Voyage

Voyage voyage, plus loin que la nuit et le jour, voyage…

 Courir le monde de toutes les façons possibles, ce n’est pas seulement la découverte des autres, mais c’est d’abord l’exploration de soi-même, l’excitation de se voir agir et réagir. C’est le signe que l’homme moderne a pris conscience du gâchis qu’il y aurait à rendre passive une vie déjà bien courte. (Xavier Maniguet)

 Dans 20 ans, vous serez plus déçu par les choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. (Mark Twain)

 Voyager est fatal pour les préjugés, l’intolérance et l’étroitesse d’esprit. (Mark Twain)

 Pour bien aimer un pays, il faut le manger, le boire et l’entendre chanter. (Michel Deon)

 Embrasse l’univers de ton prochain, et il s’ouvrira à toi. (Laurent Gounelle)

 L’homme qui veut s’instruire doit lire d’abord, et puis voyager pour rectifier ce qu’il a appris. (Casanova)

 Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page.  (Saint Augustin)

 On ne fait pas un voyage. Le voyage nous fait et nous défait, il nous invente. (David Le Breton)

 Le voyage est un retour vers l’essentiel. (Proverbe tibétain)

 Ne suivez pas les routes toutes tracées. Au contraire, allez là où il n’y a pas de route et commencez à creuser le chemin.

 Les voyages sont l’éducation de la jeunesse et l’expérience de la vieillesse. (Francis Bacon)

 Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage. (Joachim Du Bellay)

 Le voyage touche à sa fin. Mais la fin est un objectif, pas une catastrophe. (George Sand)

 The more you travel, the more you see and hear. (Proverbe tibétain)

 Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, cela va dans sa tête. Si vous lui parlez dans sa propre langue, cela va dans son coeur. » Nelson Mandela

Voici les autres rubriques:

One thought on “Voyage

  1. Thierry

    …Ils enfermèrent soigneusement quelques petits coquillages dans un carré de tissu. Chacun de ces coquillages représentant une étape de leur parcours. Ils se firent la promesse, qu’une fois arrivés au bout de leur longue route, c’est à dire ici même, de reposer ces coquillages à l’endroit exact où il les avaient trouvés….
    (Extrait et adapté de  » Mike Horn: Latitude Zéro »).

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *