Costa Rica: Tortuguero

 Les Américains qui voyagent à l’étranger pour la première fois sont souvent surpris de découvrir que, malgré tous les progrès réalisés ces 30 dernières années, les étrangers parlent encore des langues étrangères. » Dave Barry

Mardi 17 mai 2016. Trajet San José-Cariari-La Pavona-Tortuguero.

Une longue journée de voyage nous attend : Tortuguero n’est accessible que par bateau (d’un côté la Mer des Caraïbes, de l’autre une enfilade de canaux) et nous devrons prendre deux bus avant d’arriver à l’embarcadère !

Première embuche de la journée : le couple d’Espagnols avec qui nous devions partager le taxi pour aller à la gare de bus ne veut plus prendre de taxi mais y aller à pied. Sympa de prévenir à la dernière minute… Du coup, la réceptionniste n’a pas voulu réserver le taxi, de peur qu’on veuille nous aussi marcher. Nous partirons donc 15 minutes plus tard que prévu (grrr) mais arriverons à la gare à temps pour monter dans le bus pour Cariari. Au final, pas trop grave, mais c’est pesant de ne pas pouvoir compter sur certains autres voyageurs… Notre avis ? La veille, ils ont accepté de partager un taxi pour payer moins cher mais seulement « au cas où » il pleuvrait. Comme il ne faisait pas mauvais, ils ont préféré marcher, sans se soucier un seul instant de l’impact que cela pourrait avoir sur nous, ou sur les autres voyageurs qui auraient voulu partager le taxi avec nous…

Après 2 h de route vertigineuse à travers des cols verdoyants et des vues magnifiques, nous arrivons à Cariari, une toute petite ville, où il y a toute de même 2 terminaux de bus : l’ancien et le nouveau. Nous arrivons au nouveau terminal, et, selon le Lonely Planet, nous devons marcher 500m pour prendre le bus pour La Pavona, qui part de l’ancien terminal. Un local nous explique que nous n’avons pas besoin de marcher car le bus va passer nous chercher au nouveau terminal avant d’aller à l’ancien terminal. La plupart des touristes (dont nous) décide d’attendre au nouveau terminal, alors que 4 autres touristes ne veulent croire que le Lonely Planet et marchent jusqu’à l’autre terminal. Verdict ? Le bus est bien venu nous chercher avant d’aller à l’ancien terminal. Du coup, nous avons pu monter avant tout le monde, caser nos bagages facilement et ce, sans faire la file. Tout cela pour dire qu’il ne faut pas croire aveuglément les guides de voyage mais plutôt se fier aux locaux (sauf en Inde ;-)) ! Ayez confiance en l’être humain ;o)

En route pour Tortuguero

En route pour Tortuguero. Second bus.

En route pour Tortuguero: "Jésus est le pilote, Je suis son copilote."

En route pour Tortuguero: « Jésus est le pilote, Je suis son copilote. »

En route pour Tortuguero: passage à niveau ? Non, passage de bananes !

En route pour Tortuguero: passage à niveau ? Non, passage de bananes ! Le long du parcours du second bus (menant à l’embarcadère), il y a des bananeraies partout.

Après 1h de route très « bumpy », nous arrivons à l’embarcadère de La Pavona, où le bateau public nous attend. Et c’est parti pour 1h15 de navigation sur les canaux habités par des crocodiles, iguanes, lézards, etc. On se croirait presqu’en Amazonie 😉

Tortuguero

En route pour Tortuguero via les canaux

Tortuguero: un beau gros crocodile

Tortuguero: un beau gros crocodile

Tortuguero

Tortuguero

Tortuguero

Tortuguero

Tortuguero

Tortuguero et ses canaux

Tortuguero

Tortuguero et ses canaux

Après une telle journée de trajet, nous sommes bien contents d’arriver à Tortuguero ! Notre hôtel se trouve à deux pas de la plage de sable noir mais la Mer des Caraïbes est trop dangereuse ici pour pouvoir s’y baigner. Pas grave, nous trempons juste nos pieds et marchons sur cette merveilleuse plage quasi déserte 😉 En juillet et août, les tortues viennent y pondre leurs œufs. Dommage, ce n’est pas la saison. Enfin, pas sûr que cela nous aurait plu car à cette période-là, les touristes débarquent apparemment par milliers dans ce petit village.

Bienvenidos a Tortuguero !

Bienvenidos a Tortuguero !

Tortuguero: notre hôtel

Tortuguero: notre hôtel

Tortuguero

Tortuguero et sa plage de sable noir

Tortuguero

Tortuguero et sa plage de sable noire déserte

Tortuguero

Tortuguero et sa plage de sable noire. Oui, le ciel est menaçant, et alors ? 😉

 

Mercredi 18 mai 2016. Visite du Parc National de Tortuguero.

Waouw la nuit fut agitée ! Quel tonnerre monstre ! Mister J a même vu la foudre tomber dans la mer à quelques mètres de notre hôtel. Il n’était pas très rassuré…

Levé à 5h du matin. Ouf, la pluie s’est arrêtée. Nous avons rendez-vous à 5h45 au Parc National avec Francisco, notre guide, pour prendre un café, puis faire une balade de 3h en barque dans les canaux. Vous trouvez cela tôt ? Pourtant en quittant notre chambre à 5h30, nous croisons la gérante de l’hôtel, accompagnée de sa fille d’environ 7 ans, qui a déjà eu le temps d’aller faire les courses. Ils sont très matinaux ici !

Arrivés à l’agence de Francisco, nous faisons brièvement connaissances avec les 6 autres personnes du groupe, tous allemands 😉 C’est bien la première fois que cela nous arrive !

Nous avons rencontré Francisco la veille, il est venu nous chercher à l’embarcadère pour nous conduire à l’hôtel, nous expliquer tout ce qu’il y avait à faire à Tortuguero et accessoirement nous parler des tours que propose son agence. Malgré son très bon anglais, nous lui avons demandé de parler en espagnol pour que nous puissions pratiquer. Vous vous demandez surement pourquoi nous vous racontons cela. Et bien figurez-vous que nous avons tellement bien fait illusion avec notre espagnol que ce matin, même si nous pouvions tous tenir sur un seul bateau, il nous a affrété un autre bateau rien que pour nous deux avec un guide hispanophone ; les 6 autres étant avec Francisco pour écouter ses explications en anglais. Mais soyons réalistes : même si nous avions tout compris des différentes choses à faire à Tortuguero la veille, un tour de 3h avec des explications sur la faune et la flore en espagnol, c’est au-delà de nos capacités. Au final, nous avons tout de même eu droit à notre balade en barque privée avec notre guide hispanophone, tout en pouvant suivre les explications en anglais données par Francisco car nous naviguions côte à côte.

Lors de cette balade en barque dans le Parc National, nous apercevrons deux singes hurleurs, un paresseux, un oiseau noir qui ressemble à un cormoran et qui ouvre ses ailes pour les sécher, le plus grand toucan (très beau bec et superbe oiseau en vol), deux gros perroquets verts et un caïman. Une heure avant la fin de notre balade en bateau, il commence à pleuvoir mais heuresuement, pas des cordes ; nous pourrons terminer l’excursion tout à fait normalement. Seul notre short est mouillé 😉 Il est temps maintenant de trouver un petit-déjeuner et franchement, les restaurants ne courent pas les rues ici, et encore moins en saison basse.

Tortuguero: excursion sur les canaux à la recherche d'animaux...

Tortuguero: excursion sur les canaux à la recherche d’animaux…

Tortuguero: excursion en barque

Tortuguero: excursion en barque

Tortuguero: non, ce n'est pas un cormoran. Non, il ne va pas non plus s'envoler; il ouvre ses ailes pour les sécher.

Tortuguero: non, ce n’est pas un cormoran. Non, il ne va pas non plus s’envoler; il ouvre ses ailes pour les sécher.

Tortuguero

Tortuguero et ses canaux

Tortuguero: le plus grand des toucans

Tortuguero: qui a réussi à voir le plus grand des toucans ? Indice: il n’est pas très grand.

Tortuguero: un gros iguane

Tortuguero: un gros iguane

Tortuguero: un caïman

Tortuguero: un caïman

Après avoir englouti notre petit-déjeuner, nous partons parcourir le Parc National à pied (sur 2kms parallèles à la plage) en espérant apercevoir d’autres animaux. Jumelles autour du cou, nous en apercevons quelques-uns : des fourmis, des fourmis et des colonies de fourmis ; une araignée ; des singes-araignées qui s’accrochent aux branches avec leur queue, des oiseaux noirs à ventre rouge ; des papillons. Finalement, Mister J aperçoit, du bout de ses jumelles, un animal qui ressemble à un panda mais en plus petit. Miss V lui répond qu’il s’agit surement d’un singe capucin à tête blanche. Mais Mister J lui dit que ce n’est pas possible car cet animal à des oreilles pointues. Miss V s’empare alors des jumelles et découvre un…petit tapir ! Sacré Mister J !

Tortuguero: balade à pied dans le Parc National

Tortuguero: balade à pied dans le Parc National

Tortuguero

Tortuguero: oh une araignée !

Tortuguero: deux singes-araignées au sommet d'un arbre

Tortuguero: deux singes-araignées au sommet d’un arbre

Tortuguero: une maman singe-araignée et son petit sur le dos

Tortuguero: une maman singe-araignée et son petit sur le dos

Tortuguero

Tortuguero

Tortuguero

Tortuguero

Tortuguero: la caravane de fourmis transportant des morceaux de feuilles sur le bout de bois

Tortuguero: la caravane de fourmis transportant des morceaux de feuilles sur le bout de bois

Tortuguero: un tapir

Tortuguero: un tapir

Tortuguero

Tortuguero

A la fin de notre balade à pied, il commence à pleuvoir des cordes. Très vite, la rue principale est inondée. Les locaux ont, eux, trouvé la parade : ils marchent pieds nus ; les hommes, torse-nus et en maillot de bain ; les femmes, en mini-short et parapluie 😉 Aaaah enfin, une vraie averse digne de la saison des pluies ! Autant vous dire que le temps de trouver un restaurant ouvert, nos chaussures, chaussettes et shorts étaient complètement mouillés. Cela durera 2-3h. Contrairement à d’autres que nous avons croisés en sortant du Parc, nous avons été bien inspirés de faire cette promenade le matin 😉 Ici, le long de la Côte des Caraïbes, il faut profiter de la moindre éclaircie car il peut pleuvoir à tout moment.

Bien entendu, il fait trop humide pour que nos affaires sèchent. La gérante de l’hôtel nous propose gracieusement de laver et faire sécher nos affaires. Trop sympa, sachant qu’une lessive coûte au Costa Rica jusqu’à 5$/kg dans les laveries !

 

Jeudi 19 mai 2016. Repos à Tortuguero.

Pas de chance pour ceux qui avaient prévu de faire un tour sur les canaux ce matin. Le nuit fut relativement sèche…jusqu’à ce qu’il se mette à pleuvoir vers 4h du matin et ce, jusqu’à 8h ! Pour leur tour en barque, c’est loupé. C’est là que nous nous rendons compte à quel point nous avons été chanceux hier !

L’avantage quand il pleut, c’est qu’il fait bon ; par contre, dès que la pluie s’arrête et que le soleil perce, il fait chauuuud 😉 Oui mais nous avons besoin de cette chaleur pour arriver à faire sécher nos chaussures.

Sirotant son thé sur le balcon de l’hôtel en regardant la mer déchaînée, Miss V aperçoit un petit oiseau près d’une fleur du jardin : un superbe colibri rouge et vert. La magie de la nature ! La journée commence bien !!

A midi, nous retournons manger chez Miss Myriam, une mamy caribéenne chez qui on ne viendrait manger rien que pour son sourire. Elle a un sourire à tomber par terre ! Et en plus elle fait bien à manger : poisson ou poulet accompagné du meilleur riz aux haricots (si si), bananes frites, salade.

Tortuguero: coucher de soleil depuis notre balcon

Tortuguero: coucher de soleil depuis notre balcon

Tortuguero: coucher de soleil depuis notre balcon

Tortuguero: coucher de soleil depuis notre balcon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *