Inde: Bundi & Pushkar

Dimanche 1er novembre. Balade dans les rues de Bundi.

Début de matinée pas très productif vu que nous sommes arrivés assez tard la veille à Bundi. Nous avons simplement déambulé dans les rues du quartier se trouvant au pied du Palais de Bundi.

Bundi

Bundi

Bundi: vue sur le palais et le fort

Bundi: vue sur le palais et le fort

Sommes-nous au beau milieu d’un rêve ? Aucun indien ne nous a sauté dessus pour essayer de nous vendre quelque chose ?! Et oui, Bundi, la campagnarde, n’a pas encore perdu son authenticité ni sa simplicité. Les gens nous saluent simplement à coup de « Namaste », « Hello » et bien sûr de grands sourires. Ils sont contents de nous voir et essaient de communiquer avec nous dans un anglais souvent approximatif. Mais quel bonheur, ils ne sont pas encore devenus dépendants du tourisme et ils n’essayent pas de nous faire rentrer à tout prix dans leurs échoppes. Une petite fille a même couru vers nous pour juste nous demander nos prénoms.

Bundi

Bundi

Comme nous sommes à la campagne, il y a évidemment aussi beaucoup plus de vaches dans les rues, plus de chiens aussi et quelques cochons. Non, ces vaches ne sont pas abandonnées, elles ont bel et bien un propriétaire, qui a vite compris que les rares pelouses et poubelles de la ville ainsi que les restes de nourriture et les déchets (papier par exemple) des rues et des égouts à ciel ouverts sont un fourrage particulièrement bon marché…

Bundi: un nouvel hôte essaie de s'inviter dans notre hôtel

Bundi: un nouvel hôte essaie de s’inviter dans notre hôtel

A midi, nous avons mangé le meilleur thali (assortiments de mini plats) que nous ayons mangé depuis le début de notre séjour en Inde, et pour pas très cher en plus ! Il comprenait même un dessert indien (très sucré bien sûr), une première pour nous en Inde !!

Un "Bundi Thali" pour la pause de midi. Troooop Bon!

Un « Bundi Thali » pour la pause de midi.

En fin d’après-midi, nous sommes allés du côté du bazar et du marché. Ce côté-là de la ville est inévitablement plus bruyant et donc moins plaisant mais, somme toute, intéressant. Que vendent-ils, par exemple, sur le marché ? Des légumes et des légumes : petits choux-fleurs, petites aubergines rondes, tomates, navets, épinards, salades, poivrons, gingembre, curcuma, etc..

Comme Mister J ne regarde jamais où il met les pieds, ce qui devait arriver arriva : il a scalpé une bouse de vache avec sa sandale… juste devant le restaurant où nous nous apprêtions à prendre un verre. Cela rappellera des souvenirs à la maman de Miss V, qui avait marché en sandales dans une crotte de chien juste avant de rentrer dans un restaurant en France.

Il paraît qu’il y a un restaurant à Bundi dont le cuisinier a travaillé dans un restaurant italien à Goa et dont les pizzas valent vraiment le coup. Verdict ? Elles sont effectivement super bonnes ! Nous n’en mangerons peut-être plus d’aussi bonnes avant un an…

 

Lundi 2 novembre. Visite du fort et du palais de Bundi

Lever matinal après une bonne nuit de sommeil, nous voilà partis à la conquête du fort de Bundi. Le fort est abandonné et la nature y retrouve petit à petit sa place, de même que les singes qui s’amusent dans ce fort et profitent des piscines.

Le Fort de Bundi

Le Fort de Bundi

Le Fort de Bundi

Le Fort de Bundi

Après un moment de doute à la billetterie, où un gardien nous a affirmé « From this point it’s completely the jungle. You’d better have a guide, it’s full of monkey’s up there and they are waiting for you !» (ce qui pourrait être le trailer du nouveau film de la planète des singes), nous décidons quand même de monter à la conquête du fort, armés de bâtons et d’une pierre pour les faire fuir. Nous étions peu fiers au début mais au final, nous avons fait tellement de bruit avec ces bâtons qu’aucun singe ne s’est approché de nous. En tout, nous avons dû voir une bonne vingtaine de macaques, surtout sur le trajet du retour.

Indiana Jones et le fort abandonné

Indiana Jones et le fort abandonné

Bundi et ses singes

Bundi et ses singes

La visite du palais est très rapide : il est vide, et seule une très petite partie est ouverte à la visite. Il possède quand même un beau petit jardin et quelques fresques ont résisté au temps. Mister J était un peu déçu ; Miss V, quant à elle, s’est amusée en prenant des photos.

Le Palais de Bundi

Le Palais de Bundi

Le Palais de Bundi

Le Palais de Bundi

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, nous sommes retournés au Rainbow Restaurant, le restaurant qui, d’après nous, fait les meilleurs thalis. Nous avons testé le deuxième thali de la carte. Alors ? Un vrai délice aussi, et deux autres petits desserts de tester (toujours aussi sucrés)!

Un "Speical Rainbow Thali"  pour la pause de midi

Un « Speical Rainbow Thali » pour la pause de midi

 

Mardi 3 novembre. Trajet en bus de Bundi à Pushkar.

Après un lever (encore) matinal, nous nous sommes rendus à pied à la gare de bus de Bundi pour prendre un premier bus pour Ajmer (5h) puis un second pour Pushkar (30 minutes).

Le trajet ne nous a pas paru très long ; nous avions la compagnie d’ados très intéressés de savoir ce qu’on faisait dans ce bus ainsi que d’avoir notre compte Facebook et notre numéro de téléphone… Mais la conversation n’a pas été beaucoup plus loin car ils se sont assez vite moqués de nous et de notre anglais un peu trop parfait !

Ils nous ont toutefois posé deux questions très intéressantes :

  • Aimez-vous l’Inde ? Nous avons, sans l’ombre d’une hésitation, répondu que nous aimions l’Inde !
  • Pourquoi aimez-vous l’Inde ? Nous avons totalement séché. Nous y avons beaucoup réfléchi, avons trouvé la réponse à cette énigme mais nous l’évoquerons plus tard lorsque nous ferons le bilan de notre voyage en Inde.

Après 5h de trajet dans un bus gouvernemental indien, quel bonheur de sortir de ce bus pour retrouver des sensations au niveau des fesses, qui se sont endormies à cause des banquettes trop durs. D’ailleurs, les 30 minutes dans le second bus, nous les avons passées debout car le bus était bondé. Arrivés à Pushkar, nous trouvons refuge dans une chouette guesthouse qui nous avait été conseillée par un autre routard français à Ranakpur (Udaipur), Benjamin, celui qui ne visite aucun monument. Hasard de nos calendriers, nous le retrouvons également dans cette guesthouse ; il a tellement aimé cette ville qu’il a décidé de revenir à Pushkar.

A première vue, la ville est chouette, et assez calme car le centre-ville est interdit aux voitures mais pas aux scooters ! Il est très facile de trouver nos marques dans cette ville très occidentalisée et très orientée « tourisme ». Contrairement à Jaipur ou Udaipur, Pushkar ne vous dit surement rien mais elle est en réalité très touristique. C’est effectivement là que nous avons vu le plus de touristes, et notamment des touristes ayant des looks que nous n’avons croisés nulle part ailleurs en Inde : baba cools, yogis ou motards. Pushkar est en fait connue comme étant la ville des hippies, la ville « Peace and Love » et accessoirement la ville où a lieu la plus grande foire aux dromadaires, foire pendant laquelle il ne vaut mieux pas venir car les prix des hébergements sont multipliés par 4 (au moins).

Notre guesthouse à Pushkar

Notre guesthouse à Pushkar

Pushkar

Pushkar

Nous avons également fait connaissance avec la mendicité des enfants qui nous demandent des sous pour manger un « chapati », parfois pousser par leurs parents juste à côté. Pourquoi ici et pas ailleurs ? Pourtant, ce n’est pas ici que se trouvent les plus pauvres. Peut-être que Pushkar est devenue trop touristique (sans vouloir paraître sans cœur) …

Nous avons également découvert les arnaques aux donations qui prouvent que notre vigilance ne doit jamais fléchir en Inde ! Originellement, à l’arrivée dans la ville, les visiteurs étaient invités à déposer des pétales de fleurs dans le lac en guise d’offrandes. Aujourd’hui, on vous offrira des pétales dès votre sortie du bus et à chaque point d’accès au lac en vous invitant à les déposer en offrandes dans le lac. Mais si vous acceptez, vous vous retrouverez entourés d’indiens qui vous « inviteront » à faire une donation et ne vous lâcheront que si le montant leur convient (parfois plusieurs milliers de roupies selon si vous avez l’air riche ou pas…). Heureusement, grâce à notre guide du Routard, nous étions au courant de ces pratiques détestables. Nous n’avons pas été dupes mais beaucoup de touristes, trop peu préparés, se font avoir, comme ces deux anglaises d’une soixantaine d’année. En s’éloignant du centre touristique, l’accès au lac se fait sans soucis 😉

Pushkar: son lac et ses ghâts

Pushkar: son lac et ses ghâts

 

Mercredi 4 novembre. Visite de Pushkar.

Pushkar

Marché de Pushkar

Pushkar et ses pétales de roses

Pushkar

Après avoir déambulé dans les rues du marché et avoir fait un petit tour au lac pour observer les ablutions (bain purificateur), nous avons passé la pause de midi à notre guesthouse avec Benjamin, qui nous a vanté les talents du cuisinier de notre guesthouse. Miam ! Pendant cette pause, nous avons bien sûr parlé de l’Inde, dont Benjamin est littéralement tombé amoureux, mais aussi du Tibet, de la Chine et du Ladakh, la pointe nord de l’Inde où s’expatrient beaucoup de Tibétains et où Benjamin a débuté son séjour. Benjamin est plutôt positif quant à l’avenir des Tibétains (étudiants chinois avec des t-shirt « Free Tibet » au Ladakh) alors que Mister J pas du tout (arrivée massive de plus en plus de chinois au Tibet)… Intéressante conversation !

Nous sommes ensuite montés sur le toit-terrasse de notre guesthouse, où nous avons fait la connaissance d’une jeune anglaise qui voyage en solo en Asie depuis 9 mois. Cela fait 2 mois qu’elle est arrivée en Inde et elle compte y rester encore 2 mois pour pouvoir visiter l’Inde dans son entièreté. Elle nous a avoué que les trajets lui demandent tellement d’énergie qu’elle reste souvent plusieurs jours, voire 1 semaine, au même endroit. Nous comprenons 😉 De plus, elle estime que les femmes qui voyagent en Inde ne vivent pas la même expérience que les hommes ; c’est encore plus oppressant, plus fatigant. Miss V approuve aussi ! Quel courage de voyager toute seule en Inde!! Mais quand bien même, nous aimons l’Inde pour ses qualités et ses défauts 😉 

Pushkar: toit de notre guesthouse

Pushkar: toit de notre guesthouse

Benjamin nous avait aussi conseillé d’aller observer le coucher de soleil en haut de la colline qui se trouve derrière notre guesthouse. En effet, quelle belle vue sur Pushkar ! Et presque pas un chat là-haut, vu que ce n’est renseigné dans aucun guide touristique. Nous avons surtout remarqué la présence d’un occidental qui s’est offert une séance de yoga tectonique pendant bien 1h à l’endroit qui offrait la meilleure vue sur la ville… Cela a même fait rire l’indien qui s’occupait de l’entretien du petit temple posté au sommet de la colline !

Pushkar

Pushkar

Pushkar

Le roi de Pushkar

Pushkar et son lac

Pushkar et son lac

Pushkar: jus de grenade et lassi à la banane

Pushkar: jus de grenade et lassi à la banane

 

Jeudi 5 novembre. Relax, chill out, take it easy!

Plutôt que de prendre un énième pancake à la banane, nous avons décidé de varier les plaisirs ce matin et de prendre un petit déjeuner très sain : un muesli deluxe avec fruits frais, figues, grenades, noix, noix de cajou, etc. Miam miam ! Voici la devise du restaurant Honey & Spice: « May food be one’s only medicine. If we eat rigthly, no doctor is needed. If we eat wrongly, no doctor can cure us ». A méditer…

Pushkar: muesli deluxe

Pushkar: muesli deluxe

 

Journée de détente, de blogging et de lecture. Vous remarquerez que, pour une fois, nous sommes à jour! 😉 C’est aussi le premier endroit depuis 1 mois où internet fonctionne correctement…

Pushkar: deux nouveaux invités sur le toit de notre guesthouse

Deux nouveaux invités surprise sur le toit de notre guesthouse. Les voyez-vous?

Pushkar

Voici un des invités

2 thoughts on “Inde: Bundi & Pushkar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *