Honduras: Copan

Dimanche 17 avril 2016. Trajet Antigua-Guatemala City-Copan

Comme prévu le minibus de la compagnie Hedman Alas vient nous chercher à 3h20 du matin. Aïe, à cette heure-là le réveil est difficile. Trop tôôôt ! Mais pas le choix : tous les moyens de transport pour Copan partent à 3h30 ou 4h du matin. Surprise : nous sommes les seuls dans le minibus qui nous emmène à Guatemala City, la capitale. La classe ! Au fait pourquoi avoir dormi à Antigua et pas à Guatemala City ? Car il n’y a rien à voir à Guatemala City (à part un livre très ancien dans un musée) et elle est réputée (très) dangereuse. Quitte à rester cloitré dans notre hôtel, autant dormir à Antigua et nous lever une heure plus tôt pour prendre le bus. Comme à cette heure-là, il n’y a pas encore de bouchons dans Guatemala City, nous arrivons à 4h du matin à la gare de bus Hedman Alas, soit 1h avant que le bus ne parte. Grrr, on aurait pu quand même dormir un peu plus, non ? Pendant cette petit heure d’attente, nous remplissons les trois documents nécessaires pour passer la frontière entre le Guatemala et le Honduras. C’est déjà ça de gagner, c’est toujours plus facile que de les remplir dans un bus 😉 Nous partons à l’heure, à 5h du matin, et constatons que le bus est quasiment vide. Il faut dire que les touristes prennent les minibus plutôt que le bus pour se rendre à Copan car le bus coûte deux fois plus cher. Oui mais dans un bus, on est mieux assis (plus de place en longueur et en largeur, siège plus confortable), on peut dormir (siège inclinable), il y a une toilette, et vu l’état de la route (toute cabossée), nous sommes bien contents d’avoir choisi cette option ! Bref, nous décidons de continuer notre nuit et passons donc tout le trajet à dormir. Vers 9h30, nous arrivons à la frontière, que nous passons très rapidement et sans problème. Surprise du côté hondurien : l’employé de l’immigration nous parle directement en anglais. C’est une première ! Un peu déroutés, nous ne comprenons pas ce qu’il nous dit, jusqu’à ce que nous réalisons qu’il nous parle en anglais 😉

Vers 10h, nous arrivons à Copan, où nous sommes les seuls à descendre. Nous marchons un petit kilomètre à travers cette ville pavée et un brin colorée avant d’arriver à notre auberge. La chambre et la salle de bain sont minuscules mais pas trop cher. On se marche un peu dessus mais on s’y fera 😉 En tout cas, c’est clairement la saison basse : nous sommes les seuls à l’auberge (ou presque). Du coup, nous bénéficions du toit-terrasse et de ses deux hamacs pour nous tout seuls ! Mais qu’il fait chauuuud ! Heureusement, les températures sont tout à fait supportables la nuit.

Copan: notre auberge

Copan: notre auberge

Copan: le toit-terrasse de notre hôtel

Copan: le toit-terrasse de notre hôtel

Copan

Copan

Copan

Copan

Copan

Copan: la Place de la Ville et sa cathédrale

 

Lundi 18 avril 2016. Visite des ruines de Copan.

A notre grande surprise, en entrant sur le site archéologique de Copan, nous apercevons toute une série de perroquets en semi-liberté. Ils sont apparemment mis en cage le soir.

Copan Ruinas: un visiteur surprise. Mais qu'est-ce donc ??

Copan Ruinas: un visiteur surprise. Mais qu’est-ce donc ?? Un agouti !

Copan Ruinas: la Plaza Principal, ses stèles et ses perroquets

Copan Ruinas: la Plaza Principal, ses stèles et ses perroquets

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses perroquets

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses perroquets

Copan Ruinas: la Plaza Principal, ses stèles et ses perroquets

Copan Ruinas: la Plaza Principal, ses stèles et ses perroquets

Copan Ruinas: la Plaza Principal, ses stèles et ses perroquets

Copan Ruinas: la Plaza Principal, ses stèles et ses perroquets

Plus que pour ses pyramides, Copan est surtout réputées pour ses stèles merveilleusement conservées et son escalier de hiéroglyphes. Sans oublier, ses visages sculptés et ses deux jaguars. Très chouette et assez peu touristique (hors saison).

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses stèles

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses stèles

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses stèles

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses stèles double, voire quatre faces. Ici, texte maya sur trois faces.

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses stèles. Nombreux bracelets aux poignets.

Copan Ruinas: la Plaza Principal et ses stèles. Nombreux bracelets aux poignets.

Copan Ruinas: le Jeu de Balle

Copan Ruinas: le Jeu de Balle

Copan Ruinas: l'escalier de Hiéroglyphes

Copan Ruinas: l’escalier de Hiéroglyphes

Copan Ruinas: l'escalier de Hiéroglyphes

Copan Ruinas: l’escalier de Hiéroglyphes

Copan Ruinas: vue sur la Plaza Principal depuis l'Acropolis

Copan Ruinas: vue sur la Plaza Principal depuis l’Acropolis

Copan Ruinas: vie maya depuis l'Acropole

Copan Ruinas: vie maya depuis l’Acropole

Copan Ruinas: the Old Man

Copan Ruinas: the Old Man

Copan Ruinas

Copan Ruinas et sa nature

Copan Ruinas: la Place des Jaguars

Copan Ruinas: la Place des Jaguars

Copan Ruinas: un des deux jaguars.  Mais c'est la Panthère Rose ! ;)

Copan Ruinas: un des deux jaguars. Mais c’est la Panthère Rose ! 😉

Copan Ruinas: un des deux jaguars.  Mais c'est la Panthère Rose ! ;)

Copan Ruinas: un des deux jaguars. Vous êtes sûrs que les archéologues ne se sont pas trompés en reconstituant ceci ? La tête ne va pas du tout avec le corps 😉

Copan Ruinas: la Place des Jaguars

Copan Ruinas: la Place des Jaguars et sa pyramide

Hier, en arrivant à Copan pour notre premier jour au Honduras, nous nous sentions fort observés et certains Honduriens avaient même l’air bizarre. Ils ne doivent pas avoir l’habitude de voir des Européens. Mais aujourd’hui, sur la route qui mène au site archéologique (un petit kilomètre), nous avons eu droit à de charmants « Buen Dia » de la part d’une famille revenant avec ses courses, d’un ou deux papys ainsi que d’un cowboy menant son troupeau de vaches d’une prairie à l’autre. Autant dire que ça donne la pêche ! 😉

Copan: les cowboys de Copan. Mister J est jaloux de leur chapeau ;)

Copan: les cowboys de Copan. Mister J est jaloux de leur chapeau 😉

Copan

Sur le chemin menant au site archéologique: Bienvenidos a Copan Ruinas !

Copan: Honduras es amor...

Sur le chemin menant au site archéologique: Honduras es amor…

A midi, nous dégustons un bon plateau de fromages et un très bon croque-monsieur à l’avocat.

Copan: plateau de fromages svp!

Copan: plateau de fromages svp!

Copan: croque-monsieur à l'avocat, fromage et moutarde

Copan: croque-monsieur à l’avocat, fromage et moutarde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *