Tour du Monde: le bilan

Avant de rentrer dans le vif du sujet, nous allons commencer par quelques excuses 😉 Cela fait un an que nous sommes rentrés et nous n’avons toujours pas posté notre dernier article, ce n’est pas du tout sérieux ça ! Il était pourtant en grande partie écrite dès notre retour mais nous devions encore le fignoler, le terminer. Et quand on écrit un article, c’est un peu comme quand on fait son sac de voyage, le plus difficile, c’est de le terminer (ou de le commencer). Enfin, quand même, un an pour fignoler un article, c’est un peu gros, vous ne trouvez pas ? En effet, en effet, faut quand même pas pousser bobonne dans les orties…Mais la vraie raison de ce “léger” retard est que nous avons eu d’autres projets qui se sont enchaînés tout de suite après notre retour: création d’une société, nouveaux clients, achat d’une voiture, recherche d’un appartement à louer, déménagement, préparation d’un  mariage en 6 mois, un petit boubou en cours, sans oublier le boulooooot. Par contre, ce n’est pas un mais 3 articles que nous avons écrits et allons poster en même temps !

Depuis que nous sommes rentrés, les questions pleuvent (enfin, nettement moins quand même maintenant, un an après notre retour). Que ce soit nos familles, amis, amis d’amis ou collègues, notre périple questionne notre entourage, qu’il les fasse rêver ou cauchemarder, suivant le degré d’aventurier qui se trouve en eux! Certaines questions ressortent plus souvent que d’autres et nous allons tenter d’y répondre :

  • C’était bien ? Ooooh que oui, troooop bien !!! Aucun regret, que du contraire ! Jusqu’à présent, c’est notre plus beau projet, la plus belle année de notre vie. C’était encore mieux que ce que nous imaginions.
  • Avez-vous eu peur ? Nous nous sommes sentis en sécurité partout où nous sommes allés. Nous avons eu quelques sueurs froides à certains moments, comme à notre arrivée tardive à Tegucigalpa au Honduras, ou un soir en Inde à la recherche d’un tuk-tuk. Mais cela ne représente qu’un partie infime de notre périple. Ceci dit, nous avons suivi des consignes très strictes pour éviter d’être la cible privilégiée: pas de bijoux, pas de beaux vêtements, pas de gros appareils photos, sortir le moins souvent son iPhone, une pochette secrète ‘tour de taille’ pour cacher notre passeport et nos cartes bancaires, etc.
  • Avez-vous été malades ? Oui, comme la majorité des tourdumondistes, mais rien de bien grave nous concernant. 3-4 belles touristas pour Mister J mais seulement 2 pour Miss V, qui semble avoir un meilleur entraînement à l’empoisonnement alimentaire 😉 Ce qui est important, c’est de partir bien préparé : tourista, angine, malaria, zika, il faut tout envisager avant de préparer une trousse de secours blindée! Vous vous imaginez devoir aller chercher un antibiotique en Inde ? Nous pas ! Et même au Chili (pays dit développé), heureusement que nous avions le nécessaire dans le désert d’Atacama car il n’y a avait qu’un petit dispensaire de misère. Bon, cela ne nous a pas empêché de ramener quelques compagnons de voyage dans nos selles 😉
  • Qu’avez-vous préféré ? Aaaah LA question que tout le monde – absolument tout le monde – nous pose ! Et c’est bien légitime 😉 Difficile de répondre à cette question. On ne classe pas les pays comme on classerait les tubes des années 80. Suivant le temps qu’on y a consacré, les régions qu’on a visitées, les personnes qu’on y a rencontrées, tous ces facteurs influencent beaucoup notre impression dy pays. Mais ce n’est pas non plus une raison pour se contenter d’une réponse de Normands : nous nous épancherons plus longtemps sur le sujet à la fin de cet article. Suspens… 😉
  • Un an, ce n’est pas trop long ? Hé non. Un an de voyage, cela passe vite, même trèèès vite. Nous avons l’impression d’être partis 3 ou 4 mois. Mais serions-nous partis plus longtemps pour autant ? Nous ne pensons pas. Envisager 1 an de voyage, c’est déjà beaucoup, notamment pour les proches. Même si c’est passé très vite, nous sommes contents d’être rentrés au bout d’un an, de revoir la famille, les amis. Bref, pour nous, un an c’était la durée idéale : ni trop court, ni trop long, juste parfait.
  • Après autant de mois de voyage, arriviez-vous encore à vous émerveiller devant les paysages ? C’est une question que Mister J s’est souvent posée avant de partir. Ne va-t-on pas s’ennuyer ? Rêver de se reposer dans un canapé les pieds sous la table plutôt que d’aller voir un énième lac turquoise ou une énième montagne ? Eh bien non, on ne se lasse pas ! On les apprécie même de mieux en mieux les paysages. Au fur et à mesure, on fait plus attention aux détails. La première fois qu’on voit un volcan, c’est un volcan. La dixième fois qu’on voit un volcan, on peut le comparer aux 9 autres, s’intéresser à leurs points communs et à leurs différences, essayer de définir les plus beaux et pourquoi. Attention, nous ne sommes pas non plus en train de dire que nous ne nous lassions pas de certaines choses. Evidemment, après les centaines de pagodes et les milliers de bouddhas vus en Birmanie, nous étions moins motivés pour en visiter de nouvelles. Même chose pour les villes coloniales d’Amérique Latine, qui se ressemblent toutes assez fort. Mais à ce moment-là, il y a toujours d’autres choses à faire, à voir. Bref, on ne s’ennuie jamais en voyage.
  • Quelle est la cuisine que vous avez préférée ? Indéniablement la cuisine asiatique! Tout particulièrement la cuisine indienne pour ses saveurs incroyables. Mais également la cuisine vietnamienne, très saine et goûteuse, avec ses spring rolls frais à la crevette et coriandre et ses soupes de nouilles tellement variées. Mmmh nous en salivons encore 😉
  • Et la reprise du travail, pas trop difficile ? Aaaah la fameuse reprise tant redoutée… Miss V a repris 2 semaines après être rentrée et a tout de suite été envoyée en mission dans une grande société à Bruxelles. Verdict ? Brutal. Tôt, trooop tôôôt. A vrai dire, cela ne fut pas drôle du tout ; elle en garde encore des séquelles 😉  En même temps, Miss V a toujours dit que l’école et le monde du travail, ce n’était pas fait pour elle. Elle aurait voulu être chômeuse avec voiture de fonction ou retraitée avant même d’avoir commencé à travailler ;)…Quand est-ce que je gagne au lotto?! 😉 Et Mister J alors ? Lui ne pouvait pas imaginer reprendre là où il en était avant de partir ; il a donc quitté son emploi, à la recherche d’un nouveau. Après mûres réflexions (déjà commencées un peu avant notre voyage), Mister J est devenu indépendant : il a créé sa propre société début janvier pour continuer la consultance. L’important pour lui? La liberté que cela lui apporte de choisir ses clients, choisir ses projets ainsi que la flexibilité de son emploi du temps. Et comme cela fonctionne bien, Miss V a à son tour démissionné et l’a rejoint dans sa société début mai! Mais nous ne travaillons pas ensemble, nous avons chacun nos clients respectifs.

    En tout cas, une chose est certaine : passer un an à ne penser qu’à soi et n’avoir que très peu de contraintes extérieures nous a beaucoup appris sur nous-mêmes. On s’écoute beaucoup plus soi-même : de quoi avons-nous vraiment envie là maintenant ? Travailler moins pour profiter plus, voilà notre programme! Mister J, dont le client se trouve à 15 bonnes minutes à pied de notre appart, suit le programme à la lettre; Miss V un petit peu moins car ses clients se situent trop loin mais elle s’octroie assez souvent un 4/5e et travaille de plus en plus à domicile 😉

  • Avez-vous changé ? Oui, cela ne fait aucun doute ! Nous avons passé un an à ne penser qu’à nous, à s’écouter et à se demander ce qu’on voulait faire demain, en ayant une petite idée de l’itinéraire mais sans trop se soucier de ce qui suivra.
    On s’est rendu compte que dans nos vies occidentales, nous sommes le nez dans le guidon, à s’inquiéter de la destination, sans prendre le temps de tourner la tête pour regarder le paysage, ou même de s’arrêter pour se poser 5 minutes afin de profiter du moment présent. On essaie maintenant de se dégager des moments pour passer du bon temps avec la famille, les amis, faire du sport et des balades.  Les peuples que nous avons rencontrés tout au long de notre voyage, surtout en Asie – des peuples si joyeux, heureux et pourtant si pauvres mais avec une vie tellement simple – nous ont aussi beaucoup fait réfléchir. Nos vies européennes sont trop compliquées : trop de temps perdus dans les bouchons, trop de contraintes, trop de stress, trop de futilités, trop de frustrations, trop de contraintes, trop de sollicitations, on ne passe pas assez de temps à faire ce que l’on a envie de faire. Quel pourcentage de notre semaine passe-t-on à faire quelque chose qui compte vraiment pour nous? Répondre à ces interrogations a fondamentalement changé nos personnalités.
    Et sinon, d’autres changements ? Miss V se soucie beaucoup moins de ce que pourraient penser les autres. Elle engage beaucoup plus facilement la conversation avec des inconnus, même en anglais, et elle n’hésite plus non plus une seule seconde à poser des questions (même stupides) pour trouver son chemin ou pour avancer encore plus vite dans son boulot. Étonnamment, elle est aussi un peu moins stressée en voiture : « pas de panique, il y a bien quelqu’un de cette foutue file/queue qui me laissera passer » et « non monsieur, cela ne sert à rien de me coller, je respecte les limitations de vitesse, moi ».
    Mister J, lui, est devenu moins impatient ; il est aussi moins stressé par les horaires de bus/avion/train (« non, il ne faut pas arriver 4h à l’avance Mister J ! ») ; et comme il s’écoute beaucoup plus, il a appris à mieux se connaître.
    De plus, comme nous l’avons déjà expliqué dans la réponse à la question précédente, nous abordons maintenant la vie différemment : travailler un « minimum » pour profiter une maximum. Tout un programme ! Et puis, allez savoir pourquoi, nous avons un besoin de voir nos amis plus souvent qu’avant – comme si nous voulions ratrapper le “temps perdu”. Nous ne les avons jamais autant vu que depuis que nous sommes rentrés.

Nous revenons maintenant à la question à laquelle nous n’avons pas vraiment répondu plus haut : « alors quel est votre coup de cœur de ce tour de monde ? ». C’est vraiment la question qui domine parmi toutes celles qui nous sont posées.
Si nous ne pouvons pas classer les pays par ordre de préférence, nous pouvons, par contre, classer les continents par ordre de préférence. Le grand gagnant est, sans aucun doute, l’Asie, suivi de l’Amérique du Sud, puis de l’Amérique Centrale. Et dire qu’avant de nous rendre en Indonésie en 2014 (alors que nous avions déjà commencé à tracer l’itinéraire de notre tour du monde), nous étions plus attirés par l’Amérique Latine (surtout l’Amérique du Sud) que par l’Asie. Aaaaah l’Asie…Elle ne cessera jamais de nous surprendre, de nous étonner et de nous attirer.
Et oui, malgré toutes ses richesses, l’Amérique du Sud n’a pas réussi à détrôner l’Asie 😉 Pourquoi ? L’Amérique du Sud est superbe mais moins dépaysante que l’Asie : les villes sud-américaines ressemblent beaucoup plus aux nôtres (l’architecture est essentiellement espagnole et donc européenne), les villes sont souvent très bétonnées (peu de routes en terre comme en Asie) et à part quelques marchés bien typiques, la vie des villes n’est pas très différente de la nôtre, avec ses magasins en dur, ses voitures et ses trottoirs.

Nous sommes arrivés au bout du monde à gauche ;)

Quelques mots pour résumer chaque continent exploré :

Asie :

  • Un vrai dépaysement : rien que sortir dans la rue est déjà tellement dépaysant. Pas de trottoir (« mais on marche où ? »), des rues sablonneuses, des gens qui passent leur temps à manger ou discuter sur de petits tabourets, des petites échoppes ambulantes partout, des scooters à perte de vue (avec, à l’arrière, des piles d’œufs, ou des poules, des cochons, ou carrément toute une famille avec 2 enfants), etc.
  • Une nourriture goûteuse, délicieuse et saine.
  • Les Asiatiques sont d’une gentillesse incroyable et tellement souriants, alors qu’ils ne vivent de vraiment pas grand chose. Mais ils se contentent largement de ce qu’ils ont. Quelle véritable leçon de vie !
  • Des édifices incroyables : la Muraille de Chine, le Taj Mahal, les pagodes et temples de Bagan en Birmanie, les Temples d’Angkor.
  • La très intéressante culture bouddhique ainsi que des leçons d’histoire marquantes : les Khmers Rouges au Cambodge et la Guerre du Vietnam.
  • Et puis, l’Asie est vraiment sûre (excepté en Inde). Bien sûrs, il y a des pickpockets, comme partout, mais on ne se sent jamais en insécurité.
  • Tout est possible en Asie : ils ont toujours une solution à tout. Incredible Asia !

 

Amérique du Sud :

  • La culture incas et les civilisations pré-incas. Notamment au Pérou, où les vestiges de ces civilisations sont vraiment impressionnants et très intéressants.
  • Les traditions en Équateur, Pérou et Bolivie : les vêtements traditionnels tout colorés, les métiers à tisser d’antan, les chapeaux tous différents d’une ethnie à l’autre, les sandales faites à base de pneus, la musique traditionnelle, etc.
  • Une nature époustouflante : les lagunes et volcans d’Équateur, la Cordillère Blanche et les canyons du Pérou, le Sud Lipez et le Salar de Uyuni en Bolivie, sans oublier la Patagonie en Argentine et au Chili.
  • Le vin péruvien, chilien et argentin : pas cher mais très bon.
  • La cuisine péruvienne : variée, goûteuse, gastronomique. Les Péruviens sont les seuls d’Amérique Latine (et d’Amérique tout court) à savoir cuisiner. Sans oublier la cuisine chilienne, qui est délicieuse en bord de mer quand elle est gastronomique.

 

Amérique Centrale :

Plus dangereuse, davantage envahie par la « culture » américaine, plus fade et monotone gustativement parlant, elle nous a tout de même bien plu et permis de découvrir plein de belles choses que nous n’aurions jamais pu découvrir ailleurs :

  • La culture maya et ses pyramides (le must étant Tikal au Guatemala) ainsi que la culture garifuna des Caraïbes
  • La faune et la flore incroyable du Costa Rica. Pura vida !
  • Les magnifiques habits traditionnels au Mexique, Guatemala et Nicaragua
  • Le très intéressant Canal de Panama
  • Le système communiste de Cuba. Dingue !! Cela aussi, c’est une sacrée leçon d’histoire !
  • Des plages paradisiaques le long de la Mer des Caraïbes au Belize et au Panama (et apparemment aussi au Honduras et au Nicaragua).

 

Et si c’était à refaire ? Nous le referions sans hésiter, et de la même façon : un an (pas plus, pas moins), à la même vitesse, et en traversant les mêmes continents et pays. Ceci dit, il y a deux pays que nous aurions voulu ajouter à notre liste : le Népal et la Colombie. Mais comme le Népal avait été victime d’un gros tremblement de terre, nous avons dû le supprimer de l’itinéraire et le remplacer par le Vietnam. Et la Colombie ? Il a été question un moment d’y rester une semaine. Mais il y a de quoi remplir 3 semaines de vacances dans ce grand pays ; alors si ce n’est pour y rester qu’une petite semaine, autant ne pas y aller. Et comme il était hors de question de voyager plus vite pour pouvoir rajouter un pays (en plus un grand pays), ce sera pour une prochaine fois 😉 Nous n’avons entendu que des avis ultra-positifs sur la Colombie et ses habitants !
Par contre, maintenant que nous avons déjà visité beaucoup de pays et que notre appétit est désormais moins vorace (quoique), si un jour quand nous serons grands, nous refaisons un tour du monde, nous prendrons vraiment notre temps et irons plus lentement pour n’explorer que quelques pays mais à fond.

Parce qu’il y a encore d’autres pays que vous voudriez visiter ? Et oui, plus on voyage en mode routard, plus on entend des avis positifs de la part d’autres touristes au sujet de certains pays, et plus notre liste de destinations s’allonge. Mais cela fera l’objet du prochain article 😉

Petite digression sur nos voyages précédents:

Et dans tous ces classements, où classeriez-vous l’Océanie et l’Amérique du Nord ? Comme il s’agit de pays développés, on peut évidemment les comparer entre eux mais par contre, on ne peut pas les comparer avec les 3 continents/régions visités lors de notre tour du monde. Ce serait comme comparer des pommes et des poires. Disons que la force de l’Océanie et de l’Amérique du Nord, ce sont leurs Parc Nationaux incroyables et tout à fait différents les uns des autres. On se rend là-bas pour explorer une nature à couper le souffle, pas vraiment pour découvrir une culture ni être dépaysé.
Avant de partir en tour du monde, Miss V avait d’ailleurs élu deux pays sur la première marche du podium de ces destinations préférées: la Nouvelle-Zélande et l’Indonésie. Ces deux destinations étant totalement incomparables, elles sont toutes les deux classées n°1 pour des raisons complètement différentes: la Nouvelle-Zélande nous a époustouflés par sa nature magnifique et très variée (on ne s’en lasse jamais même après des heures de route car en Nouvelle-Zélande, on est partout et tout le temps au milieu de la nature), tandis que l’Indonésie nous a émerveillée par sa culture, sa cuisine, certains paysages, le dépaysement qu’elle procure et les rencontres que nous y avons faites. Et en deuxième position ? L’Ouest des Etats-Unis, longtemps perché sur la première marche du podium, avant d’être détrôné in extremis par la Nouvelle-Zélande. L’Australie est très jolie mais plus monotone que la Nouvelle-Zélande. Et étonnamment, l’Ouest du Canada a légèrement moins plu à Miss V que l’Ouest des Etats-Unis: moins d’infrastructures permettant de belles promenades dans les Parcs Nationaux, et paysages un peu moins variés; par contre aucune ville visitée aux Etats-Unis ne vaut Vancouver.

One thought on “Tour du Monde: le bilan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *