Inde: Jaipur

Vendredi 6 novembre. Trajet de Pushkar à Jaipur.

Un bus gouvernemental à destination de Jaipur était censé faire une pause de 15 minutes à la « station de bus » située juste derrière notre hôtel à Pushkar. Il est peut-être passé dans la rue mais ne s’est en tout cas jamais arrêté à la station de bus. Mais un peu dubitatifs (c’est l’Inde quoi), nous avions bien sûr prévu un plan B : un bus privé de 30 minutes jusqu’Ajmer puis un bus gouvernemental jusque Jaipur. Maiiis, comme il y a toujours un mais…nous avons dû attendre 45 minutes avant que le bus privé pour Ajmer daigne démarrer. Et oui, les chauffeurs de bus privé attendent que le bus soit plein pour démarrer. Il criait « Ajmer, Ajmer, Ajmer ! » à tue-tête et faisait croire qu’il allait bientôt démarrer. Mister J et quelques indiens lui auraient bien déboiter la tête. Heureusement que nous n’avions pas de train ou d’avion à prendre 😉 Par contre, vive le bus gouvernemental pour Jaipur ! Parti à l’heure à moitié plein, nous n’avons eu aucun mal à trouver de la place pour nos grands sacs. De plus, la route était plutôt en bonne état pour une fois (pas trop « bumpy »), même si nous sommes arrivés avec 1h de retard 😉 OK, il y avait des travaux sur la route…

A la descente du bus, harcelés par certains conducteurs de tuk-tuk (mais moins que nous ne l’imaginions), nous nous sommes empressés de nous diriger vers un quartier calme conseillé par le Guide du Routard. Les 4 premiers hôtels dans lesquels nous sommes entrés étaient soit complets, soit totalement hors budget. Pas de panique, il en reste d’autres dans le quartier. Aiguillé par un indien, dont nous nous méfions bien sûr, nous avons trouvé une chambre dans un hôtel qui n’est mentionné ni dans les guides, ni sur Booking et dont le prix de la chambre était dans notre budget. Mister J a même réussi à faire baisser le prix d’un chouia, comme nous restions 4 nuits. Le prix de notre chambre ? 9€ la nuit. Le moins cher (mais fort petit) que l’on ait pris jusqu’à présent s’élevait à 5,5€ la nuit à Pushkar. Notre chambre à Jaipur n’a pas de fenêtre vers l’extérieur (juste une qui donne sur le couloir 😉 mais encore une fois, nous avons un super toit-terrasse. De plus, d’après notre guide de voyage, il y a deux bons restos pas chers dans notre quartier ! Notre séjour à Jaipur s’annonce bien…

Jaipur: toit de notre "palace"

Jaipur: toit de notre « palace »

Samedi 7 novembre. Visite du Palais des Vents et de la ville rose.

Nous logeons dans un quartier très calme, loin des embouteillages et des klaxons ; mais qui dit calme, dit un peu excentré. Nous sommes à 3 kms du centre, où se trouvent le City Palace et le Palais des Vents. Mister J avait parié sur 30 min à pied pour rejoindre le centre ; Miss V sur 45 min. Et vous ? A votre avis, qui a gagné ? Miss V bien sûr ! 😉 Cette marche dans les grandes artères de Jaipur nous a décalqués, comme dirait Mister J ! Finies les petites ou moyennes villes où nous nous promenions facilement et plutôt agréablement, nous attaquons maintenant les grandes villes. Jaipur est la première, suivie ensuite par Agra puis Delhi.  Quelle horreur de traverser toutes ces grandes rues ! C’est l’anarchie la plus totale avec, bien sûr, un flux continu de voitures. Par hasard, nous tombons sur l’entrée du Palais des Vents. Voilà, un vrai palais des 1001 nuits ! Enfin, la façade seulement, dirait Mister J. Miss V a adoré cette visite. Ne vous inquiétez pas si vous êtes un petit peu déçu au début ; la splendeur de cette façade se révèle petit à petit. Et enfin, nous étions un peu au calme.

Jaipur: Palais des Vents

Jaipur: Palais des Vents

Jaipur: Palais des Vents

Jaipur: Palais des Vents

Jaipur: Palais des Vents

Jaipur: Palais des Vents

Par contre, nous nous sommes encourus lorsque nous avons découvert le prix d’entrée du City Palace, surtout que d’après notre guide de voyage et certains commentaires sur TripAdvisor, il est moins impressionnant que celui de Jodhpur et d’Udaipur. Déjà que l’entrée au Palais des Vents a quadruplé en 2 ans ; cela est resté en travers de la gorge de Mister J. Cette fois-ci, nous passons notre tour !

Nous décidons alors de partir à la découverte des rues de la ville rose. De belles portes, des ruelles et des bazars partout… Nous sommes même tombés sur une rue où avait lieu un « shopping festival », une sorte de grande solderie-bazar de vêtements.

Jaipur

Une des portes de la ville rose

Jaipur

Une des ruelles de la ville rose

Jaipur: shopping festival

Jaipur: shopping festival

Après une journée bien remplie mais ayant encore un peu d’énergie, nous décidons de rentrer à pied à notre hôtel (oui, nous sommes vraiment avares de tuk-tuk) et d’affronter une nouvelle fois ce trafic incessant. Quelle horreur !!

Le soir, nous avons regardé un film de circonstances : Slumdog Millionnaire. Nous y avons retrouvé tant de choses que nous avons retrouvés en Inde : les lavandières (les femmes qui lavent le linge dans les lacs, rivières, etc.), les déchets, les tuk-tuk, les trains et leurs barreaux, les vendeurs dans les trains, les enfants qui travaillent ou mendient dans les rues, les arnaques aux touristes, etc.

 

Dimanche 8 novembre. Repos.

Après un petit déj’ bien consistant (pour une fois) et un long moment de réflexion, nous décidons de nous reposer de notre journée harassante d’hier.  Nous décidons alors de passer l’avant-midi et l’aprèm sur le toit-terrasse de notre hôtel (certainement le dernier que nous aurons en Inde…), où nous avons rencontré un couple de français vivant à Bayonne et qui a pour objectif de voyager 4 mois en Inde. Le Français en question, Antoine, est, en l’occurrence, le premier occidental que nous croisons à avoir testé la nourriture de rue, surtout les samossas. Est-il tombé malade ? Non ! Il ne mange pas n’importe quoi non plus dans la rue mais quand même, il doit avoir un estomac bien accroché ! Nous avons également brièvement parlé avec un autre jeune français qui vit en Inde depuis 1 an, s’est converti à l’hindouisme et comprend l’hindi, travaille dans notre hôtel, fait de la musique et attend la réponse de son label pour son dernier album.

Jaipur: toit de notre "palace"

Jaipur: toit de notre « palace »

Le soir, Antoine nous a emmené chercher nos premiers samossas dans un magasin très sûrs (pas dans la rue). Notre repas du soir fût très bon marché et très épicé 😀 Antoine a également pris un congé sabbatique mais avant de partir, il n’avait jamais voyagé et savait très peu parler anglais. Il est d’abord parti deux semaines à Londres puis 3 semaines à Montréal,  a ensuite travaillé en intérim quelques mois avant de débarquer ici en Inde pour 4 à 6 mois. Franchement, pour un novice comme lui, il se débrouille comme un chef, encore mieux que nous.  Chapeau bas! Pour un premier voyage en Asie, nous n’aurions jamais choisi l’Inde mais lui, il voulait quelque chose de trash; il ne s’est pas trompé de destination, il est servi et en est ravi 😆 Petit détail amusant: il est le seul à mieux comprendre l’anglais tandoori que l’anglais parlé par un Anglais… Normal, c’est en voyageant ici en Inde qu’il apprend l’anglais et de surcroît, en parlant principalement avec des Indiens.

 

Lundi 9 novembre. Visite du fort d’Amber.

Se rendre à Amber fut déjà toute une aventure. Antoine, le novice plus téméraire que nous, nous avait expliqué comment s’y rendre : prendre un bus au carrefour près de l’hôtel jusqu’à la Pink City (centre de Jaipur) puis un second jusqu’au fort d’Ambert. Jusque-là, cela n’a pas l’air compliqué… Sauf que jusqu’ici, nous avions toujours pris le bus à des arrêts de bus. Là nous devions l’attendre à un carrefour, mais de quel côté l’attendre ? La seule et unique solution pour s’en sortir est de demander aux locaux dans la rue. Il faut souvent s’y reprendre à plusieurs fois pour arriver à avoir la bonne réponse. Car s’ils ne savent pas, ils essaient de deviner la réponse pour vous aider… Et surtout, à la question « comment va-t-on à Amber ? », chacun semble avoir son propre avis sur la question…Tous les chemins mènent à Rome mais pas à Amber quand même…

Imaginez, la scène : « il faut prendre le bus là-bas », « non de l’autre côté », « non, il faut prendre le 6 et changer à Ajmer Gate»… dans un mélange d’anglais et d’hindi. Tout cela sous l’œil averti des conducteurs de tuk-tuk qui nous affirment que cela est bien trop compliqué pour un touriste et qui se demandent quand on va finir par abandonner pour louer leur service ;-). Entre-temps , ils ne cessent de baisser leurs tarifs pour nous appâter mais ne pourront jamais rivaliser avec les 10 roupies nécessaires pour prendre le bus ! Finalement, deux jeunes indiens nous ont gentiment invités à les suivre et à prendre le même bus qu’eux. Mission accomplie ! Mais qu’est-ce qu’il faisait mourant de chaud dans ces 2 bus. Nous avons au moins perdu 3 litres d’eau chacun 😉

Situé à 10 kms au nord-est de Jaipur, le fort d’Amber est une impressionnante forteresse entourée de rempart et dominée par un autre fort, le fort de Jaigarh, perché en haut de la colline. Il comprend encore un palais, tout vide. Mais joli.

Fort d'Amber

Fort d’Amber

Fort d'Amber

Fort d’Amber

Fort d'Amber

Fort d’Amber

 

Dans l’après-midi, nous avons marché dans la rue pour profiter encore un peu de Jaipur et notamment de l’Albert Hall Museum (mais juste l’extérieur) 😉

Jaipur: Albert Hall Museum

Jaipur: Albert Hall Museum

 

Voici une vidéo de notre marche à côté des voitures (à lire avec le son et en HD!):

Et au moment de traverser, nous utilisons la méthode « j’avance petit à petit », nécessaire quand après 10 minutes, on n’a toujours pas eu d’accalmie nous permettant de traverser :

 

Mardi 10 novembre. Trajet de Jaipur à Agra.

Lever très matinal à 5h du mat’ pour prendre notre train pour Agra à 7h. Nous avons pour la première fois pris la classe CC (Chair Car). Nous redoutions un peu le trajet car nous pensions que cette classe était inférieure à la classe Sleeper habituelle. Mais quelle surprise à l’arrivée du train ! Wagon climatisé, sièges inclinables et plein d’espace pour les jambes et les bagages. Un confort supérieur aux trains corail en France, et bien supérieur aux trains InterCité en Belgique. On nous a même servi du thé, des biscuits, du pain et une omelette pour le petit déjeuner. Miss V en a profité pour pioncer la majeure partie du trajet 😉

Arrivés à Agra, pas de stress car nous avions déjà réservé une chambre et un conducteur de tuk-tuk de l’hôtel nous attendait à la gare. Heureusement car la ville a l’air sale, grande et peu pratique.

Nous avons déjà réservé notre tuk-tuk pour partir demain matin voir le Taj Mahal au lever du soleil 😉 RDV à 5h45 à la réception ! Waouuuuw.

3 thoughts on “Inde: Jaipur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *