Laos: Luang Prabang

Vendredi 18 décembre. Visite de Luang Prabang.

Après 2 jours de bateaux, nous ressentons l’envie de marcher un peu. Nous visitons donc la ville à pied. De toute façon, nous nous rendrons vite compte qu’elle n’est pas bien grande. Une chouette et jolie petite ville à taille humaine avec le Mékong d’un côté et la rivière Nam Khan de l’autre. Nous traversons la ville en long, en large et en travers, en nous arrêtant de temps en temps devant un temple ou l’autre. Luang Prabang est la ville des temples et des moines. Classée Patrimoine Mondial de l’Unesco, elle attire beaucoup de touristes mais elle garde néanmoins son charme et son calme. Après une journée seulement, nous sommes déjà convaincus que Luang Prabang fera définitivement partie de nos villes « coup de cœur ».

Luang Prabang

Luang Prabang: la rue principale

Luang Prabang

Luang Prabang

Luang Prabang: le temple Vat Manorom

Luang Prabang: le temple Vat Manorom

Luang Prabang: le That Mak Mo

Luang Prabang: le That Mak Mo

Luang Prabang: le temple Vat Aham, à côté du Vat Visoun

Luang Prabang: le temple Vat Aham, à côté du Vat Visoun

Luang Prabang: le temple Vat Aham, à côté du Vat Visoun

Luang Prabang: le temple Vat Aham, à côté du Vat Visoun

Luang Prabang

Luang Prabang

A midi, nous mangeons dans un chouette petit restaurant qui ne paie pas de mine. Mister J prend un poisson cuit à la vapeur dans une feuille de bananier. Un coup de cœur culinaire opère alors. Mais difficile d’obtenir la recette ; non pas parce que le chef veut la garder pour lui mais parce que la liste des ingrédients est intraduisible.

Luang Prabang: Poisson cuit à la vapeur dans une feuille de bananier.

En fin d’après-midi, nous assistons en petit comité à un concert de percussions (tambour, cymbales, etc.) donné par de jeunes moines. Ils avaient l’air de bien s’amuser, et nous aussi!

Luang Prabang: le temple Vat  Sene Soukharam

Luang Prabang: le temple Vat Sene Soukharam

Luang Prabang: le temple Vat  Sene Soukharam

Concert de percussions

Luang Prabang: le temple Vat  Sene Soukharam

Concert de percussions

Le soir, nous retrouvons une nouvelle fois les Allemands et les Hongrois pour aller manger. Nous visitons chacun de notre côté la journée selon nos envies et nous nous retrouvons le soir pour manger et nous raconter nos visites. Première tentative de notre voyage : la street food du marché de nuit. Pas mauvais, très bon marché, mais sans plus…

Luang Prabang:  street food

Luang Prabang: street food

Luang Prabang:  food market

Luang Prabang: food market

 

Samedi 19 décembre. Visite de Luang Prabang (suite).

Le matin, nous essayons de trouver un nouvel iPhone mais Mister J n’est pas dupe : ils sont soit faux soit reconditionnés (si pas volés). Mister J décide alors plutôt d’essayer de faire réparer le sien mais pas moyen de trouver un réparateur. D’ailleurs, dans le quartier chinois, ils ne parlent pas un mot d’anglais… ça donne :

« Good Morning »

« No »

L’après-midi, nous visitons, toujours à pied, l’autre côté de la rivière Nam Khan. Nous passons un premier pont en bambou puis découvrons les petits villages et leurs artisans et revenons finalement par un pont en bambou plus abîmé cette fois. Ces ponts en bambou sont payants car ils sont démontés avant la mousson et reconstruit après. C’est une famille qui gère le pont et en vit.

Luang Prabang: la rivière Nam Khan et un des ses ponts en bambou

Luang Prabang: la rivière Nam Khan et un des ses ponts en bambou

Luang Prabang: la rivière Nam Khan

Luang Prabang: la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l'autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l’autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l'autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l’autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l'autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l’autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l'autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: villages sur l’autre rive de la rivière Nam Khan

Luang Prabang: au confluent de la rivière Nam Khan et du Mékong

Luang Prabang: au confluent de la rivière Nam Khan et du Mékong

Luang Prabang: au pied du Mékong

Luang Prabang: au pied du Mékong

Luang Prabang: la rivière Nam Khan et un autre de ses ponts en bambou

Luang Prabang: la rivière Nam Khan et un autre de ses ponts en bambou un peu plus abîmé

 

Dimanche 20 décembre. L’aumône des moines et les cascades de Kouang Si.

Sur les conseils de l’Allemand, qui a déjà visité le Laos il y a dix ans, nous nous levons à 5h du matin pour assister à l’aumône des moines. Les moines bouddhistes ne vivent que de l’aumône des fidèles et, en échange, ils prient pour eux. Chaque jour, ils partent en quête de nourriture. Il ne faut pas y voir un acte de mendicité. Les moines donnent ainsi l’opportunité aux fidèles de sous-traiter la prière auprès des moines et de faire une bonne action pour leur karma. En fait, ce sont les moines qui font don aux fidèles de leur spiritualité.

Pour que ce geste ait un sens, il faut que cela ait un sens spirituel pour le donateur et que la nourriture ne soit pas simplement achetée au (super)marché, mais préparée avec soin et dévotion.

Ce geste d’aumône, magnifique par le sens qu’il véhicule, nous l’avons aperçu de nombreuses fois et dans d’autres pays, surtout en Birmanie. La particularité à Luang Prabang, c’est que cette aumône se déroule en forme de cérémonie, à l’aube, et concentre de nombreux moines et donateurs sur 1 seule rue.

En sortant de notre guesthouse à l’aube, de nombreuses pancartes nous invitent à donner aux moines. Différentes formules nous sont proposées allant du simple bol de riz à 10 000 Kips à la formue ultra complète à 50 000 Kips. On est donc loin de la spiritualité que devrait nous évoquer ce moment. Nous passons donc ces offres puisque nous ne cherchions qu’à être spectateur de cette cérémonie.

Malheureusement, au fil des arrivées des donateurs, nous nous rendons compte que 90% des donateurs sont des touristes qui achètent la nourriture dans la rue pour « nourrir les moines » ou pire, cela est parfois inclus dans leur tour organisé ou dans leur nuit d’hôtel.

Au moment où les moines sortent de leur monastère en file indienne pour recevoir les dons des fidèles, la scène qui se dessine devant nous nous désole. Certains touristes, particulièrement les groupes de chinois fraichement débarqués de minibus, ne respectent aucune des règles imposées par la cérémonie. Ils parlent fort, se croient au zoo à nourrir les singes et donnent des ordres aux moines pour pouvoir prendre LA photo au bon moment et avec flash. A quand les selfies avec les moines ? On y est presque… Pourtant, les choses à faire et ne pas faire pour préserver cette cérémonie sont clairement affichées partout dans la ville en plusieurs langues (dont le chinois).

Luang Prabang: l'aumône des moines

Luang Prabang: l’aumône des moines

Luang Prabang: l'aumône des moines

Luang Prabang: l’aumône des moines

Luang Prabang: l'aumône des moines

Luang Prabang: l’aumône des moines

Luang Prabang: l'aumône des moines

Luang Prabang: l’aumône des moines

Luang Prabang: l'aumône des moines

Luang Prabang: l’aumône des moines

Après 20 minutes, tout le monde remballe, la rue se vide, nous laissant interdits par le spectacle que nous venions de voir. Nous comprenons mieux maintenant pourquoi ce rituel risque incessamment sous peu de disparaître. D’ailleurs, ils n’étaient qu’une bonne cinquantaine de moines à participer à l’aumône alors qu’il y a dix ans, ils étaient plus d’une centaine, selon notre ami allemand. Et les fidèles ne se bousculent plus non plus.

Luang Prabang: après l'aumône, la balayage

Luang Prabang: après l’aumône, la balayage

Après une longue sieste pour nous remettre de ce lever matinal, et sur les conseils de nos amis allemands et hongrois, nous nous rendons en scooter l’après-midi aux cascades Kouang Si. L’endroit est très touristique mais quand bien même très agréable car on peut aisément s’y déplacer malgré le monde. Les cascades sont d’un bleu laiteux ou turquoise. Superbe ! Elles nous rappellent à la fois Plitvice et Krka en Croatie.

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Toujours sur les conseils de nos amis, nous avons grimpé jusqu’au sommet de la grande cascade. Quel bonheur de s’y retrouver en très petit comité. Les chinoises en talons et jupe du dimanche ne pouvaient pas s’y rendre 😉

Luang Prabang: le chemin menant au somment des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le chemin menant au sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le chemin menant au somment des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le chemin menant au sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: retroussons notre short

Luang Prabang: retroussons notre short

Luang Prabang: le sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: le sommet des cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Luang Prabang: les cascades de Kouang Si

Le parc œuvre aussi pour la protection des ours, à qui il offre un grand espace de jeu et de semi-liberté. Leur slogan : « Aimeriez-vous passer 10 ans de votre vie dans une cage ? Alors pourquoi un ours devrait-il le faire ? ».

Luang Prabang: le centre de protection des ours

Luang Prabang: le centre de protection des ours

Luang Prabang: le centre de protection des ours

Luang Prabang: le centre de protection des ours

Luang Prabang: le centre de protection des ours

Luang Prabang: le centre de protection des ours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *