Vietnam: Hô Chi Minh Ville

Dimanche 24 janvier 2016. Trajet de Phnom Penh (Cambodge) à Hô Chi Minh Ville.

Le trajet en bus s’est très bien passé : le chauffeur conduisait bien, ne s’arrêtait pas toutes les trente minutes, l’accompagnateur était bien organisé, les horaires respectés et, pour une fois, nous avons été déposés en centre-ville à quelques mètres du quartier des routards. Seul point négatif : le bus était infesté de moustiques 😉 Heureusement, nous sommes toujours bien équipés d’anti-moustique. Et Mister J a dû en tuer une bonne trentaine pendant le trajet, ça occupe et défoule 😉

Le passage de la frontière vietnamienne est assez drôle : l’accompagnateur tient absolument à collecter tous les passeports et les donner lui-même au contrôle de l’immigration. L’officier les vérifie un par un et les rend au chauffeur du bus sans s’assurer que le détenteur du passeport est bien la personne qui passe la frontière. Bizarre. Mais c’est le même traitement pour toutes les compagnies de bus…

Arrivés à Ho Chi Minh City, la ville nous semble chouette. C’est une grande ville asiatique qui semble assez développée et qui nous rappelle Bangkok. Comparé à Phnom Penh que nous venons de quitter, Saigon nous plaît tout de suite beaucoup plus. Nous trouvons un logement à prix correct (12$) dans le quartier des routards, sympa et au calme de l’agitation de cette ville et de ces karaokés. Seul inconvénient : notre chambre est au 5ème étage, sans ascenseur. Du coup, c’est bon pour nos mollets 😉

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville: notre quartier

Ho Chi Minh Ville

Ho Chi Minh Ville

Nous passons l’après-midi dans un chouette resto presqu’en face de notre guesthouse à écrire et mettre à jour notre blog car nous avons beaucoup de retard…

Ho Chi Minh Ville: une bonne bière Saigon pour commencer notre séjour au Vietnam.

Ho Chi Minh Ville: une bonne bière Saigon pour commencer notre séjour au Vietnam.

 

Lundi 25 janvier 2016. Visite de Hô Chi Minh Ville (ex-Saigon).

Comme le disait si bien Robin Williams dans le film du même nom, « Good moooooorning Vietnaaaaaam » !! Après une bonne nuit de sommeil et un bon muesli aux fruits et au yaourt, nous partons à la conquête de la ville. A pied, comme toujours, malgré les sollicitations des nombreux tuk-tuk. Enfin, nous commençons d’abord par chercher à obtenir des billets de train pour notre prochaine destination au centre du Vietnam. Manque de bol, ce sont les vacances du Têt (le Nouvel An vietnamien), donc tous les trains sont complets jusqu’au 7 février. Avant et après la fête du Têt, ce n’est pas quelques jours à l’avance mais un mois à l’avance qu’il faut réserver ses billets de train. Nous avons vraiment l’art de visiter les pays asiatiques pendant les fêtes : la Golden Week en Chine, Diwali (la Fête des Lumières) en Inde, Dad’s day (l’anniversaire du roi) en Thaïlande et maintenant la fête du Têt au Vietnam 😉 Le bus alors ? Euuuh non, pas pour nous, le trajet durant 20h. Pas grave, un billet d’avion n’étant pas beaucoup plus cher que le train, nous optons pour cette solution. Et pour le deuxième trajet de nuit que nous voulions faire en train jusqu’à Hanoï, la capitale, nous prendrons le bus.

Nous arrivons à 11h00 à la cathédrale, construite par les Français. Les briques, le pavage, tout est là ; le temps d’un instant, nous nous croyons en France. Malheureusement, la cathédrale est fermée entre 11h et 15h… Nous reviendrons un autre jour.

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

Ho Chi Minh Ville: la cathédrale Notre-Dame

A côté, se trouve la poste centrale, un magnifique bâtiment à structure métallique créée par Gustave Eiffel. Mister J est aux anges. Mais la nouvelle peinture jaune poussin est un peu criarde. Dommage.

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Ho Chi Minh Ville: la Poste

Nous passons également par l’hôtel de ville que l’on croirait tout droit sorti d’une pâtisserie, puis par les Champs Élysées vietnamiens. C’est l’occasion de voir la bourgeoisie vietnamienne faire les boutiques chez Ralph Lauren, Cartier, Channel, Burberry, etc.

Ho Chi Minh Ville: l'Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l’Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l'Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l’Hôtel de Ville

Ho Chi Minh Ville: l'Hôtel de Ville et la statue d'Ho Chi Minh

Ho Chi Minh Ville: l’Hôtel de Ville

Nous faisons ensuite un petit tour au marché. Intéressant et coloré comme toujours.

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: des tripes, du foie, du coeur, de la langue, du groin... Mmmm.

Ho Chi Minh Ville: des tripes, du foie, du coeur, de la langue, du groin… Mmmm.

Ho Chi Minh Ville: le marché

Ho Chi Minh Ville: le marché

A midi, nous testons un petit restaurant typique vietnamien à l’arrière d’une épicerie (où nous serons les seuls touristes) et prenons des « pho », ces fameuses soupes de nouilles vietnamiennes. Bingo, le « pho » est excellent ! Nous reviendrons 😉

Ho Chi Minh Ville: des rouleaux de printemps aux crevettes.

Ho Chi Minh Ville: des rouleaux de printemps aux crevettes.

Ho Chi Minh Ville: un "pho" au crabe et aux crevettes pour Mister J

Ho Chi Minh Ville: un « pho » au crabe et aux crevettes

Ho Chi Minh Ville: du jus de canne à sucre

Ho Chi Minh Ville: du jus de canne à sucre

L’après midi, nous flânons dans un petit parc de la ville à l’abris de la chaleur et du bruit incessant des motocyclettes (4 millions dans cette ville). Puis, nous rentrons nous reposer à l’hôtel et trier les photos.

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville: un petit parc au coeur de la ville

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ho Chi Minh Ville et ses bouchons de scooters

Ce qui frappe à Saigon (tout le monde l’appelle encore ainsi), c’est le nombre de touristes américains plutôt âgés (que l’on croise rarement dans d’autres pays…) qui se croient hyper sexy car ils arrivent à « draguer » de jeunes vietnamiennes. Difficile pour un homme âgé de voyager seul ici sans se faire aborder la nuit à chaque coin de rue. A croire que l’homme idéal pour les vietnamiennes, c’est un mix entre Donald Trump et Bill Gates…

 

Mardi 26 janvier 2016. Visite des tunnels de Cu Chi.

Toutes les guesthouses, hôtels et agences de Saigon proposent l’excursion aux tunnels de Cu Chi. Le Québécois rencontré à Kampot au Cambodge, nous l’avait conseillé mais lorsque nous avons vu le prix de l’excursion (30 à 60$ par personne), nos yeux sont sortis de nos orbites. Hors de question ! En scooter alors ? Pas question non plus vu la circulation à Saigon. Et puis, les tunnels de Cu Chi se situent quand même à 60 kms. Nous avons alors étudié la dernière option : le bus local. Brillante idée ! Il suffit de prendre 2 bus locaux (le 13 puis le 79) et le tour est joué. L’arrêt de bus pour le 13 se trouve à deux pas du quartier des routards, le changement de bus se fait à la gare de bus de Cu Chi et les locaux ou l’accompagnateur de bus nous préviennent quand descendre du bus pour se rendre aux tunnels. Un jeu d’enfants ! Pourtant, nous étions les seuls touristes. Après 2 grosses heures, nous voilà arrivés. En tout et pour tout (ticket d’entrée compris), nous en avons eu pour moins de 5 $ par personne ! En plus, cela nous a permis de nous mêler à la population, d’apprendre quelques mots d’anglais à une accompagnatrice du bus et de nous rendre compte qu’ils sont super gentils ces Vietnamiens (surtout ceux qui ne bossent pas dans le tourisme !!!).

Bus local de Ho Chi Minh  Ville à Cu Chi

Bus local de Ho Chi Minh Ville à Cu Chi

Car durant nos 4 mois passés à parcourir l’Asie, nous avons entendu du bon et du beaucoup moins bon, voire du très mauvais, à propos du Vietnam. Exemple : superbe pays mais les conducteurs de tuk-tuk sont insupportables et les vietnamiens ne sont pas sympas. Pour l’instant, nous n’avons pas ressenti cela. Il faut dire qu’une fois qu’on est allé en Inde, et tout particulièrement au Rajasthan, tout est relatif… Nous verrons bien dans le nord du pays, à Hanoi et dans la Baie d’Halong…

Pourquoi aller voir des tunnels ? Ce ne sont pas des tunnels mais THE TUNNELS ! Ce sont les tunnels que les Vietcongs (nord-vietnamiens) ont creusés pour échapper aux américains et à leurs bombardements pendant la guerre du Vietnam. Une vraie fourmilière avec des bouches d’aération, des puits, des cuisines, des infirmeries, des salles de réunion. Comme ils n’avaient pas beaucoup de moyen, ils ont dû faire travailler leur intelligence. Ces tunnels et les divers pièges fait-maison en sont le fruit. Ils étaient ouvriers, fermiers, professeurs, en fait simples vietnamiens le jour et Vietcongs la nuit. La ténacité et les stratagèmes vietnamiens (tunnels, camouflages, pièges, recyclage des bombes) contre l’argent et la technologie américaine… On comprend mieux pourquoi les américains se sont enlisés dans ce conflit !

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges vietnamiens

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges

Cu Chi: une des nombreuses sortes de pièges

Cu Chi: récupération des pneus pour en faire des sandales pendant la Guerre du Vietnam

Cu Chi: récupération des pneus pour en faire des sandales

Les américains n’ont jamais vraiment réussi à débusquer les tunnels (200kms !). S’ils trouvaient une bouche d’entrée, ils étaient bien trop grands et trop gros pour pouvoir se déplacer dans ces tunnels. Ils ont alors envoyé des Mexicains, plus petits, mais en vain. Ils ont fini par envoyer des sud-vietnamiens mais ces derniers se faisaient empaler dans les nombreux pièges des Vietcongs. En réalité, les tunnels étaient plus petits que sur les photos, ils ont été agrandis pour les touristes.

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

Cu Chi: les tunnels de la Guerre du Vietnam

En fin d’après midi, nous rentrons à la chambre d’hôtel pour nous reposer. Et là, surprise… Mister J voit que son sac a été visité. Quand on range son sac toujours de la même façon depuis des mois, chaque chose a sa place et on se rend vite compte si quelqu’un est passé par là. Nous ne laissons jamais rien de valeur dans notre chambre : pas d’argent, pas de bijou, pas d’ordinateur, rien. Nous n’avons donc rien à craindre. C’est juste hyper décevant car ils semblaient si gentils dans cette guesthouse…

Nous sortons manger et revenons vers 20h30 et là, re-surprise… Le fils de la gérante, la vingtaine, est torse-nu dans la chambre en train de chipoter au sac de Miss V. Il nous dit « Cleaning, sorry ». Comme nous ne sommes pas vraiment convaincus, il essaie alors de nous dire qu’il va aller chercher un balai. Mister J l’envoie bouler et lui dit de ne pas revenir car nous n’avons pas besoin de « Cleaning ». Son anglais étant miteux, Mister J descend à la réception pour faire activer ce foutu air-conditionné qu’ils ont coupé et prévenir qu’il y a un voleur dans la famille. La grand-mère va chercher le gamin ; ils parlent en vietnamien entre eux. Ils expliquent alors à Mister J qu’il était en train de réparer le Wifi… Hum, ils nous prennent pour des imbéciles ou quoi ?! Cleaning ou Wifi ? Puis, il faudra quand-même nous expliquer pourquoi il faut aller dans la chambre pour réparer le Wifi (qui en plus fonctionne très bien). Ils nous parlent alors de « cable, cable in your room ». C’est bizarre, on pensait justement que le Wifi signifiait « sans fil » … Au final, nous ne savons pas si c’est cautionné par la famille ou si la grand-mère ne voulait pas perdre la face devant nous. Nous nous demandions justement comment ce jeune avait fait pour acheter un iPad Pro, devant lequel il passe toute ses journées. Nous comprenions mieux maintenant… Mais c’est une bonne leçon pour l’avenir : ne jamais laisser d’argent ou d’objet de valeur dans la chambre. Non Miss V, ton épilateur n’a de la valeur que pour toi, pas pour les voleurs, tu peux le laisser dans la chambre 😉

 

Mercredi 27 janvier 2016. Visite du musée des Vestiges de la Guerre.

Le Musée des Vestiges de la Guerre était autrefois appelé le Musée des Crimes de Guerre Américains mais pour ne pas heurter les touristes américains, il a changé de nom… La Guerre du Vietnam fut la première guerre médiatique. Bon nombre de photographes vietnamiens, américains, français, japonais sont allés sur le front pour témoigner de la réalité de cette guerre. Et ce sont une partie de ces photos, qui, exposées dans ce musée, nous raconte l’histoire de la Guerre du Vietnam. Très intéressant et à nouveau très marquant, même si le musée ne brille pas par son objectivité. On nous montre comment les américains sont venus envahir le gentil Vietnam qui ne souhaitait que sa réunification; et comment ils traquaient les Vietnamiens partout pour débusquer les Vietcongs : campagnes, villages, forêts, montagnes, delta du Mékong, etc. Et personne n’était épargné, ni les femmes, ni les enfants, ni les vieillards. Ils ont aussi testé de nouvelles armes dont des produits chimiques. On ne parle pas dans ce musée des dérives du communisme encore visibles aujourd’hui. Après la guerre, beaucoup de vietnamiens pro-américains qui n’ont pas fui ont été emprisonnés. Une fois libérés des années après, beaucoup sont partis vivre à l’étranger car ils n’étaient pas bien vu du parti. Le gouvernement communiste est toujours au pouvoir aujourd’hui et ils ont toujours leurs têtes de turc : par exemple, ceux qui ont des tatouages ou qui sont de confession chrétienne ne peuvent pas travailler pour le gouvernement. Ca c’est le guide aux tunnels de Cu Chi qui nous l’a raconté. Nous aimons beaucoup la conclusion du Routard : peut-être que dans les guerres, il n’y a parfois ni bon ni méchants mais une masse indistincte de combattants rendus fous(-furieux) par l’horreur des affrontements…

Ho Chi Minh Ville: manifestation en Belgique

Ho Chi Minh Ville: manifestation en Belgique

Ho Chi Minh Ville: affiche en France

Ho Chi Minh Ville: affiche en France

Ho Chi Minh Ville: un photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: un photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: une femme photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: une femme photographe de guerre

Ho Chi Minh Ville: no comment...

Ho Chi Minh Ville: no comment…

Ho Chi Minh Ville: pour détruire les ressources naturelles des Vietnamiens

Ho Chi Minh Ville: largage de produits toxiques pour détruire les ressources naturelles des Vietnamiens

Ho Chi Minh Ville: forêt détruite suite au largage de produits toxiques

Ho Chi Minh Ville: forêt détruite suite au largage de produits toxiques

Ho Chi Minh Ville: la plus célèbre des photos de cette guerre, "the napalm girl".

Ho Chi Minh Ville: la plus célèbre des photos de cette guerre, « the napalm girl ».

Ho Chi Minh Ville:  tous les médicaments que cet ancien soldat américian doit prendre suite à cette guerre

Ho Chi Minh Ville: tous les médicaments que cet ancien soldat américian doit prendre suite à cette guerre

Ho Chi Minh Ville: le Musée des Vestiges de Guerre

Ho Chi Minh Ville: le Musée des Vestiges de Guerre

Le soir, en rentrant à notre chambre, Mister J se rend compte que nous avons un visiteur dans notre salle de bain… un énorme cafard ! Ils sont beaucoup plus gros que chez nous ici (mais quand même pas aussi gros qu’en Australie). Nous en avions vu dans la rue et espérions qu’en étant au 5e étage, nous serions épargnés. Et noooon. Mister J a alors chaussé ses sandales, s’est emparé d’une des sandales de Miss V et a frappé de toutes ses forces. C’est que ça court vite ces bestioles ! Mais le premier coup fut fatal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *