Birmanie: Yangon. Bye bye.

Mardi 1 décembre. Visite de Yangon (Rangoon).

Yangon s’appelait autrefois Rangoon, tout comme le Myanmar s’appelait la Birmanie. La junte militaire opéra ses changements de noms en 1989. Toutefois, Aung San Suu Kyi et bien d’autres birmans (et étrangers) continuent d’appeler leur pays la Birmanie et leur capitale Rangoon.

Arrivée à Yangon à 5h30 du matin. Nous avons finalement bien dormi dans le bus de nuit. Mais arrivés à Yangon, nous nous rendons vite compte qu’il fait déjà bien chaud et humide à 5h30 du matin ! Nous posons nos sacs à l’auberge et nous partons pleins d’énergie et d’entrain découvrir la ville. Mamma mia, quelle chaleur, quelle humidité alors qu’il n’est que 7h du mat’ ! Nous décidons quand même de marcher 1 petite heure dans les rues de Yangon pour nous rendre à la fameuse pagode Shwedagon. Comme toutes les grandes villes, Yangon est un peu plus bruyante, un peu plus sale, un peu plus odorante mais malgré tout, nous avons aimé nous y promener. Nous nous y sommes sentis à l’aise ; pas désagréable du tout comme grande ville.

Yangon

Yangon

Yangon: un tuk-tuk birman et un vendeur ambulant

Yangon: un tuk-tuk birman et un vendeur ambulant

Yangon: la pagode Swhedagon

Yangon: la pagode Swhedagon

Yangon: la pagode Swhedagon

Yangon: la pagode Swhedagon

Yangon: la pagode Swhedagon

Yangon: la pagode Swhedagon

Après avoir visité la pagode Shwedagon, considérée par certains comme la plus grande, la plus impressionnante, la plus belle et la plus chère du monde (pas faux), nous sommes allés vers 10h prendre un brunch composé de dim sums. Mmmm. Nous y avons croisé la haute société birmane ; analyse sociologique intéressante. Que des 4X4 Mercedes, BMW et Land Rover dans le parking 😉

Comme il faisait méga chaud, que nous ne savions même pas si nous avions la clim’ dans notre chambre, que nous avions un gros coup de pompe et que nous ne nous voyions pas remarcher de suite pendant 1h pour rejoindre l’hôtel, nous avons décidé de faire une petite sieste dans le parc Kandawgyi situé juste à côté du resto.

Yangon: le parc Kandawgyi, où nous avons fait notre sieste

Yangon: le parc Kandawgyi

Yangon: le parc Kandawgyi

Yangon: le parc Kandawgyi

Yangon: le parc Kandawgyi

Yangon: le parc Kandawgyi

Après une bonne grosse heure de repos, nous remarchons jusqu’à l’auberge et découvrons enfin notre chambre plutôt cosy mais avec – ô surprise – salle de bain commune 😉 On ne va pas faire les chochottes quand même 😉 Au final, nous sommes tombés sur une chouette petite auberge d’une petite dizaine de chambres avec 4 grandes salles de bain communes et un personnel super sympa. Une bonne adresse pas trop chère pour la Birmanie.

Yangon: le chouette quartier de notre auberge

Yangon: le chouette quartier de notre auberge

Yangon, c’est aussi, comme beaucoup de capitale, une ville emplie de diversité : des bâtiments coloniaux abritant désormais les ambassades anglo-saxonnes ou de grands hôtels de luxe et côtoyant le quartier indien et Chinatown ; des pagodes et temples bouddhistes, au moins un temple hindouiste, des églises, au moins une mosquée, etc.

Yangon dans toute sa diversité: une église

Yangon dans toute sa diversité: une église

Yangon dans toute sa diversité: une mosquée

Yangon dans toute sa diversité: une mosquée

Yangon: un bâtiment colonial

Yangon: un bâtiment colonial

 

Mercredi 2 décembre. Vol de Yangon à Bangkok (Thaïlande).

Bye Bye la Birmanie. Cela nous fait quelque chose de quitter la Birmanie. On s’y sentait tellement bien. C’est assurément un coup de cœur particulièrement pour ses habitants. Ils sont tellement gentils, souriants, curieux et ce, à tout âge. Ils ne semblent jamais perdre la curiosité et l’innocence enfantine qui les poussent à faire coucou aux étrangers, aux bateaux, aux voitures… et à vouloir absolument savoir d’où on vient. Mister J se souviendra toujours de cette femme qui, voulant absolument nous faire coucou, a failli tomber parce qu’elle ne regardait plus où elle mettait les pieds;-)

On ne saurait trop vous conseiller d’y aller !

Nous avons beaucoup aimé Mandalay, Bagan passionnément et le lac Inlé à la folie.

Birmanie: Inlé

Mercredi 25 novembre. Trajet de Bagan à Nyaungshwe (Lac Inlé).

La compagnie de bus JJ Express, qui nous avait été recommandée par les Suissesses, est venue nous chercher à l’hôtel en pick-up. A l’arrivée à la gare routière, nous découvrons le bus : il est neuf, confortable et plutôt luxueux. Nous avons même réussi à dormir lorsque les paysages magnifiques que nous avons traversés nous en ont laissé l’occasion !

Trajet en car de Bagan à Inlé

Trajet en car de Bagan à Inlé

Trajet en car de Bagan à Inlé

Trajet en car de Bagan à Inlé

 

Arrivés à Nyaungshwe, nous partageons la route vers l’hôtel avec un couple de Calaisiens qui était dans le même bus que nous et que nous avions déjà croisé dans le bateau pour Bagan (bref le monde est petit). Nous nous rendons à une guesthouse que nous avaient conseillée les Suissesses. Elle était complète mais quelqu’un qui avait réservé par téléphone ne s’était pas encore présenté… La propriétaire ne savait que faire mais elle décide finalement de nous donner la chambre en question. Quelle chance de cocus ! J Super chambre avec un balcon donnant sur un jardin et une douche super spacieuse. En plus, la guesthouse est familiale, il n’y a qu’une dizaine de chambres et les propriétaires sont adorables. Bref, nous y sommes super bien. Nous y passerons finalement 5 nuits en tout. Comme nous nous sentons super bien à Inlé, nous avons décidé de prolonger notre séjour ici et de raccourcir le suivant à Yangon, la capitale.  C’est l’avantage de ne rien réserver trop à l’avance…

Notre guesthouse à Nyaungshwe (Lac Inlé)

Notre guesthouse à Nyaungshwe (Lac Inlé)

Le soir, nous décidons d’explorer un peu la ville et nous nous arrêtons au hasard dans un restaurant situé dans un endroit un peu perdu. Nous rencontrons par hasard les Calaisiens avec qui nous partagerons le repas. Au menu : leur voyage au Japon et au Pérou ainsi que notre voyage en Chine, au Tibet et en Inde.

Ensuite, pour partager les frais des excursions, nous décidons de nous rendre avec eux dans une petite agence pour nous renseigner sur les prix et les excursions possibles. Nous tombons sur un patron super sympa et très fier de sa voiture rouge, qui nous explique les tours qu’il propose et à des tarifs clairement affichés et défiant toute concurrence. Waouw, lui, il a tout compris ! Nous réservons avec les Calaisiens un tour en bateau sur le lac Inlé ainsi qu’une excursion vers Pindaya, que les Suissesses nous avaient vantée. Cela permet de partager les frais tout en étant assuré de voyager en bonne compagnie !

Retour à l’hôtel, au calme ; il ne nous faudra pas longtemps pour tomber de sommeil ! Il fait même frais car nous dormons la fenêtre ouverte… Houston, we’ve got a problem : il fait 20°C la nuit et nous avons froid…Nous ne sommes plus habitués à de telles températures si basses ; depuis le début de notre séjour (hormis au Tibet), les températures dépassent les 30°C la journée 😉

 

Jeudi 26 novembre. Premier jour au Lac Inlé… ou pas !

Nous avons décidé de flâner aujourd’hui et de ne rien faire pour nous reposer un peu. Nous n’avons pas arrêté ces derniers jours à Mandalay et Bagan et n’avons pas eu un seul jour de repos depuis Delhi. Nous en profitons pour trier les 400 000 photos de coucher de soleil prises à Bagan et essayer de mettre à jour le blog! Malheureusement la connexion internet est plutôt mauvaise, pas moyen de charger les photos ;( L’important, c’est que nous soyons à jour 😉 Nous publierons certainement ces lignes à Yangon ou Bangkok.

 

Vendredi 27 novembre. Excursion à Pindaya.

Comme convenu 2 jours auparavant avec les calaisiens, nous partons avec un chauffeur vers Pindaya, où se trouve la grotte aux 8000 Bouddhas. Notre chauffeur parle assez bien anglais, assez du moins pour nous faire des blagues. Il est très sympathique et nous servira même de guide tout au long du trajet et de la visite.

Tout d’abord, notre guide s’est arrêté au marché aux buffles et taureaux de Heho, où on peut acheter un taureau à 1000$.

Heho: le marché aux  buffles et taureaux

Heho: le marché aux buffles et taureaux

Heho: le marché aux  buffles et taureaux

Heho: le marché aux buffles et taureaux

Passionné de photos, il nous montre aussi les coins où prendre de belles photos. Il nous explique également ce qui y pousse : des champs de moutardes pour faire de l’huile utilisée en guise de médicament, des champs de cacahuètes, des champs de blés, etc. Les paysages vers Pindaya sont magnifiques : un vrai patchwork !

Sur la route vers Pindaya

Sur la route vers Pindaya

Sur la route vers Pindaya

Sur la route vers Pindaya

Sur la route vers Pindaya

Sur la route vers Pindaya

La grotte aux 8000 bouddhas est vraiment impressionnante. Nous ne pensions pas y aller mais n’avons franchement pas été déçus. Il y a une foule de birmans et de groupes pour y accéder, mais heureusement grâce à notre guide, nous avons vite quitté les sentiers battus pour nous retrouver seuls dans de petites allées et à « méditer » dans une toute petite grotte.

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Pindaya: la grotte aux 8000 bouddhas

Une toute petite pièce dans la grotte pour méditer

Une toute petite pièce dans la grotte pour méditer

Vu tous ses temples, pagodes et statues de bouddhas, nous ne sommes pas surpris de lire dans notre guide de voyage que la Birmanie est le pays le plus dévot de l’Asie du Sud-Est.

Notre chauffeur nous emmène ensuite voir une fabrique d’ombrelles et de lampes en papier ainsi qu’une fabrique de poterie. Pas très partants au départ par ce genre d’attrape-touristes, cela s’est révélé être bien intéressant et sans obligation d’achat. Ils ne sont pas le moins du monde insistant. Pour tout vous dire, nous avons acheté 2 lampes en papier, qui iront très bien dans les chambres de notre future maison 😉 Les Calaisiens nous ont proposé de les emmener avec eux et de nous les apporter en Belgique une fois que nous serons rentrés. Trop gentils!

Pindaya: la fabrique d'ombrelles et de lampes en papier

Pindaya: la fabrique d’ombrelles et de lampes en papier

Pindaya: la fabrique d'ombrelles et de lampes en papier

Pindaya: la fabrique d’ombrelles et de lampes en papier

Pindaya: la fabrique d'ombrelles et de lampes en papier

Pindaya: la fabrique d’ombrelles et de lampes en papier

Pindaya: la fabrique de poteries

Pindaya: la fabrique de poteries

Pindaya: la fabrique de poteries

Pindaya: la fabrique de poteries

Petite particularité de la Birmanie que nous avions oublié de mentionner jusqu’alors : les Birmans roulent à droite avec le volant à droite. Pas facile pour dépasser ! Mais comment se fait-ce ? A l’origine, les Anglais étant passés par là, les birmans roulaient à gauche. En 1970, un chef militaire un peu superstitieux a décidé, sur les conseils d’un astrologue, de changer le code de la route (et donc de rouler à droite). Mais les sources d’approvisionnement en voitures n’ont pas changé : ce sont toujours des voitures d’occasions non récentes importées du Japon, de Thaïlande ou de Singapour avec le volant à droite.

Cela donne des scènes cocasses. Par exemple, Mister J devait dire au chauffeur s’il pouvait dépasser ou non. Ou encore les cars de touristes qui font descendre leurs passagers au milieu de la route à l’aide un petit tabouret car le trottoir n’est pas du côté de la porte du bus 😉

 

Samedi 28 novembre. Excursion en bateau sur le Lac Inlé.

A 7h30 le conducteur du bateau vient nous chercher pour notre journée en bateau sur le lac Inlé. Sur les conseils des Calaisiens, nous emportons des boules Quiès et des vêtements chauds qui seront bien utiles. Ils n’ont finalement pas pu se joindre à nous car ils ont dû avancer leur départ.

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé

Lac Inlé: comment pagayer avec le pied

Lac Inlé: comment pagayer avec le pied

Lac Inlé: comment pagayer avec le pied

Lac Inlé: comment pagayer avec le pied

Lac Inlé

Lac Inlé

Tout au long de la journée, nous descendons du bateau pour voir des temples et monastères ainsi que pour visiter des marchés et des fabriques artisanales (bijouterie, forgerie, fabrique de tissus en lotus et soie, fabrique de bateaux et de cigares, jardins flottants, etc.). Les visites sont fort intéressantes et nous rendons compte que l’artisanat local est très divers. Nous ressortirons finalement avec 2 paires de boucles d’oreilles pour Miss V et des cigares fabrication maison 100% naturels aux épices pour Mister J.

Lac Inlé: un marché

Lac Inlé: un marché

Lac Inlé: un marché

Lac Inlé: un marché

Lac Inlé: un marché

Lac Inlé: un marché

Lac Inlé: un monastère

Lac Inlé: un monastère

Lac Inlé: monastère

Lac Inlé: monastère

Lac Inlé: comment faire des fils de lotus

Lac Inlé: comment faire des fils de lotus

Lac Inlé: métier à tisser (mi soie mi lotus)

Lac Inlé: métier à tisser (mi soie mi lotus)

Lac Inlé: forgerie

Lac Inlé: une forgerie

Lac Inlé: fabrique de cigares épicés

Lac Inlé: fabrique de cigares épicés

Lac Inlé: recette des cigares épicés

Lac Inlé: recette des cigares épicés

Lac Inlé: champs de tomates flottants

Lac Inlé: champs de tomates flottants

Lac Inlé: champs de tomates flottants

Lac Inlé: champs de tomates flottants

Lac Inlé: monastère sur pilotis

Lac Inlé: un monastère sur pilotis

Lac Inlé: un monastère sur pilotis

Lac Inlé: un monastère sur pilotis

Bref, une chouette journée ensoleillée à bord d’un bateau. Nous n’avons pas compris tout ce que nous avons visité car le conducteur du bateau baragouinait 3 mots d’anglais… mais qu’importe ! Super journée.

Nyaungshwe: la bière birmane préférée de Mister J

Nyaungshwe: la bière birmane préférée de Mister J

 

Dimanche 29 novembre. Balade à vélo vers les sources chaudes.

Nous partons vers 9h pour une balade à vélo au bord des canaux du lac Inlé. En fait, on ne voit pas grand choses : juste un point de vue en hauteur mais trop éloigné du lac pour vraiment voir quelque chose, des maisons, le canal, des buffles. Et pour profiter des sources d’eau chaudes, il faut payer 10$ pour se baigner… Non merci ! Cela est peut-être plus intéressant de faire cette balade au tout début, avant de découvrir les paysages magnifiques vers Pindaya et ceux qu’offrent le tour en bateau. Mais pour ceux qui veulent faire un peu de sport et qui adorent le vélo comme nous, cette balade s’y prête bien. 

Inlé: balade à vélo jusqu'aux sources chaudes

Inlé: balade à vélo jusqu’aux sources chaudes

Inlé: cratère d'air chaud lors de notre balade à vélo

Inlé: cratère d’air chaud lors de notre balade à vélo

Inlé: balade à vélo

Inlé: balade à vélo

Notre balade fut quand même agrémentée de petites aventures : le vélo de Mister J changeait de vitesses tout seul (surement un vélo du futur) et le pied du vélo de Miss V tombait régulièrement. Bref, la balade était quand même chouette ; nous rentrons vers midi pour faire un peu de lessive et se reposer un chouia.

Nyaungshwe (Lac Inlé)

Nyaungshwe (Lac Inlé)

Nyaungshwe: après l'effort, le réconfort. Cette bière-là est aussi très très bonne

Nyaungshwe: après l’effort, le réconfort. Cette bière-là est aussi très très bonne.

Nyaungshwe (Lac Inlé)

Nyaungshwe (Lac Inlé)

 

Lundi 30 novembre. Repos et trajet de nuit du lac Inlé à Yangon.

Nous devons prendre un bus de nuit qui part à 18h. Nous profitons de la journée pour lire et se reposer. Un peu avant leur départ (pour Yangon aussi mais via une autre compagnie de bus), nous rencontrons une Brésilienne et une Française habitant au Brésil qui comptent voyager pendant 10 mois. Contrairement à nous, elles sont à la fin de leur voyage : elles ont déjà visité l’Amérique du Sud, le sud de l’Afrique (en 4X4 et camping, waouw) et l’Asie (mais ni la Chine ni l’Inde) et vont terminer par l’Australie et la Nouvelle-Zélande un peu à l’arrache. Dommage que nous n’ayons pas eu plus de temps pour discuter avec elles car elles étaient super sympas.

Un tuk-tuk birman: un espèce de side-car à 2 places. Une à l'avant et ...

Un tuk-tuk birman: un espèce de side-car à 2 places. Une à l’avant et …

Une à l'avant et...une à l'arrière

et…une à l’arrière

Birmanie: Bagan

Samedi 21 novembre. Trajet en bateau de Mandalay à Bagan.

Départ à 7h pour un trajet d’au moins 8h (10-14h si on s’enlise). Nous sommes assis confortablement dans des transats en bambou. Derrière nous sont assises les 2 routardes suisses rencontrées la veille et avec qui nous avons beaucoup parlé. L’une a voyagé en duo pendant 6 mois en Asie en 87, l’autre à vécu 2-3 ans au Nicaragua et a aussi pas mal voyagé, notamment en Amérique Latine. Elles avaient déjà toutes les deux visité la Birmanie auparavant et voulaient voir la Birmanie d’aujourd’hui. Nous n’avons pas arrêté de parler de voyages et des pays que nous avions ou allons visiter mais aussi de la Belgique et de la Suisse. Finalement, entre les repas, le thé, les siestes et toutes ces discussions, ces 8h de bateau sont passées très vite. C’est toujours intéressant de rencontrer des gens passionnés de voyages.

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

L’arrivée en bateau à Bagan fut un petit peu décevante car, en réalité, ils nous débarquent à Nyaung U, à 15kms de New Bagan, où nous logerons. Nous n’avons donc pas vraiment aperçu de temples depuis le bateau. Petite déception.

Trajet en bateau sur le fleuve Irrawaddy (de Mandalay à Bagan)

Arrivée à Nyaung U

En plus, des dizaines de porteurs et de taximen se pressent à la porte du bateau. Dur dur de négocier un taxi dans ces conditions ; ils demandent des prix bien trop élevés ! Et quelques mètres plus loin, nous avons dû payé une taxe de 20$ chacun pour entrer à Bagan. L’arrivée à Bagan est douloureuse pour notre portefeuille !

Difficile également de trouver des logements à prix décents à Bagan… De manière générale, la nourriture est bon marché en Birmanie, mais les déplacements en bateau et les logements (40$ la nuit à Bagan, 30$ à Mandalay et Inlé) plombent un peu le budget. Mais nous savions que la Birmanie n’était pas un pays bon marché ! Heureusement, les visites des temples et pagodes de Bagan sont gratuites.

Le soir, nous avions prévu de manger avec les deux suissesses, avec qui nous avons continué de parler de voyages ou autre.

 

 

Dimanche 22 novembre. Visite des pagodes de New Bagan.

Le matin, nous louons deux vélos pour visiter les pagodes les plus proches, celle de New Bagan. Un peu d’exercice ne nous fera pas de mal après être restés assis 8h la veille sur un bateau. La pagode la plus éloignée que nous voulons visiter se trouve à 2,5 km. Faciiile pour des fans de vélo comme nous ! La première pagode que nous avions sélectionnée, la Mahuna Paya, contient 4 statues de bouddhas ; la seconde, la Nan Paya, des sculptures. Ensuite, nous avons roulé au gré du vent et nous sommes arrêtés à des pagodes moins connues. Un sentiment de liberté nous habite. Quel bonheur se perdre dans cette nature parsemée de pagodes et de temples. Il y en a partout à Bagan (tout le long de la route et des chemins), donc pas besoin de devoir chercher très loin pour en trouver. La question ici à Bagan n’est pas « où se trouvent-ils ? » mais bien « lesquels allons-nous visiter ? »

New Bagan: la pagode Manuha Paya et ses 4 grandes statues de Bouddha

New Bagan: la pagode Manuha Paya et ses 4 grandes statues de Bouddha

New Bagan: la pagode Manuha Paya et ses 4 grandes statues de Bouddha

New Bagan: la pagode Manuha Paya et ses 4 grandes statues de Bouddha

New Bagan: la pagode Nan Paya et ses sculptures

New Bagan: la pagode Nan Paya et ses sculptures

New Bagan: la pagode Nan Paya et ses sculptures

New Bagan: la pagode Nan Paya et ses sculptures

New Bagan: la pagode Nan Paya et ses sculptures

New Bagan: la pagode Nan Paya et ses sculptures

New Bagan: autres pagodes moins connues

New Bagan: autres pagodes moins connues

New Bagan: autres pagodes moins connues

New Bagan: autres pagodes moins connues

Bagan, c’est plutôt la campagne, donc c’est vraiment génial de pouvoir s’y déplacer à vélo. Hormis le fait que nous avons commencé notre journée un peu tard à 10h, qu’il faisait donc déjà fort chaud, que Mister J a réussi à tordre sa selle (apparemment pas faite pour être relevée) et qu’il a donc dû revenir en danseuse 😉 Nous comptions louer des vélos les 3 jours mais tout bien réfléchi, les 2 autres jours, nous louerons un scooter électrique, comme la plupart des touristes. Petite réflexion de Mister J : comment se fait-il qu’il y ait autant de scooters électriques à Bagan et pas à Bruxelles ou Paris ? Serions-nous en retard sur la Birmanie de ce point de vue-là?

En revenant, nous sommes tombés sur les 2 suissesses, qui étaient sorties boire un jus de fruits ; nous nous sommes joints à elles et avons goûté au jus d’avocat (pas inconnu de nos papilles car nous l’avions découvert en Indonésie avec un peu de poudre de chocolat). Nous avons bien passés 2h à papoter ; que de choses à se dire entre voyageurs au long cours.

Le soir, nous sommes allés voir le coucher de soleil sur le fleuve et sommes tombés sur une belle pagode en or. Superbe spectacle.

New Bagan: coucher de soleil sur le fleuve Irrawaddy

New Bagan: coucher de soleil sur le fleuve Irrawaddy

New Bagan: coucher de soleil sur la pagode Lawkananda

New Bagan: coucher de soleil sur la pagode Lawkananda

New Bagan: coucher de soleil sur le fleuve Irrawaddy

New Bagan: coucher de soleil sur le fleuve Irrawaddy

 

Lundi 23 novembre. Visite des temples d’Old Bagan.

Après avoir négocié un scooter électrique, nous partons à la conquête des temples d’Old Bagan, plus grands, plus impressionnants. Dans chacun d’eux nous découvrons à chaque fois 4 statues de bouddhas, toutes différentes les unes des autres.

Old Bagan: le temple Thatbyinnyu Pahto

Old Bagan: le temple Thatbyinnyu Pahto

Old Bagan: le temple Ananda Patho

Old Bagan: le temple Ananda Patho

Old Bagan: le temple Ananda Patho

Old Bagan: le temple Ananda Patho

Old Bagan: alentours du temple Htilominlo

Old Bagan: alentours du temple Htilominlo

Old Bagan: le temple Htilominlo

Old Bagan: alentours du temple Htilominlo

En sortant du dernier temple, moins connu, une birmane voulait absolument maquiller Miss V au thanaka. Elle insistait sur le fait que cela serait gratuit. Elle a ensuite bien sûr tenté de nous vendre toutes sortes de vêtements dans son boui-boui, en vain; pour la remercier, Miss V lui a acheté un bracelet en bambou laqué qu’elle a porté tout le reste du séjour.

Old Bagan: le temple Mahabody

Old Bagan: le temple Mahabody

Old Bagan: maquillage au thanaka

Old Bagan: maquillage au thanaka

En fin d’après-midi, nous sommes montés sur un temple (par un escalier, je vous rassure), que nous avait indiqué un jeune garçon birman, pour admirer le coucher de soleil sur les temples, pagodes, collines de Bagan. Quel spectacle magnifique qui s’offre devant nous. La lumière du soir révèle les pagodes sous un nouveau jour, qui ont poussé comme des champignons dans une nature verdoyante. Nous recommencerons demain !!

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Myauk Guni Paya

Le soir, nous sommes allés manger dans un restaurant traditionnel birman. Pas de carte là-bas, juste un menu comprenant une bonne quinzaine de petits plats traditionnels (feuilles de tamaris, haricots, potiron, patates, lentilles, poulet, boeuf, poisson, etc).

Un de ces plats a rendu Miser J malade... Mais lequel???

Un de ces plats a rendu Miser J malade… Mais lequel???

Encore une fois, en rentrant, qui voit-on au restaurant tout proche de notre hôtel ? Les 2 suissesses. Et c’est parti pour un petit verre et une nouvelle soirée papote au sujet de l’environnement cette fois !

 

Mardi 24 novembre. Visite des temples d’Old Bagan et Nyaung U.

Après avoir récupéré notre scooter électrique chargé à bloc, nous nous en allons vers des temples un peu plus excentrés, un peu plus à l’est. Découvrir tous ces temples en empruntant les chemins de sable au milieu de nulle part, c’est tout simplement magique ! Tellement magique que nous décidons même de pousser plus loin au nord d’Old Bagan, jusqu’à Nyaung U et sa pagode Schwezigon.

Bagan: la pagode Pyathada Paya

Bagan: la pagode Pyathada Paya

Bagan: la pagode Pyathada Paya

Bagan: vue de la pagode Pyathada Paya

Bagan: le temple Sulamani Patho

Bagan: le temple Sulamani Patho

Bagan: le temple Dhammayangyi Patho

Bagan: le temple Dhammayangyi Patho

Bagan: jeune fille faisant un bracelet au temple Dhammayangyi Patho

Bagan: jeune fille faisant un bracelet au temple Dhammayangyi Patho

Bagan: le temple Dhammayangyi Patho

Bagan: le temple Dhammayangyi Patho

Nyaung U: la pagode Shwezingon Paya

Nyaung U: la pagode Shwezingon Paya

Nyaung U: un moine à la pagode Shwezingon Paya

Nyaung U: un moine à la pagode Shwezingon Paya

Un car de touristes Birmans nous a repéré. La pagode a eu beaucoup moins de succès que Mister J, qui s’est fait alpaguer par des dizaines de touristes birmans pour se faire prendre en photos avec lui. Ils faisaient la file bien sagement pour attendre leur tour. Une bonne quarantaine de photos tout de même. Miss V y a eu droit aussi mais un peu moins quand même. « Just one image ». « One more ». « One picture please ». « Thank you very so much ». Ils étaient tellement contents de poser avec nous, trop choux !

Bagan: Mister J, la star des Birmans

Bagan: Mister J, la star des Birmans

Bagan: Mister J, la star des Birmans

Bagan: Mister J, la star des Birmans

En fin d’après-midi, nous sommes repartis en scooter vers la première pagode visitée ce matin car Miss V avait décrété que ce serait un super endroit pour admirer le coucher de soleil. On ne se lasse pas de ce paysage merveilleux ! Les couleurs, l’ambiance et l’atmosphère particulière de ce coucher de soleil sont difficilement transmissibles par photo. Mais nous avons essayé !

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Pyathada Paya

Bagan: coucher de soleil depuis la pagode Pyathada Paya

Bagan: un troupeau de vaches pour le coucher de soleil depuis la pagode Pyathada Paya

Bagan: un troupeau de vaches pour le coucher de soleil depuis la pagode Pyathada Paya

Dernière soirée avec les suissesses car nous partons pour le lac Inlé demain. Après tous ces moments si intéressants passés ensembles, cela nous a fait quelque chose de les quitter… Comme de quitter Bagan où nous nous sommes tellement bien sentis…

 

Birmanie : Mandalay

Oui oui, nous sommes toujours vivants J Désolé pour le retard mais, de un, il y a tellement de choses à voir à Mandalay et dans les environs ; de deux, nous étions crevés par notre voyage en Inde et par le vol ; et de trois, la connexion à l’hôtel n’est pas des plus performantes.

Lundi 16 novembre. Arrivée en Birmanie.

Décollage à minuit de l’aéroport de New Delhi. Deux petits vols et une escale nous attendent ; donc, en gros, une nuit blanche…

Petite remarque cocasse : un tel voyage nous apprend non seulement à faire tous nos besoins un peu partout (aéroport, avion, train, nature, toilette-rigole des monastères, etc.), mais aussi à s’endormir dans n’importe quel endroit (aéroport, avion, train, bus gouvernementaux indiens, etc.). Pour la première fois, Mister J a réussi à s’endormir dans un avion, tandis que Miss V s’est même endormie, assise sur un siège en plastique devant la porte d’embarquement, 5 minutes avant de monter dans l’avion ; et rebelote dans l’avion, avant le décollage.

Après une escale de 4h à Bangkok, où nous avons errés pendant 4h dans l’aéroport comme des zombies (car en manque de sommeil), et après que Mister J ait essayé tous les flacons testeurs de crème/huile essentielles dans un duty free de l’aéroport (bah quoi, il est marqué « Try Me ! » dessus), nous voilà enfin en Birmanie.

En sortant du petit aéroport de Mandalay, la différence avec l’Inde nous a sauté tout de suite aux yeux : personne ne nous a accosté pour nous proposer un transport, un hôtel ou un tour. D’ailleurs, l’aéroport était désert, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le temps de retirer un peu d’argent, nous partageons un taxi avec un birman à destination de l’hôtel. Autre différence avec l’Inde : les tarifs sont fixes et affichés clairement. Le conducteur était très sympathique et nous avons profité de cette petite balade pour apprendre un peu de vocabulaire birman (bonjour, merci, etc.).

Sur le chemin, nos yeux pétillent d’envie de découvrir ce pays qui est tellement différent de l’Inde : moins de klaxon, moins de déchets, des temples dorés à tous les coins de rue. Et le ciel est d’une couleur bleue magnifique (regardez les photos !). Last but not least, les birmans sont très souriants et d’une gentillesse incomparable ! Mister J doit venir de Birmanie, c’est certain !

Nous nous sommes reposés le reste de la journée ; la Birmanie attendra bien demain.

 

Mardi 17 novembre. Visite de Mandalay.

Nous chaussons nos sandales à la conquête de la Birmanie. Enfin, commençons par le Mandalay Palace, ce ne sera déjà pas mal.

Mandalay Palace

Mandalay Palace

Mandalay Palace

Mandalay Palace

Mandalay Palace

Mandalay Palace

Nous découvrons une ville plutôt calme, des gens adorables et contents de rencontrer des touristes, des sourires magnifiques et des rues arborées. Nous sommes sous le charme. Tellement absorbés par cette nouvelle ambiance, nous marcherons, sans vraiment nous en rendre compte, 5 kms pour aller jusqu’au palace.

Nous remarquons aussi que les Birmans savent profiter de la vie : terrasses de café, où ils aiment y boire leur bière « Myanmar » en papotant.

Et quel bonheur de ne plus être sur nos gardes. Mister J, persuadé de donner 20 000 Kyats (15€) à l’entrée du palace, a en réalité donné 200 000 Kyat (150€) ; l’hôtesse s’est contentée de lui rendre 180 000 Kyats avec un grand sourire, amusée de voir qu’il ne s’en sortait pas avec ses liasses de Kyats. Essayez un peu en Inde !

L’après-midi, nous avons découvert un très vieux monastère en bois et deux sites remplis de pagodes.

Mandalay: la pagode Sandamuni

Mandalay: la pagode Sandamuni

Mandalay: la pagode Sandamuni

Mandalay: la pagode Sandamuni

Mandalay: le monastère Shwenandaw

Mandalay: le monastère Shwenandaw

Mandalay: le monastère Shwenandaw

Mandalay: le monastère Shwenandaw

Mandalay: la pagode Kuthodaw

Mandalay: la pagode Kuthodaw

Mandalay: la pagode Kuthodaw

Mandalay: la pagode Kuthodaw

Mandalay: la pagode Kuthodaw

Mandalay: la pagode Kuthodaw

Après une première journée bien remplie, nous sommes conquis par ce pays et ses habitants. Par contre, il faut visiter la Birmanie maintenant et non demain ; maintenant qu’elle est encore authentique, pas trop touristique, maintenant qu’elle n’est pas encore tombée dans les travers du tourisme de masse. Pour l’instant, des taximen attendent évidemment dans les endroits touristiques mais ils ne sont pas du tout insistants. Des jeunes filles y vendent également des cartes postales et/ou des dames des boissons ; elles sont plus insistantes mais très souriantes. Elles s’amusent d’ailleurs de ce petit jeu et en rigolent souvent.

Demain nous louerons un scooter pour découvrir les environs de la ville.

 

Mercredi 18 Novembre. Visite de Amarapura.

Quelle est la manière la plus autonome, la plus économique et la plus locale de visiter une ville et ses environs ? Bonne réponse : en louant un scooter !  Première mission de la journée : trouver de l’essence. Ne trouvant pas de station service après 10 minutes de route, Mister J s’est vu contraint de devoir acheter de l’essence en bouteille à un petit marchand le long de la route en guise de dépannage. Une fois arrivés sur la grande route, nous n’avons eu aucun mal à enfin trouver une station essence. Ouf ! À bord de notre scooter, nous nous rendons donc à Amarapura, où se trouve un long pont en tek de 1,2 km. Nous découvrons également ses barques, ses pêcheurs, ses paysans, et de l’autre côté du pont, un petit village, ses écoliers et une pagode.

Amarapura: lac Taugthaman

Amarapura: lac Taugthaman

Amarapura ou comment labourer son champ

Amarapura ou comment labourer son champ

Amarapura ou comment labourer son champ

Amarapura ou comment labourer son champ

Amarapura: la pagode Kyauktawgyi

Amarapura: la pagode Kyauktawgyi

Amarapura: U Bein's Bridge

Amarapura: U Bein’s Bridge

Amarapura: U Bein's Bridge

Amarapura: U Bein’s Bridge

Amarapura: lac Taugthaman

Amarapura: lac Taugthaman

Amarapura ou comment mener à la rame un troupeau de canards

 

Jeudi 19 novembre. Visite de Sagaing et Inwa.

Nous reprenons notre scooter pour une journée bien remplie en dehors des sentiers battus (ou presque). Tout le long de la route, nous découvrons comment vivent les birmans à la campagne : avec leurs baraquements, leurs vaches, leurs cochons. Nous arrivons à Sagaing, dont la colline est remplie de pagodes et de monastères dorés. Au hasard, nous choisissons une pagode située en hauteur sur la colline et commençons son ascension en espérant avoir une belle vue de là-haut. Quelle ne fut pas notre surprise : un moine âgé et un peu édenté nous a tapé la discute dans un anglais approximatif et a tenu à nous montrer les endroits de la pagode qui offraient les plus belles vues. Magnifiques ! À la fin de la visite, après lui avoir donné un petit pourboire (non réclamé, ça change) car il était vraiment super gentil, il a tenu à aller chercher deux fascicules sur le bouddhisme pour nous les donner. Ce sont de vraies rencontres comme celle-ci que nous attendons et qui nous ont un peu manqué en Inde.

Sagaing et sa colline remplie de pagodes dorées

Sagaing et sa colline remplie de pagodes dorées

Sagaing: la pagode du vieux moine très gentil

Sagaing: la pagode du vieux moine très gentil

Sagaing: la pagode du vieux moine très gentil

Sagaing: la pagode du vieux moine très gentil

Sagaing

Sagaing

Sagaing

Sagaing

L’après-midi, nous décidons de nous diriger vers Inwa (Ava pour les Britanniques). Arrêté sur le bas-côté de la route, un taximan nous demande où nous allons et nous confirme qu’il faut bien prendre à droite. Nous le suivons mais arrivons à un cul-de-sac…Il faut en fait prendre une barque pour arriver de l’autre côté de la rive à Inwa. Quid du scooter ? On peut le prendre avec nous sur la barque, nous disent les birmans. Bonne idée ! Car de l’autre côté de la rive, des dizaines de calèches attendent les touristes pour faire le tour d’Inwa, qui est trop étendue pour tout faire à pied.

En route vers Inwa (ou comment mettre un scotter sur une barque)

En route vers Inwa (ou comment mettre un scotter sur une barque)

 

Toute première impression : Inwa, c’est vraiment la campagne !

Inwa: au milieu de nulle part

Inwa: au milieu de nulle part

Inwa: au milieu de nulle part

Inwa: au milieu de nulle part

Inwa

Inwa: au milieu de nulle part

Nous nous aventurons sur des sentiers de terre et tombons par hasard sur un premier monastère en briques compris dans notre « combo ticket ». Si ça ce n’est pas de la chance !

Inwa: le monastère en brique Maha Aungmye Bonzan

Inwa: le monastère en briques Maha Aungmye Bonzan

Nous reprenons ensuite un sentier à travers les champs pour finalement arriver à Bagaya Kyaung, un vieux monastère en bois plus touristique où nous retrouvons plein de calèches et un groupe de voyage organisé. Pourquoi arrivons-nous une fois sur deux en même temps que les grands groupes en voyage organisé?! Grrrr

Inwala monastère Bagaya Kyaung

Inwa: le monastère Bagaya Kyaung

Inwa: le monastère Bagaya Kyaung

Inwa: le monastère Bagaya Kyaung

Inwala monastère Bagaya Kyaung

Inwa: alentours du monastère Bagaya Kyaung

Inwala monastère Bagaya Kyaung

Inwa: alentours du monastère Bagaya Kyaung

 

 

Vendredi 20 novembre. Visite de Mandalay.

Ce matin, au petit déjeuner de notre hôtel, nous avons discuté avec une jeune allemande que nous avions déjà croisés trois fois le soir au même restaurant que nous. Elle compte aussi voyager pendant un an mais toute seule et sans avoir rien planifié. Jusqu’à présent, elle a visité la Russie, la Chine et la Mongolie. Après la Birmanie, où elle restera 1 mois, elle ira à Bangkok, comme nous ; puis en Indonésie ou au Philippines et surement en Nouvelle-Zélande. Ensuite, elle se rendra également en Amérique du Sud. Qui sait, nous la recroiserons peut-être dans un autre pays, peut-être en Amérique du Sud… Elle compte apprendre l’espagnol sur place ; elle a l’air d’avoir facile à apprendre des langues étrangères, comme l’anglais, le français et l’hindi. Elle est déjà allée plusieurs fois en Inde ; au total, elle y a passé 6 mois et a même appris l’hindi. Elle nous a confirmé que nous avions fait la partie la plus difficile et que si nous avions aimé le Rajasthan, nous aimerions le sud de l’Inde, plus calme, plus éduqué, totalement différent. Un jour peut-être…

Nous avons débuté la journée par la visite de la pagode Mahamuni, où se trouve une statue de bouddha que les fidèles de la gente masculine couvrent chaque jour de feuilles d’or.

Mandalay: la pagode Mahamuni et sa statue de Bouddha aux feuilles d'or

Mandalay: la pagode Mahamuni et sa statue de Bouddha aux feuilles d’or

Nous avons ensuite poursuivi la matinée par la visite d’un vieux monastère en bois, le Shwe In Bin Kyaung. Il n’est pas bien différent des deux autres que nous avons vus les jours précédents (le Shwenandaw Kyaung à Mandalay et le Bagaya Kyaung à Inwa) mais celui-ci a de loin notre préférence car il n’est pas touristique pour un sou. En arrivant, nous étions les seuls touristes ; ensuite, un petit groupe de 10 personnes est arrivé, c’est tout. Quel calme ! Un vrai monastère quoi !

Mandalay: le monastère Shwe In Bin Kyaung

Mandalay: le monastère Shwe In Bin Kyaung

Mandalay: le monastère Shwe In Bin Kyaung

Mandalay: le monastère Shwe In Bin Kyaung

Mandalay: le monastère Shwe In Bin Kyaung

Mandalay: le monastère Shwe In Bin Kyaung

Le soir, nous sommes allés à la colline de Mandalay pour le coucher de soleil. Vu la foule monstrueuse, ce coucher de soleil n’a aucun intérêt. On y retrouve tous les groupes de touristes en voyage organisés présents à Mandalay et c’est rempli de gens qui « réservent » leur place pour « admirer » un coucher de soleil qui est au final le même que chez eux. Nous quittons les lieux sans attendre !

Mandalay: sunset sur la Mandalay Hill

Mandalay: sunset depuis Mandalay Hill

Par contre, nous étions très contents d’être monter là-haut pour admirer les statues, pagodes et mosaïques que l’on rencontre tout le long de l’ascension.

Mandalay: sunset sur la Mandalay Hill

Mandalay Hill

Mandalay: sunset sur la Mandalay Hill

Mandalay Hill

Mandalay: sunset sur la Mandalay Hill

Mandalay Hill

En revenant, deux routardes suisses nous ont demandé devant l’hôtel si c’était bien le scooter… Très vite, nous apprenons qu’elles partent également demain pour Bagan. Nous ferons un petit bout de chemin ensemble.

Photos de Birmanie

Gallery

Retrouvez ici le tableau et la carte de notre itinéraire en Birmanie.