naturelles des Vietnamiens

Ho Chi Minh Ville: largage de produits toxiques pour détruire les ressources naturelles des Vietnamiens

Ho Chi Minh Ville: forêt détruite suite au largage de produits toxiques

Ho Chi Minh Ville: forêt détruite suite au largage de produits toxiques

Ho Chi Minh Ville: la plus célèbre des photos de cette guerre, "the napalm girl".

Ho Chi Minh Ville: la plus célèbre des photos de cette guerre, « the napalm girl ».

Ho Chi Minh Ville:  tous les médicaments que cet ancien soldat américian doit prendre suite à cette guerre

Ho Chi Minh Ville: tous les médicaments que cet ancien soldat américian doit prendre suite à cette guerre

Ho Chi Minh Ville: le Musée des Vestiges de Guerre

Ho Chi Minh Ville: le Musée des Vestiges de Guerre

Le soir, en rentrant à notre chambre, Mister J se rend compte que nous avons un visiteur dans notre salle de bain… un énorme cafard ! Ils sont beaucoup plus gros que chez nous ici (mais quand même pas aussi gros qu’en Australie). Nous en avions vu dans la rue et espérions qu’en étant au 5e étage, nous serions épargnés. Et noooon. Mister J a alors chaussé ses sandales, s’est emparé d’une des sandales de Miss V et a frappé de toutes ses forces. C’est que ça court vite ces bestioles ! Mais le premier coup fut fatal.

Photos du Vietnam

Gallery

Retrouvez ici le tableau et la carte de notre itinéraire au Vietnam.