Uruguay: Colonia del Sacramento et Montevideo

Mercredi 14 septembre 2016. Trajet Buenos Aires – Colonia del Sacramento (Uruguay).

Ce matin, nous devons nous rendre à l’embarcadère à 7h pour prendre le bateau de la compagnie Seacat (la moins chère) qui doit partir à 8h. La traversée devrait durer 1h. Comme nous devons marcher 20 minutes pour aller à l’embarcadère, nous décidons de mettre le réveil à 5h30 et de partir à 6h30.

Vers 5h45, Mister J se réveille, regarde sa montre et se dit « cool, il nous reste encore 45 minutes avant de se lever ». Du coup, il se rendort, sans se rendre compte de son erreur… Vers 6h16, il regarde à nouveau sa montre et crie à Miss V « il est 6h16, on a loupé le réveil, il faut se lever tout de suite ! ». Il nous reste donc 14 minutes pour boucler nos sacs et partir. Heureusement que nous avions déjà quasiment bouclé nocs sacs hier soir. Nous sommes dans l’ascenseur à 6h35, une performance !

Au final, nous arriverons pile à l’heure au terminal des bateaux ! Mais sans savoir si nous allons pouvoir embarquer, car il y a toujours du vent. C’est un terminal ultramoderne mais nous ne serons pas très bien informés. Un écran affiche les prochains départs mais nous ne trouvons pas notre bateau de 8h pour Colonia, ce n’est pas bon signe ! Par contre, celui de 7h30 pour Montevideo, la capitale uruguayenne, est en train d’embarquer… ça c’est bon signe ! 😉 Nous nous rendons alors à un guichet où on nous informe que nous embarquerons dans le bateau de la compagnie Buquebus de 9h et que nous devons donc attendre. Cool ! Nous prenons des places stratégiques sur un banc (ils sont rares) entre les toilettes et les panneaux d’affichage et prenons notre petit déjeuner. Vers 9h (cela fait déjà 2h que nous sommes là), le bateau de 7h30 n’est toujours pas parti. Hum, ce n’est pas bon signe… Un message vocal sporadique est alors diffusé dans la gare et indique que les ports de Colonial et Montevideo sont toujours fermés à cause des conditions météorologiques… Mais là tout à coup, au niveau de l’enregistrement, s’affiche notre bateau de 9h. Nous nous y rendons – quand même un peu étonnés – pour nous enregistrer. Mais en arrivant au guichet, l’employé nous dit simplement qu’il faut toujours attendre, qu’il est bien possible que l’on parte à 9h mais qu’ils attendent encore des infos pour savoir si le port de Colonia va ouvrir ou non.  Bref, nous avons juste perdu nos places assises 😉 Nous nous installons alors sur nos gros sacs au milieu du terminal mais assez près des guichets 😉 Vers 10h, un nouveau message est diffusé dans le terminal : le port Montevideo est toujours fermé mais celui de Colonia est désormais ouvert. Les gens poussent alors de cris de joie dans le terminal. Trop marrant 😉 Nous devrons quand même attendre 10h30 pour pouvoir nous enregistrer et 11h30 pour embarquer dans le bateau. Le bateau part à 12h ; cela fait déjà 5h que nous sommes arrivés au terminal mais, malgré toute cette attente, nous sommes super contents car nous avons la chance de pouvoir partir en Uruguay aujourd’huiii 😉 Au pire, si aucun bateau n’avait pu partir aujourd’hui, nous aurions dû trouver à l’arrache un hôtel pour ce soir à Buenos Aires et éventuellement partir demain en Uruguay…

En plus, nous sommes super contents d’avoir acheté ces billets la veille à 645 Pesos (38€) chez Seacat plutôt que d’être venu, comme conseillé par la compagnie Buquebus, acheter au terminal le jour même un de leurs billets à 1500 Pesos (92€). Car figurez-vous que tout le monde a finalement embarqué dans le même bateau ! Tous les sièges étaient d’ailleurs occupés en classe touriste, les derniers ont donc pu monter en classe VIP.

Nous arrivons vers 13h au port de Colonia del Sacramento et nous dirigeons vers notre petit hôtel. Les propriétaires sont super sympas et notre chambre a beaucoup de charme. Notre séjour en Uruguay commence bien 😉

Nous partons ensuite visiter le quartier historique, qui a été fondé par les Portugais en 1680 et qui mêle donc architecture portugaise et espagnole. Très mignon et très calme ! Sous le soleil exactement cette fois (mais encore un peu venteux) ! 😉 Nous ne sommes qu’à une heure de bateau de Buenos Aires mais quelle différence : quelle tranquillité et quelle gentillesse !!

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique, ses maisons colorées et ses vieilles voitures

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses vieilles voitures

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses anciens pavés de pierre de schiste

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses anciens pavés de pierre de schiste

Colonia del Sacramento: le quartier historique et sa Plaza Mayor

Colonia del Sacramento: le quartier historique et sa Plaza Mayor

Colonia del Sacramento: le quartier historique et sa Plaza Mayor

Colonia del Sacramento: le quartier historique et sa Plaza Mayor

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses maisons colorées

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses maisons colorées

Colonia del Sacramento: en bord d'estuaire

Colonia del Sacramento: en bord d’estuaire

Il y a un autre sujet dont nous devons absolument parler : c’est le premier endroit en Amérique Latine où les automobilistes s’arrêtent aux stops et passage-piétons pour nous laisser passer ! Lorsque nous avons débarqué à Colonia et que nous sommes arrivés à la première route à traverser, un des automobilistes a dû faire de grands signe pour nous faire comprendre que nous pouvions passer. Nous n’avons plus l’habitude. Généralement, dans les autres pays, ils seraient prêts à nous rouler dessus pour ne pas perdre une seconde 😉 Et ils redémarrent même si nous sommes en train de traverser. Priorité aux voitures !

Vers 16h, comme nous nous sommes levés tôt et n’avons mangé qu’un petit pique-nique à midi, nous commençons à avoir faim. C’est l’occasion rêvée pour enfin tester les desserts argentins. Oui, nous sommes en Uruguay mais visiblement, les desserts sont communs aux deux pays. Nous nous asseyons à la terrasse d’un restaurant sur la Plaza Mayor et commandons deux desserts typiques : un « flan con dulce de leche » (flan avec leur fameux caramel de lait) et un « budin de pan » (un gâteau de pain : mie de pain, lait, essence de vanille, sucre et oeufs). Pas mauvais, surtout le « budin de pan » 😉

Colonia del Sacramento: un "flan de dulce de leche" (leur caramel de lait)

Colonia del Sacramento: un « flan de dulce de leche » (leur caramel de lait)

Colonia del Sacramento: un "budin de pan" (avec quelques morceaux de pommes)

Colonia del Sacramento: un « budin de pan » (avec quelques morceaux de pommes)

Colonia del Sacramento: première bière urugayenne testée. Très bonne !

Colonia del Sacramento: première bière urugayenne testée. Très bonne !

Ce soir, nous allons manger dans un restaurant très bien côté du quartier historique. A nouveau, Mister J prend un morceau de bœuf alors que Miss V opte pour le saumon ; le tout, accompagné d’une limonade de gingembre et menthe. Verdict ? C’est nettement moins cher qu’à Buenos Aires et tellement plus goûteux ! Une vraie réussite, un vrai délice ! Et en plus, il y a des légumes : du butternut, du potiron, des carottes, de haricots mange-tout. Désolés pour les deux photos mais Mister J les a malencontreusement effacées en mettant à jour son smartphone…

Au fait, jour pour jour dans un mois, nous prenons l’avion pour Paris 😉

 

Jeudi 15 septembre 2016. Visite de Colonia del Sacramento.

La journée est ensoleillée aujourd’hui et le vent est allé se coucher 😉 Une belle journée en perspective donc pour continuer à découvrir Colonia, son quartier historique et les abords de son estuaire. Comme le quartier historique n’est pas très grand, nous avons largement le temps d’explorer toutes ses rues en long, en large et en travers, même plutôt deux fois qu’une 😉 Mais c’est un endroit tellement mignon et calme qu’on ne s’en lasse pas ! 😉

Colonia del Sacramento: la porte d'entrée du quartier historique

Colonia del Sacramento: la porte d’entrée du quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses remparts

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses remparts

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses maisons colorées

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses maisons colorées

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Certaines ruelles du quartier historique ont conservé leurs pavés en pierre de schiste de l’époque et les véhicules y sont bien entendu interdits.

Colonia del Sacramento: la fameuse Calle de los Suspiros

Colonia del Sacramento: la fameuse Calle de los Suspiros

Colonia del Sacramento: le quartier historique

Colonia del Sacramento: la fameuse Calle de los Suspiros

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses anciens pavés de pierre de schiste

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses anciens pavés de pierre de schiste

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses anciens pavés de pierre de schiste

Colonia del Sacramento: le quartier historique et ses anciens pavés de pierre de schiste

A midi, nous nous installons à nouveau en terrasse sur la Plaza Mayor. C’est dire comme il fait beau et chaud aujourd’hui 😉

Colonia del Sacramento: la Norteña, une deuxième très bonne bière uruguayenne.

Colonia del Sacramento: la Norteña, une deuxième très bonne bière uruguayenne.

Nous nous promenons ensuite le long de l’estuaire, qui sépare Colonia de Buenos Aires et mène à l’Océan Atlantique, ainsi que le long du petit port.

Colonia del Sacramento: un palmier, un pin, une petite plage, rien de plus normal en bord d'estuaire ;)

Colonia del Sacramento: un palmier, un pin, une petite plage, rien de plus normal en bord d’estuaire 😉

Colonia del Sacramento: en bord d'estuaire, Mister J reste zen ;)

Colonia del Sacramento: en bord d’estuaire, Mister J reste zen 😉

Colonia del Sacramento: le port

Colonia del Sacramento: le port

Colonia del Sacramento: le port

Colonia del Sacramento: le port

 

Vendredi 16 septembre 2016. Trajet Colonia del Sacramento – Montevideo.

Aujourd’hui, à 10h30, nous prenons le bus pour Montevideo, la capitale de l’Uruguay, qui ne se trouve qu’à 2h30 de Colonia. Alors, les bus en Uruguay ? Très bien, très confortable et propre. Rien à redire !  Le Wifi annoncé fonctionne même ! Nous avons eu beaucoup de bus prétendant avoir le Wifi mais c’est la première fois qu’il fonctionne 😉 Ne confondez pas le Paraguay et l’Uruguay : alors que le Paraguay est plutôt pauvre, l’Uruguay est nettement plus riche et nous fait d’ailleurs penser à l’Argentine.

Malheureusement, notre bus ne s’arrête pas au terminal de bus que Mister J avait repéré près de notre « casa ». Il nous laisse au grand terminal de bus, qui se trouve à 5kms de notre casa… C’est l’occasion de tester les bus locaux et les embouteillages de la capitale uruguayenne 😉 Après une petite demi-heure de bus, nous arrivons près de notre « casa » et découvrons une vieille demeure de 1870, haute de plafond, et avec de très hautes fenêtres. Normal, nous logeons dans la Ciudad Vieja (càd la Vieille Ville), le seul quartier vraiment intéressant de Montevideo. Comment mieux visiter un quartier historique que de dormir dans une de ces vieilles demeures ?! Passé le pas de la porte, nous sentons toute de suite le froid et l’odeur d’humidité. Mais où sommes-nous tombés ? Heureusement, nous sommes rassurés en découvrant notre chambre et la cuisine. Ça sent bon, l’endroit n’est pas mal aménagé et il y a du chauffage dans la chambre si besoin est. Par contre, l’accès à notre petite mezzanine, qui sert de salle de bain et toilette, est super dangereux : marche casse-gueule et pas de rampe… Promis, nous ferons attention, ce n’est pas le moment de se casser quelque chose.

Montevideo: notre casa

Montevideo: notre casa, une vieille demeure d’une rue piétonne de la Vieille Ville. Nous logeons en bas (les deux grandes fenêtres à gauche de la porte d’entrée).

Montevideo: notre chambre

Montevideo: notre chambre et sa mezzanine

Montevideo: notre chambre aux grandes fenêtres

Montevideo: notre chambre aux grandes fenêtres

Avec tout cela, il est déjà 14h et il est grand temps de trouver un restaurant. Nous nous dirigeons vers le port et nous faisons alpaguer par un serveur qui parle un peu français. Comme tous les restaurants que nous avons regardés avant ne nous attirait pas plus que ça, nous lui faisons confiance et commandons deux poissons en papillote. Mmmm, rien ne vaut une cuisson en papillote, un régal !

Montevideo: morue en papillote. Booon ! ;)

Montevideo: morue en papillote. Booon ! 😉

Montevideo: sole en papillote. Booon ! ;)

Montevideo: sole en papillote. Booon ! 😉

Montevideo: d'après le serveur, il s'agit de la meilleure bière d'Uruguay. Très bonne mais les deux autres testées auparavant n'était pas moins bonnes.

Montevideo: d’après le serveur, il s’agit de la meilleure bière d’Uruguay. Très bonne mais les deux autres testées auparavant n’était pas moins bonnes.

Avant de rentrer pour faire quelques courses et se reposer, nous nous aventurons le long de l’estuaire. Pas mal pour un remblai d’une capitale mais cela ne vaut pas le remblai des Sables d’Olonne ! 😉

Montevideo: near, far, wherever you are...

Montevideo: Titanic. Near, far, wherever you are…

Montevideo: un ancien fourneau ? Mystère...

Montevideo: un ancien fourneau ? Mystère…

Montevideo et son remblais

Montevideo et son remblai

Le soir, en cuisinant à notre casa, nous faisons brièvement connaissance avec une Brésilienne qui est venue assister à une conférence ainsi qu’un Uruguayen qui vit en Espagne et a travaillé avec de Belges 😉

Montevideo: un petit vin uruguayen que nous a fait goûté la touriste brésilienne de notre casa. Pas terrible...

Montevideo: un petit vin uruguayen que nous a fait goûté la touriste brésilienne de notre casa. Pas terrible…

 

Samedi 17 septembre 2016. Visite de Montevideo.

Aujourd’hui, nous décidons de visiter le vieux Montevideo de long en large. Nous commençons par la rue piétonne de la Ciudad Vieja et ses vieilles demeures colorées.

Montevideo

Montevideo et ses maisons colorées

Montevideo

Montevideo et ses maisons colorées

Montevideo: la vieille ville

Montevideo et ses maisons colorées. Un petit air de Cuba…

Montevideo: la vieille ville

Montevideo et sa Vieille Ville

Nous enchainons avec les différentes places du vieux Montevideo : la Plaza de Zabala, la Plaza Constitución, la Plaza de la Independencia et la Plaza Entrevero.

Montevideo: la Plaza Bruno Mauricio de Zabala

Montevideo: la Plaza Bruno Mauricio de Zabala

Montevideo: la Plaza Constitucion

Montevideo: la Plaza Constitucion

Montevideo: la Plaza Constitucion et son petit marché aux puces

Montevideo: la Plaza Constitución, son église et son petit marché aux puces

Montevideo: la porte de la Vieille Ville

Montevideo: la porte de la Vieille Ville

Montevideo: la Plaza de la Independencia

Montevideo: la Plaza de la Independencia

Montevideo: la Plaza de la Independencia et la statue du général Artegas. Au sous-sol, se trouve son Mausolée.

Montevideo: la Plaza de la Independencia et la statue du général Artegas, « el libertador ». Au sous-sol, se trouve son Mausolée.

Montevideo: la Plaza de la Independencia

Montevideo: la Plaza de la Independencia

Montevideo: el Palacio Salvo

Montevideo: el Palacio Salvo

Montevideo: el Teatro Solis

Montevideo: el Teatro Solis

Montevideo: la Plaza Entrevero

Montevideo: la Plaza Entrevero

Montevideo: la Plaza Entrevero

Montevideo: la Plaza Entrevero

Pour manger, nous décidons d’aller jeter un œil au Mercado del Puerto, le « food market » de Montevideo. Rien à voir avec tous les « food market » que nous avons rencontrés jusqu’à présent, que ce soit en Asie ou en Amérique Latine. Ici, ce ne sont pas des échoppes que nous y trouvons mais de vrais restaurants plutôt chers, sous une structure en acier magnifique. L’Uruguay est définitivement un pays riche. C’est d’ailleurs le premier pays, avec l’Argentine, où nous voyons des gens porter des vêtements The North Face, Tommy Hilfiger, voire Ralph Lauren, ainsi que des chaussures Caterpillar, voire Timberland. Il y a de l’argent ici ! Dans les autres pays, ils sont déjà très fiers quand ils portent des vêtements Adidas (parfois écrit avec 3 d)…

A midi, nous nous posons finalement dans un restaurant de notre rue piétonne qui a l’air de se démarquer un peu des parillas habituelles. Nous apprécions le menu très court qui change chaque jour, la présence de légumes et le fait que le couvert ne soit pas facturé. Et nous avons eu raison, Mister J se régalera de ribs marinés dans une sauce à base de moutarde de dijon, de miel, de gingembre et de vin blanc. Miss V, elle, appréciera son poisson qui sera très bien assaisonnés avec différentes épices et graines. Le tout accompagné de salade et de légumes grillés. Miam !

Montevideo

Montevideo: un chouette restaurant dans notre rue piétonne

Montevideo: ribs miel, moutarde, gingembre, vin blanc, avec potirons, navais, betteraves et petites patates

Montevideo: ribs miel, moutarde, gingembre, vin blanc, avec potirons, navais, betteraves et petites patates

Montevideo: morue au four avec pignons de pin, graines de lin.

Montevideo: morue au four avec pignons de pin, graines de lin.

L’après-midi, nous allons nous promener en bord d’estuaire, comme tout bon habitant de Montevideo 😉 On a presque l’impression de prendre l’air de la mer 😉 et en plus, il fait chauuud cet aprèm !

Montevideo: cargo en vue passant derrière l'autoroute ! ;)

Montevideo: cargo en vue passant derrière l’autoroute ! 😉

Montevideo: balade sur le remblais

Montevideo: balade sur le remblais

Dans la rue, ça sent la marijuana plus que nulle part ailleurs et nous croisons beaucoup de gens qui semblent sur une autre planète (« high » quoi ;). Mais comment cela se fait-il ? Une rapide recherche sur internet confirme ce que nous pensions : en 2001, l’Uruguay est le premier pays à légaliser la production, la vente et la consommation de cannabis pour contrôler son marché de A à Z et ainsi lutter contre les narco- trafiquants. C’est d’ailleurs toujours le seul pays à avoir légalisé l’ensemble de la chaine. Une famille uruguayenne peut détenir 6 plans de cannabis et acheter 40g par mois en pharmacie. C’est énoooorme ! On ne se prononcera ni pour ni contre cette mesure mais elle a un effet pervers : la consommation se fait à la vue de tous, notamment dans la rue, et c’est pas toujours très joli à voir. Beaucoup de gens errent dans la rue, clairement sur une autre plannête. Notre propriétaire, qui doit avoir à peu près notre âge, est d’ailleurs un consommateur de cette substance. Mister J l’avait flairé dès le premier jour car il ne nous regardait pas dans les yeux mais cet après-midi, nous en avons la confirmation claire et nette. Mister J veut payer une partie de notre séjour en pesos uruguayen et le reste en dollars, mais notre proprio est évidemment totalement incapable de suivre les calculs de Mister J ; il ne réagit tout simplement pas et laisse Mister J faire. Heureusement qu’il est honnête ce Mister J 😉 Pire, lorsque Mister J lui demande où nous devons laisser la clé demain matin car nous devons partir très tôt. Il ne réagit toujours pas plus… Mister J lui demande alors : « à l’intérieur de la chambre ou sur la porte ? ». Il arrive quand même à sortir un « ah oui sur la porte, sur la porte ». Bref, il est complètement « high », en train de planer sur une autre planète. Mister J lui demande tout de même aussi si le bus CA1 que nous avons pris à l’aller passe bien le dimanche et tôt le matin. « Oui, oui » nous répond-il. Heureusement que Mister J ne lui a pas fait confiance et a cherché lui-même les renseignements sur internet car le CA1 ne passe pas le dimanche mais bien le 187 et 188 😉 A part ça, il nous répétait sans cesse que si nous avions une question, il ne fallait pas hésiter à l’appeler… 😉

One thought on “Uruguay: Colonia del Sacramento et Montevideo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *