Inde: Jodhpur

Vendredi 23 octobre. Voyage en train de Jaisalmer à Jodhpur.

Lever matinal car notre train pour Jodhpur part à 8h. Après nos déboires de train à Delhi, prendre le train à Jaisalmer, qui ne compte qu’une seule gare et 2 quais, c’est « finger-in-the-nose », « easy game » ou encore « a piece of cake » ! Trooop facile !! Cette fois-ci, nous sommes descendus d’une classe : nous étions en Sleeper càd la même chose qu’en 3A (6 couchettes par compartiment sans séparation avec la couloir) mais sans l’air co. Notre train est encore une fois parti à l’heure mais a pris 1h20 de retard en cours de route ; nous avons donc finalement voyagé pendant près de 7h à bord de ce train et avons eu bien chaud sur la fin. Qu’avons-nous fait pour passer le temps ? Nous avons principalement lu mais pas que…

Train Jaisalmer-Jodhpur

Train Jaisalmer-Jodhpur

Nous avons voyagé en compagnie de 3 jeunes indiens originaires de Calcutta qui avaient visiter Jaisalmer et partaient eux aussi visiter Jodhpur. Et qui avons-nous eu la surprise de retrouver dans notre guesthouse à Jodhpur ? Ces 3 mêmes indiens ! Enfin, ils sont arrivés 1h après nous 😆  Car nous avons une nouvelle technique: lorsqu’on réserve via Booking.com, nous demandons s’il est possible que quelqu’un vienne nous chercher à la gare…Qui ne tente rien n’a rien…

Une mère de famille nous a tapé la discute et comme elle était occupée à faire un travail de recherche sur les maladies dans différents pays, elle nous a demandé de quelles maladies on souffrait le plus en Belgique… Le diabète ? Le cancer ? Elle nous a conseillé de ne pas boire de lait ou de nourriture à base de lait… Sage conseil 🙂  Ah oui, petit détail : les indiens sont persuadés de parler parfaitement anglais et ils s’agacent donc assez vite si vous leur demandez de répéter plusieurs fois. C’est que l’anglais tandoori n’est pas facile à comprendre…

À peine arrivés à Jodhpur, nous sommes un peu effrayés par le monde dans les rues et tous ces klaxons. Une autre Delhi ? Que nenni !! Jodhpur est juste un peu trop trépidante à notre goût en fin d’aprèm. À notre grand bonheur, nous découvrirons le lendemain matin qu’il est beaucoup plus agréable de s’y promener le matin ou en début d’aprèm.

Notre guesthouse est super. Encore une belle terrasse sur le toit pour profiter de la vue sur le fort et se reposer du trajet !

Jodhpur: toit de notre hôtel

Jodhpur: toit de notre hôtel

Jodhpur: le fort

Le fort de Jodhpur

L’occasion aussi pour nous de papoter avec un couple de Belges qui sont sur la route depuis 1 an et 10 mois : 1 an en Australie, notamment à travailler à Alice Springs en plein milieu du désert, et le reste en Asie. Ils ne savent pas quand ils s’arrêteront…Pas tout de suite en tout cas. Après l’Inde, ils se rendront au Népal, peut-être en Chine et surtout aux Philippines.  Ayant pourtant beaucoup plus voyagé que nous en Asie, ils ont eu aussi beaucoup de mal à Delhi…Quel touriste peut aimer Delhi ?! Ils étaient bloqués à Jodhpur depuis presque 10 jours car elle avait malheureusement attrapé la dengue (surement à Agra) et qu’ils devaient attendre l’approbation de la prolongation de leur visa indien pour pouvoir terminer leur tour du Rajasthan… L’occasion de nous rappeler les risques des piqûres de moustiques, y compris durant la journée et dans les grandes villes (à cause de la dengue) et de lancer l’opération « zéro piqûre de moustiques ». Car nous avions déjà été piqués quelques fois… Cela n’arrivera plus ! Vigilance ! En quoi consiste notre fameuse opération « zéro moustique » ? Plus de short en Inde, que des pantalons ; du répulsif, même durant la journée ; et les vêtements ont été trempés dans de « l’insect écran » (pas eu le temps de le faire avant de partir); et nous dormons aussi sous moustiquaire la nuit mais ça c’est en prévention de la malaria (entre le coucher et le lever du soleil), pas contre la dengue (en journée). Toutefois, très peu de touristes ont conscience qu’il faut faire attention aux moustiques. Comme l’opération « zéro moustique » comprend l’opération « 100% pantalon », Miss V, comme bon nombre de touristes féminines, s’est laissée tentée par un pantalon indien…

Palais d'Udaipur

Pantalon indien

Par la même occasion, ça lui évitera aussi de se faire dévisager de la tête aux pieds par ces jeunes indiens. Et oui, dans certaines villes (surtout à Delhi), les jeunes indiens regardent les occidentales avec des regards de pervers. Et Mister J n’est pas le seul à le dire : le belge rencontré à Jodhpur et l’italien rencontré à Jaisalmer sont du même avis. Heureusement, ce n’est apparemment le cas qu’à Delhi, Agra et Jaipur…

Nous avons peut-être une explication. Comme en Chine (surtout suite à la politique de l’enfant unique), il y a eu beaucoup d’avortements de fœtus fille ces dernières années en Inde. Pourquoi ? Car la naissance d’une fille représente un poids pour sa famille : non seulement elle quittera son foyer une fois mariée mais en plus sa famille devra payer une dot lors de son mariage. Du coup, comme en Chine, il y a beaucoup trop d’hommes par rapport aux femmes et ils ont parfois du mal à trouver une épouse…Depuis, les Indiens ne peuvent plus connaître à l’avance le sexe de leur enfant…

 

Samedi 24 octobre. Visite du fort de Jodhpur.

Le fort de Jodhpur est le lieu incontournable de la ville. Nous avons hésité un peu sur le planning de la journée car Virginie avait mal à la gorge et avait, de surcroît, très mal dormi. Rien de grave. Seulement un abus de clim à Jaisalmer (ou de poussière et de pollution en Inde) 😉  Et en plus, qu’est-ce qu’il fait chaud à Jodhpur, même la nuit ! L’avantage de cette chaleur, c’est que nous avons beau boire des litres, nous ne devons pas souvent faire de pause pipi  😆 

Allez, nous décidons quand même d’y aller. Un peu de sport nous a fait le plus grand bien : pas de tuk tuk pour nous, montée à pied jusqu’au fort!. Super visite, nous avons maintenant une idée de la manière dont vivaient les Maharajas à l’époque. Super audio-guide dans un français impeccable. Assez rare pour le souligner. Le français Tandoori est souvent incompréhensible.

Le fort de Jodhpur

Le fort de Jodhpur

Le fort de Jodhpur

Le fort de Jodhpur

 

Dimanche 25 octobre. Visite de la ville bleue.

Nous partons en vadrouille dans les ruelles de Jodhpur, dite la ville bleue. Pourquoi bleue ? A l’origine, la plupart des maisons peintes en bleue appartenaient aux brahmanes, qui vénèrent essentiellement Krishna, dont le visage est bleu. La tradition a perduré d’autant plus que le bleu éloigne aussi les moustiques. La ville bleue est jolie de loin (du fort), ça lui confère une certaine unité architecturale, mais en s’enfonçant dans la ville, on se rend vite compte que la majorité des maisons ne sont pas bleues ! Et puis, au final, la ville de Jodhpur ressemble en fait à toutes les autres villes d’Inde… À un détail près : tous les enfants rencontrés à Jodhpur nous ont dit avec un grand sourire « Hello, hello ». Alors que dans les autres villes visitées jusqu’à présent, nous avions plutôt droit à « Hello, photos ? » (contre de l’argent bien sûr).

Jodhpur: la ville bleue

Jodhpur: la ville bleue

Jodhpur

Jodhpur: la ville bleue

Petite scène de la vie quotidienne à Jodhpur : si vous voulez voir un chien chier du plastique ou des bouses de vache ultra liquide et d’une couleur pistache très clair, venez en Inde. Ceci dit, vu ce que mangent les chiens et les vaches dans les rues (et aussi les cochons à Jaisalmer), ce n’est pas étonnant. Au final, c’est plutôt écolo  😉 

Jaisalmer

Comment nettoyer les rues? (ici à Jaisalmer)

Pour finir, comment marcher pendant 1h30 à la recherche d’un ATM qui fonctionne à Jodhpur ? Checked ! La prochaine fois, plutôt que de rester à chercher éperdument dans la vieille ville, nous irons dans les grandes artères de la ville moderne. Beurk mais plus efficace !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *