Mexique: Oaxaca

Vendredi 4 mars 2016. Trajet de Mexico City à Oaxaca.

Sur les conseils d’un jeune Allemand rencontré à Cuba et qui a vécu à Mexico City, nous partons pour Oaxaca plutôt que pour Puebla. D’après lui, Oaxaca est encore plus joli que Puebla et la nature y est très belle.

Alors ce fameux bus ADO ? Super confortable, propre, comme neuf et qu’à moitié plein ! Et nous sommes les seuls étrangers 😉 Et les Mexicains du bus sont super sympas : une Mexicaine préviendra d’ailleurs gentiment Mister J qu’il n’y a pas de lumière dans la toilette du bus. Malheureusement, après moins d’1h de trajet, le chauffeur du bus nous informe que le bus est en panne et qu’un autre bus arrivera dans une heure. Notre premier trajet longue-durée au Mexique commence bien… Enfin, ici au moins, ils nous expliquent clairement ce qu’il se passe, contrairement à l’Asie 😉 A notre grande surprise, ce n’est pas un bus ADO mais un bus OCC qui arrive, soit la gamme en-dessous. Celui-ci n’est déjà pas mal rempli mais nous trouvons 2 places tout à l’arrière du bus. Nous sommes toujours bel et bien les seuls touristes 😉 Le bus OCC est un petit peu plus vieillot que celui d’ADO mais toujours très confortable. Ouf !

Bus de Mexico City à Oaxaca

Bus de Mexico City à Oaxaca: trop chou le papy!

Pour faire passer le temps, des films en espagnol passent sur les écrans du bus avec le son à fond. Pas facile de comprendre, et ça nous ennuie plus qu’autre chose… Jusqu’à ce que… Tiens, c’est du français que j’entend ? Ou je soudainement devenu bilingue en Espagnol ? Un film français sous-titré en espagnol venait de commencer ! Mais lequel ? Les Chtis ? Non. Un indice : Christian Clavier. Les Bronzés ? Les Visiteurs ? Non plus. Nous étions les seuls à regarder ce film, qui n’est autre que… « Mais qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? » ! Pas facile pour les Mexicains de suivre cette histoire… Mais du coup, nous, nous étions aux anges !

Neuf heures après avoir quitté Mexico City (au lieu de 6h30-7h), nous voilà enfin à Oaxaca. En marchant les 2,4 kms nous séparant de notre hostal, nous savons déjà qu’Oaxaca va nous plaire : elle est colorée, vivante (surtout sur les places) et à taille humaine.

Oaxaca

Oaxaca

Oaxaca

Oaxaca

Oaxaca

Oaxaca

Arrivés à l’hostal El Quijote, nous sommes accueillis par son très sympathique patron, qui nous prête ses guides de voyage pour les feuilleter : le Lonely Planet sur l’Amérique Centrale, le Footprint sur le Mexique, les cartes routières, il a tout… Idéalement, nous aurions aimer tomber sur le Routard qui combine le Guatemala, l’est du Mexique et le Bélize… Mais c’est beaucoup moins facile au Mexique que dans les pays d’Asie que nous avons visités jusqu’à présent. En Asie, ils font des copies de nombreux guides, et le marché de l’occasion est super important.

Fatigués et surtout affamés par ce long trajet, nous prendrons ce soir une Margarita en apéro, un guacamole en entrée ainsi qu’une soupe de maïs et des tacos en plat principal. Rien que ça ?! 😉

Oaxaca: une Margarita

Oaxaca: une Margarita

Oaxaca: un guacamole, une soupe de maïs, et des tacos à la vapeur

Oaxaca: un guacamole, une soupe de maïs, et des tacos à la vapeur

Oaxaca: soupe de maïs et de poulet

Oaxaca: soupe de maïs et de poulet

Oaxaca: guacamole

Oaxaca: guacamole

 

Samedi 5 mars 2016. Visite d’Oaxaca.

Après un petit-déjeuner de champion, bien consistant, en compagnie de deux perroquets, nous entamons notre visite de Oaxaca par la Basilique Nuestra Señora de la Soledad.

Oaxaca: el café Alex

Oaxaca: el café Alex et ses oiseaux

Oaxaca: la Basilica de Nuestra Señora de la Soledad

Oaxaca: la Basilica de Nuestra Señora de la Soledad

Oaxaca: la Basilica de Nuestra Señora de la Soledad

Oaxaca: la Basilica de Nuestra Señora de la Soledad

Nous poursuivons ensuite par la Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption et le Zocaló, qui est très fréquenté par les locaux. Les enfants y jouent, les hommes y font cirer leurs chaussures tout en lisant leur journal et les femmes papotent.

Oaxaca: la Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption

Oaxaca: la Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption

Oaxaca: la Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption

Oaxaca: la Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption

Oaxaca: el Zócalo

Oaxaca: el Zócalo

Oaxaca: el Zócalo

Oaxaca: el Zócalo

Oaxaca: el Zócalo et ses cireurs de chaussures

Oaxaca: el Zócalo et ses cireurs de chaussures

Finalement, nous empruntons la très jolie Calle Alcalá, une rue piétonne bordée de belles maisons colorées, jusqu’à l’église San Antonio, que nous ne pouvons malheureusement visiter pour cause de mariage. Nous nous arrêtons alors dans une libraire internationale de la Calle Alcalá à la recherche d’un guide de voyage sur le Mexique. Oui, nous gardons toujours l’espoir d’en trouver un (enfin, surtout Mister J). Alors que nous pensions une nouvelle fois repartir bredouille, Mister J tombe, par hasard, sur quelques Lonely Planet. Qui l’eût cru ?! A défaut d’avoir trouver le Routard, nous achetons le Footprint qui regroupe nos trois prochaines destinations : le sud du Mexique, le Bélize et le Guatemala. Tout en un, troooop géniaaal !

Oaxaca: Calle Alcalá

Oaxaca: Calle Alcalá

Oaxaca: Calle Alcalá

Oaxaca: Calle Alcalá

Oaxaca: c'est bon, nous sommes enfin parés!

Oaxaca: c’est bon, nous sommes enfin parés!

 

Dimanche 6 mars 2016. Visite d’Oaxaca et bus de nuit vers San Cristóbal de las Casas.

Ce n’est pas parce que nous avons un bus ce soir qu’il ne faut rien faire, que du contraire ! On dormira mieux 😉 Nous retournons dès lors à l’église Santo Domingo en espérant pouvoir rentrer à l’intérieur cette fois. Mais non, ce n’est à nouveau pas possible ; non pas qu’il y ait à nouveau un mariage, mais la messe de 13h qui va commencer d’une minute à l’autre. Puisque c’est ainsi, nous assisterons à la messe, une première en espagnol 😉 Notons deux différences avec la messe dans nos pays : d’une part, l’église est remplie – tous âges confondus : enfants, adolescents, parents, vieillards – et d’autre part, la communion ne se donne pas dans les mains mais directement dans la bouche. Sachant qu’il existait des variantes, Miss V a bien observé et a fait comme eux 😉

Oaxaca: l'église Santo Domingo

Oaxaca: l’église Santo Domingo

Oaxaca: trop chous ces mamys!

Oaxaca: trop chous ces mamys!

Oaxaca: l'église Santo Domingo

Oaxaca: l’église Santo Domingo

Oaxaca: l'église Santo Domingo

Oaxaca: l’église Santo Domingo, toute dorée

Oaxaca: l'église Santo Domingo

Oaxaca: l’église Santo Domingo

Oaxaca: l'église Santo Domingo

Oaxaca: l’église Santo Domingo

Oaxaca

Oaxaca: près de l’église Santo Domingo

Nous faisons ensuite une petite incursion au Théâtre Macedonio Alcalá, avant de nous rendre à l’église Notre-Dame de Guadalupe, un peu excentrée et plus récente. Mais minute papillon, il faut attendre un peu que…la messe se termine 😉

Oaxaca: le Théâtre Macedonio Alcalá

Oaxaca: le Théâtre Macedonio Alcalá

Oaxaca: le Théâtre Macedonio Alcalá

Oaxaca: le Théâtre Macedonio Alcalá

Oaxaca: l'église Notre-Dame de Guadalupe

Oaxaca: l’église Notre-Dame de Guadalupe

Oaxaca: l'église Notre-Dame de Guadalupe

Oaxaca: l’église Notre-Dame de Guadalupe

Oaxaca: Notre-Dame de Guadalupe apparaît à l'indigène Juan Diego

Oaxaca: Notre-Dame de Guadalupe apparaît à l’indigène Juan Diego

Oaxaca: des tacos gratinés

Oaxaca: des tacos gratinés

Après un repas du soir à l’heure mexicaine (à 18h nous avions terminé), nous allons récupérer nos sacs à l’hostal et marchons jusqu’à la gare de bus. A 20h, nous montons dans THE bus. Pour ce trajet de nuit de 11h, nous avions choisi un bus ADO GL, un peu plus confortable que les bus ADO tout court : plus d’espace pour les jambes, siège inclinables à 120°, écouteurs pour regarder la TV (donc pas de bruit), deux toilettes (une pour les hommes et une pour les femmes. Et cette fois-ci, nous n’étions pas les seuls touristes ! Il y avait quelques Mexicains aussi. En Asie, tous les bus de nuit que nous avions pris était complets mais ce n’est pas le cas ici ; le tiers des sièges étaient libres. Il faut dire que les Mexicains optent plutôt pour les classes moins chères et que ce n’est pas la saison touristique. On ne va pas s’en plaindre 😉 Dans le bus, nous avons regardé un film mafieux espagnol où Mister J n’a rien compris car ils étaient à la recherche de « el dinero ». Mais sapristi, ils vont faire tout un film sur un dîner ?! Aaah mais non, « el dinero », veut dire « l’argent », pas « le dîner » ! Fallait le dire au début du film, pas à la fin !

Autre différence avec l’Asie : les bus au Mexique ne s’arrêtent jamais ! Pas d’arrêt pipi ! Du coup, nous sommes obligés d’utiliser les toilettes du bus. Sur l’autoroute, c’est finger-in-the-nose. Mais sur les routes de campagnes bien sinueuses et avec des casse-vitesse tous les 20 mètres, c’est du sport !

2 thoughts on “Mexique: Oaxaca

  1. Bernard

    pour votre information a l’ époque ou j’ ai fait ma première communion en France aussi on nous mettait l’ hostie dans la bouche, nous devions ouvrir la bouche et tirer un peu la langue. Je vous embrasse tous les deux en vous souhaitant une bonne continuation de voyage maman se joint a moi. Bernard .

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *